Liban

La bataille du jurd, deuxième partie : l’étonnant silence de Daech...

Décryptage
09/08/2017

Les yeux des Libanais sont fixés sur le jurd de Qaa et de Ras Baalbeck, dans l'attente du déclenchement de la bataille annoncée contre le dernier foyer de terroristes présumés dans ce secteur. Le Haut Conseil de défense s'est d'ailleurs réuni hier à Baabda, sous la présidence du chef de l'État, à cet effet. Les décisions n'ont évidemment pas été divulguées même si la presse avance des dates, des plans et des pronostics. Des sources militaires bien informées précisent, dans ce contexte, que ce qui est publié dans la presse sur la bataille programmée du jurd n'est que spéculation, l'armée n'ayant pas l'intention de donner à l'avance des informations sur ce sujet particulièrement délicat.

Les sources militaires précitées affirment toutefois que deux choses sont sûres : la bataille est inévitable (sauf surprise de dernière minute dans le cadre d'éventuelles négociations) et elle aura lieu en parallèle avec celle qui sera menée par l'armée syrienne et le Hezbollah dans la partie syrienne de ce jurd. Car ce ne serait pas judicieux de mener la bataille du côté libanais tout en laissant les combattants de l'État islamique se réfugier du côté syrien du jurd. Tous les spécialistes militaires sont unanimes sur la nécessité de mener la bataille des deux côtés pour qu'elle soit efficace.

Les sources militaires bien informées ajoutent encore que la bataille du jurd de Qaa et de Ras Baalbeck est beaucoup plus compliquée qu'on ne le croit pour plusieurs raisons : la géographie des lieux et la détermination des combattants condamnés à combattre parce qu'il n'y a pas d'autre alternative.

 

(Lire aussi : Protections en tous genres, l'éditorial d'Issa GORAIEB)

 

Concernant la nature géographique des lieux, elle donne l'avantage aux combattants de l'EI, postés sur les cimes les plus élevées du jurd. À ce sujet, les sources précitées révèlent qu'il n'y a pas d'estimation précise du nombre de jihadistes. En principe, il varierait entre 500 et 1 000. Ce qui peut paraître dérisoire relativement à l'étendue des lieux (une superficie d'environ 300 km2, dont près de 140 en territoire libanais et le reste en territoire syrien, sachant toutefois que le côté syrien renferme les cimes les plus élevées qui commandent ainsi le jurd du côté libanais). Mais ces combattants sont bien équipés et occupent les lieux depuis au moins trois ans. Mais dans toute cette région, il n'y a pas de civils ni de camps de déplacés qui pourraient servir de relais aux combattants ou les approvisionner. Avant la dernière avancée de l'armée syrienne dans le désert (la badyé, comme on dit en Syrie), les combattants se déplaçaient en toute liberté jusqu'à Raqqa. Ce n'est plus possible désormais. Cet isolement peut être un atout pour l'armée libanaise, mais aussi un handicap.

L'atout, c'est que les combattants sont pratiquement encerclés, dans un large espace, certes, mais ils n'ont pas de possibilité de s'approvisionner en armes, munitions et nourriture, si la bataille se prolonge. De plus, ils ont beau avoir des hôpitaux de campagne, ils ne sont pas équipés pour soigner de graves blessures. Ce qui peut avoir une influence sur leur moral, sachant que chaque blessé plus ou moins grave est un homme mort dans de telles circonstances.

Mais le handicap pour l'armée, c'est que dans un tel contexte, les combattants de Daech pourraient se battre jusqu'au bout puisqu'ils ne disposent d'aucun couloir de ravitaillement ou de sortie... À moins de mener des négociations en ce sens. Contrairement à ce qui s'est passé dans la bataille menée par le Hezbollah contre les combattants de l'ex-Front al-Nosra, qui ont été évacués vers Idleb, les combattants de l'EI n'ont nulle part où s'installer s'ils décident de mener des négociations.

 

(Lire aussi : Dans le Jurd de Qaa et de Ras Baalbeck, l'armée libanaise « mènerait seule » une « bataille difficile »)

 

L'armée syrienne refuse de les laisser entrer à Deir ez-Zor, où elle s'apprête à mener une offensive et n'a donc pas besoin d'un afflux supplémentaire de combattants, et les États-Unis n'accepteront pas qu'ils se réfugient à Raqqa où les forces kurdes qui sont leurs alliées s'apprêtent aussi à mener la bataille. Il ne leur reste plus qu'Idleb, mais pour y aller ils devront déclarer leur allégeance à l'ex-al-Nosra et à son chef Abou Mohammad al-Joulani. Ce serait alors une défaite lamentable, puisque lorsque les combattants de l'ex-al-Nosra, sous la pression du Hezbollah, avaient voulu se réfugier dans les zones de Daech, cette organisation avait exigé qu'ils déclarent leur allégeance au calife autoproclamé, Abou Bakr el-Baghdadi. Seule une poignée de combattants avaient accepté de le faire (on parle d'un groupe de 25).

Tous ces éléments montrent que la bataille annoncée contre Daech risque d'être difficile et compliquée, même si, selon les données objectives, l'armée libanaise en sortira forcément victorieuse. Il s'agit simplement de chercher à limiter les pertes. Or, face à des combattants désespérés, la bataille est plus compliquée et violente. Le plus étrange, estiment les sources militaires précitées, c'est le silence de l'EI. Pendant toute cette période, et depuis qu'il est question de la bataille du jurd, l'organisation terroriste ne s'est pas manifestée, ni pour proposer des négociations ni pour montrer sa détermination à mener la bataille. Son seul acte a été de riposter à la progression de l'armée sur des collines qui étaient occupées par les combattants de l'ex-al-Nosra limitrophes de la zone contrôlée par Daech, par le lancement de huit obus à Qaa près de la caserne de l'armée. Les obus n'ont pas fait de victimes ni causé de dégâts. Il s'agirait donc, selon toute probabilité, d'un avertissement. Mais faut-il l'interpréter comme une déclaration de guerre, ou au contraire comme une volonté de stabiliser une sorte de ligne de front ? Les sources militaires précitées pensent que Daech préfère mener une longue bataille de positions. Mais c'est l'armée libanaise qui devrait au final décider du cours des événements.

 

 

Lire aussi
Aujourd’hui, un Conseil des ministres « ordinaire », mais en apparence seulement

Dans le Jurd de Qaa et de Ras Baalbeck, l'armée libanaise « mènerait seule » une « bataille difficile »

L'offensive militaire à Ersal : un pari raté pour le Hezbollah ?

 

Reportage
En "tournée" avec le Hezbollah dans le jurd de Ersal

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chady

Des hélicoptères de l'armée libanaise ont bombardé mercredi soir des éléments jihadistes retranchés sur les hauteurs des localités chrétiennes de Qaa et Ras Baalbeck, à la frontière syrienne, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Pas besoin ni de l'armee syrienne, ni de la coalition, ca prendra peut etre plus de temps, mais puisqu'il faut toujours que les libanais s'arrachent l'armée dans tous les sens... mais bon pas grave le resultat sera le même: victory

Chady

L'armee a ses helicopteres, des missiles sol-sols, des missiles anti char de haute precisions, des grads, des equipements nightvision et le hezbollah pour contenir les daechistes du côté syrien de la frontiere, comme l'armee l'avait fait pour le hezb du côté libanais de la frontiere a ersal.
Se sera une victoire claire et nette de l'armée incha allah

Hitti arlette

Avec le concours du hezb la bataille se déroulera conformément aux attentes . Bravo Scarlett pour cet article bien achalandé , geographiquement ou militairement .avec à la cle les moindres petits details que l on ignorait .

IMB a SPO

Le piege du Hezbollah est bien la!
Donc,le Hezb soit disant libere le jurd de Ersal, ou il y avait 120 jihadistes sans aucune structure (parole de Abbas Ibrahim),et dans un terrain desertique et proclame une victoire divine apres avoir perdu 35 hommes.
Et il laisse a l'Armee Libanaise le soin de s'en prendre a Daech dans un territoire autrement plus complique face a env 1000 / 1500 terroristes.
Quelle mascarade, quelle honte pour tous ceux qui jubilent face a la "victoire" du Hezb sanx se rendre compte du piege. Bravo au President Fort pour son action!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SANS COUVERTURE AERIENNE IL EST IMPOSSIBLE DE DELOGER LES TARES... QUI LA PROCURERA ? EST-CE LA COALITION AMERICANO-EUROPEENNO-ARABE POUR LE SOUTIEN DE L,ARMEE LIBANAISE... OU LE REGIME SYRIEN ET SES ACCESSOIRES POUR DISCREDITER L,ARMEE LIBANAISE ? L,ENJEU EST DANGEREUX...

RAISINS SECS

Cette bataille pourrait cacher une autre plus grande.

Celle que préparent les usa allié à israel et aux bensaouds contre l'axe de la résistance de l'Iran NPR la Russie et le hezb libanais résistant.

L'armée libanaise pourrait être un bon prétexte à ces prédateurs régionaux que sont les usa israel ben saoudie.

Et deach leur pion qu'ils manipulent comme bon leur semble.

Je pense qu'on s'approche du combat final entre ces 2 forces et la surprise sera la défaite totale et définitive des prédateurs usa israel bensaoudie parce que leurs motivations sont basées sur le faux l'injuste et le Mal.

Le Faucon Pèlerin

Hélas, je n'ai pas fait l'Académie militaire américaine de West Point ni l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidam pour comprendre les décryptages de Scarlett Haddad.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte contre la corruption, en tête des priorités du nouveau gouvernement

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Lutte contre les carrières illégales : le génie est enfin sorti de sa lampe !

Les matchs d’aujourd’hui

  • Colombie
    Japon

    19/06

    15h00 (GMT+3)

  • Pologne
    Sénégal

    19/06

    18h00 (GMT+3)

  • Russie
    Egypte

    19/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué