Liban

Liban-Syrie : plus multipolaire que jamais, l’exécutif fait le mort

La situation
Fady NOUN | OLJ
18/08/2017

« Entre mourir et non mourir, je me décide pour la guitare », écrit quelque part le poète chilien Pablo Neruda. C'est, en moins joli, la position ambiguë prise par le Conseil des ministres, indépendamment de l'option franche annoncée auparavant par le chef du gouvernement, à l'égard de la visite effectuée en Syrie par quelques ministres, à l'occasion de la relance de la fameuse Foire de Damas. Entre approuver ou désapprouver une présence officielle de ministres à Damas, l'exécutif a décidé de... faire le mort.

Rien n'illustre cette « non-position » autant que la « non-réponse » apportée par le gouvernement à une autorisation de se rendre à Damas présentée hier par le ministre de l'Économie, Raëd Khoury (CPL). « J'ai demandé au gouvernement, invoquant les rapports économiques entre les deux pays, l'autorisation de me rendre à Damas, a affirmé le ministre. Mais ma demande n'a pas été inscrite à l'ordre du jour du Conseil des ministres. J'ai donc renoncé à mon projet. »

Face à une dérobade de l'exécutif, le ministre de l'Économie s'est expliqué à L'OLJ : « Un ministre, c'est clair, doit obtenir l'autorisation du gouvernement avant de voyager. Entre le Liban et la Syrie, des rapports existent en vertu d'accords auxquels il convient de donner suite. En toute logique, il y va de l'intérêt du Liban. Il n'y a pas à dire, ce qui se passe est embarrassant. »

D'autant plus embarrassant que trois ministres sont en ce moment à Damas, et n'en font aucun complexe, eux. Hussein Hajj Hassan (Hezbollah) a même osé affirmer qu'il se trouve dans la capitale syrienne en qualité officielle, ce qui est en contradiction totale avec ce qu'affirme M. Khoury sur l'autorisation nécessaire qu'il doit obtenir, avant de voyager. Pour sa part, pour ne pas fabuler comme son collègue, Ghazi Zeaïter a prétendu qu'il représentait officiellement le président de la Chambre, Nabih Berry. Il s'agit là, bien entendu, d'une entorse flagrante au principe de la séparation des pouvoirs. M. Berry peut déléguer à Damas un député, cela le regarde, mais pas un ministre en sa qualité ministérielle.
Faut-il en outre rappeler qu'en vertu de l'accord de Taëf, c'est le gouvernement réuni qui exerce le pouvoir exécutif, et que c'est donc du gouvernement tout entier, et non de segments de ce gouvernement, qu'un ministre tire son droit ?

En tout état de cause, la crise fait ressortir plus que jamais auparavant la nature hydride d'un gouvernement multipolaire dont les ministres répondent de leurs actes non pas au Premier ministre ou au chef de l'État, mais aux chefs de leurs propres partis, mouvements et leaders. Décidément, sur la voie d'une unification (ou d'une réunification) des institutions, ce n'est pas un progrès, mais une régression que reflète la crise actuelle.

Heureusement, le départ pour Damas, hier, du ministre Youssef Fenianos a brisé le cachet purement chiite de l'insubordination dont les deux ministres du Hezbollah et du mouvement Amal ont décidé de faire preuve. Il reste que le parti pro-iranien, dans son extrémisme, n'hésite pas à demander la réactivation du Traité de fraternité, de coopération et de coordination libano-syrien de triste mémoire (1991), sachant par ailleurs que le « secrétaire » du Conseil supérieur libano-syrien, Nasri Khoury, continue d'émarger au budget de l'État libanais, comme on a pu le voir sur les photos en provenance de Damas. Là aussi, le Trésor pourrait envisager de faire des économies...

 

(Lire aussi : Navires-centrales : le gouvernement s’en remet à la DDA)

 

 

« Pas de normalisation avec le régime syrien »
Réuni l'après-midi, le bloc parlementaire du Futur a clairement affirmé qu'il considérait que les visites effectuées par les ministres libanais à Damas « revêtent un cachet personnel, et non officiel », comme l'avait annoncé Saad Hariri il y a quelques jours. Le bloc estime inconcevable que le Liban « normalise ses rapports avec un régime coupable de massacres contre son peuple et de complots terroristes contre le Liban ». Et de rappeler que deux plans terroristes ont été fomentés dans la capitale syrienne avant que n'éclate la guerre de 2011 en Syrie, le plan dont Michel Samaha s'était fait le complice, et le plan de sédition de Nahr el-Bared exécuté par Chaker Absi, un homme que le régime syrien avait sciemment libéré d'une prison syrienne à cet effet, selon le courant du Futur.

Par ailleurs, loin du triomphalisme du Hezbollah, après la guerre de 2006, le courant du Premier ministre a salué le souvenir de la résolution 1701 du Conseil de sécurité grâce à laquelle un contingent de 3 000 hommes de l'armée libanaise a pu se déployer au Liban-Sud, sous ombrelle internationale, après 30 ans de vide.

 

  

Lire aussi

Les télécoms privés de crédit dans l’attente de l’adoption du budget

EDL augmente ses importations d'électricité de Syrie

Place de l'Étoile, les marques d'une régression démocratique

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Ministre, député ou moukhtar, chacun est libre de visiter ou de parler avec n'importe qui sur n'importe quoi même en Chine ou en Cochinchine, il ne représente que lui-même. Fermons le ban.

Bery tus

Ils n' écriront rien et finirons dans les poubelles de l'histoire !!

Irene Said

Et les traîtres finiront, eux, dans les poubelles, même si cela prendra du temps !
Irène Saïd

Pierre Hadjigeorgiou

A ce train le Liban finira par exploser quoique les ténors du 14 Mars fassent pour l’éviter!

Ma Fi Metlo

C'est une loi physique , on y peut rien , les vainqueurs non seulement feront l'Histoire , mais aussi écriront l'Histoire .

DOUBLE PEINE POUR LES VAINCUS !

Le Faucon Pèlerin

La visite de Youssef Finianos à Damas que ce soit en tant que ministre ou en tant que "Marada" ne change en rien la réalité des choses. Depuis 1957 des relations amicales et personnelles unissent les Frangié aux el-Assad. Après la tuerie de Miziara le 16/6/57 avec ses 23 morts et 54 blessés, Suleiman Frangié Sr. est parti vivre en Syrie pendant trois ans... De là, je considère la visite de Youssef Finianos au fils de Hafez el-Assad. Sans plus.
Quant au Haut-Conseil libano-syrien et son président Nasri Khoury un PSNS imposé par les Syriens, il est nul et non avenu qu'il faudrait dissoudre immédiatement.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAIT OU PLUTOT EST MORT...

Salim Dahdah

Une République plus bananière que jamais, avec un simulacre institutionnel, le plus terrible c'est que les politiques ont le culot de continuer à agir et à s'exprimer comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Dommage tout ce gachis, le Pays du Cèdre aurait mérité mieux...!

Irene Said

A combien s'élève la récompense reçue par nos "ministres-voyageurs" de la part de nos "frères"...ou quels avantages divers en tireront-ils ?
Les faits le montreront certainement rapidement.

Et que vive le Liban indépendant souverain et démocratique !

Irène Saïd

Antoine Sabbagha

La loi du plus fort est toujours la meilleure . Adieu protocole , bonjour Taëf à la libanaise .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES VENDUS POUR SE REVENDRE A LA FOIRE DE LEUR SEIDE !

Yves Prevost

"un gouvernement multipolaire dont les ministres répondent de leurs actes non pas au Premier ministre ou au chef de l'État, mais aux chefs de leurs propres partis".
C'est l'absurdité de tous ces gouvernements dits "d'union nationale", que l'on continue invariablement à former. On avait espéré qu'avec "le changement et la réforme", il en irait autrement. Las! Plus ça change, plus c'est toujours la même chose!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.