X

À La Une

Les combattants des Brigades Ahl el-Cham quittent le territoire libanais vers la Syrie

Liban

Environ 400 combattants, leurs familles et près de 3.000 autres civils quittent le jurd de Ersal pour Rhaïbé, en banlieue de Damas.

OLJ
14/08/2017

Les combattants des Brigades Ahl el-Cham, un groupuscule jihadiste syrien retranché dans le jurd de Ersal, ont quitté lundi le territoire libanais en direction de la Syrie. L'opération de leur évacuation, suspendue dimanche soir, avait commencé dans la matinée, sous la supervision de la Sûreté générale libanaise et en coordination avec la Croix Rouge libanaise.

Les combattants évacués
Selon la chaîne de télévision du Hezbollah, al-Manar, les 40 bus devant transporter environ 400 combattants, leurs familles et près de 3 000 autres civils désirant retourner en Syrie, ont quitté Wadi Hmayed, dans le jurd de Ersal, dans la matinée. Quelques minutes auparavant, 14 ambulances de la Croix-Rouge libanaise (CRL) étaient arrivées sur place.

Les combattants et les civils, qui ont emporté avec eux leurs armes légères, ont emprunté la route Rahoué-Aakabet el-Jurd pour se rendre à Flita, dans le Qalamoun syrien, afin que les autorités syriennes vérifient l'identité de l'ensemble des passagers. Ils emprunteront ensuite la route de Damas afin d'arriver à Rhaïbé, en banlieue rurale de la capitale syrienne.

 

 

En début d'après-midi, des véhicules du Croissant islamique syrien se sont rendus à Flita pour récupérer six blessés transportés par la Croix-Rouge. Vers 17h, les bus transportant les combattants d'Ahl el-Cham et des réfugiés sont arrivés à Flita.

 

 

A la faveur de cette évacuation, "les secteurs de Malahi, Wadi Hmayed et Wadi Ajram, dans l'est du jurd d'Ersal, sont vidés de toute présence armée", s'est réjoui le média de guerre du Hezbollah.

 

 

L'armée libanaise s'est de son côté déployée dans les secteurs de Wadi Hmayed et de Malahi afin de resserrer l'étau sur les combattants du groupe Etat islamique (EI), présents dans les jurds de Ras Baalbeck et de Qaa, dans la Békaa-Nord, selon un communiqué du commandement de la troupe. L'armée a intensifié ses opérations depuis plusieurs jours dans ce secteur.

 

Des réfugiés restent à Ersal
Les civils ayant demandé à partir en même temps que les combattants seront emmenés vers Assal al-Ward, un secteur proche de la frontière tenu par les forces gouvernementales syriennes.

D'autres réfugiés syriens présents dans le jurd de Ersal et souhaitant rester dans les camps informels de la localité sunnite frontalière de la Syrie ont de leur côté commencé lundi matin à se mettre en mouvement, selon la chaîne LBCI. Dans le secteur de Wadi Hmayed, ces ressortissants syriens sont sommés de livrer leurs armes aux soldats de l'armée libanaise qui supervisent l'opération avant d'entrer dans les camps informels, précise la chaîne.

Hier soir, les Brigades Ahl el-Cham avaient annoncé la suspension de l'opération d'évacuation en raison d'un blocage au niveau des pourparlers. Plusieurs bus étaient arrivés dans la nuit de samedi à dimanche à Flita, dans le Qalamoun syrien, afin de se rendre dans le jurd de Ersal. Trente-cinq bus patientaient déjà depuis samedi dans cette région. Le départ des combattants d'Ahl el-Cham devait commencer dans la journée de samedi mais il a été retardé.

 

(Lire aussi : Questions d’un diplomate européen sur les polémiques politiques à la veille de la bataille du jurd, le décryptage de Scarlett HADDAD)

 

Fin juillet, le jurd de Ersal avait été le théâtre d'une bataille ayant opposé le Hezbollah au Front Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra) à l'issue de laquelle un accord d'échange de prisonniers et d'évacuation de combattants et de civils syriens a été conclu.

La dernière étape de l'accord s'était déroulée le 3 août avec la libération de cinq combattants du Hezbollah en échange du passage des convois transportant les jihadistes et leurs familles vers les zones contrôlées par leur formation à Idleb, en Syrie. Trois autres combattants du Hezbollah faits prisonniers par cette formation avaient été libérés en contrepartie de la libération de trois jihadistes de Fateh el-Cham.

Le sort des combattants des Brigades Ahl al-Cham, présents dans le jurd de Ersal, et qui devaient être inclus dans l'échange de prisonniers entre le Hezbollah et Fateh el-Cham, avait été alors suspendu. Selon la chaîne LBCI, les négociations concernant le départ de ce groupuscule ont été retardées par le fait que les combattants d'Ahl el-Cham ont pris part, aux côtés de Fateh el-Cham, aux combats qui ont opposé ce dernier au Hezbollah, alors qu'ils avaient promis de rester neutres.

 

 

Lire aussi

La foire aux inepties, l'éditorial de Issa GORAIEB

Les combattants des Brigades Ahl al-Cham quittent le jurd, la bataille peut commencer !, le décryptage de Scarlett HADDAD

Pourquoi un dialogue avec la Syrie est utile pour le Liban, selon le Hezbollah, le décryptage de Scarlett HADDAD

Le Conseil supérieur de la défense réaffirme son engagement auprès de la coalition internationale

Protections en tous genres, l'éditorial d'Issa GORAIEB

La bataille du jurd, deuxième partie : l’étonnant silence de Daech..., le décryptage de Scarlett HADDAD

Dans le Jurd de Qaa et de Ras Baalbeck, l'armée libanaise « mènerait seule » une « bataille difficile »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

A TOUS CEUX QUI DOUTENT ENCORE DE LEUR COUARDISE !

La police d’occupation israélienne a arrêté 300 soldats ayant fui le service militaire, à l’issue d’une campagne d’arrestation à grande échelle qui a duré une semaine, rapporte les médias israéliens, cité par le site d’information PalToday.

Il y’a plus d’un mois, quelque 200 militaires israéliens, prétendant souffrir d’une maladie de la peau, avaient également essayé d’échapper aux manœuvres militaires.

Dans la foulée, les responsables médicaux ont révélé qu’il s’agissait d’un coup monté, et qu’ils avaient avalé des médicaments provoquant des éruptions cutanées afin de se faire passer pour malades et induire ainsi en erreur leurs supérieurs. Ces militaires ont également été convoqués devant la Cour martiale, rapporte PressTV.

Les généraux de l’armée d’occupation israélienne ont annoncé à plusieurs reprise que les jeunes israéliens n’avaient plus de motivation pour servir l’armée, ce qui fait craindre le pire à une armée israélienne presque impliquée de façon indirecte dans toutes les guerres que traversent la région.

IMB a SPO

Une vrais victoire divine! Ils sortent avec armes et bagages apres avoir liquide 35 hezbollahi....

ACE-AN-NAS

Juste une remarque pour tous ceux qui réclament la "dessaisie" des armes de la résistance libanaise du hezb résistant , svp , ne faites pas le jeu de ceux qui , étrangers aux intérêts libanais et qui nous ont occupé durant 20 ans de la façon le plus ignoble et barbare ,ET qui ont la même exigence que vous .

ELOIGNEZ VOUS DE LEURS EXIGENCES !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué