X

À La Une

Nasrallah: Israël respecte le Hezbollah, "parce qu'il connaît sa force"

Liban

"Il est de notre intérêt national de nous entendre avec la Syrie", affirme le secrétaire général du Hezbollah. 

Nour BRAIDY | OLJ
13/08/2017

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'est exprimé dimanche à l'occasion de la commémoration de l'offensive israélienne de juillet 2006 qui avait fait plus de 1.200 morts au Liban - la plupart des civils - et 160 tués du côté de l'État hébreu. Cela a été l'occasion pour lui de réaffirmer la force militaire de son parti et d'aborder les dossiers libanais d'actualité, tels que la prochaine bataille de l'armée dans le jurd et la visite de ministres libanais en Syrie. 

"Onze ans après, la guerre de 2006 est toujours présente (dans les esprits) des leaders israéliens (...), a déclaré Nasrallah. Durant onze ans, les études et les discussions n'ont pas cessé.  Cette guerre a été l'objet de leurs débats, de leurs soucis, de leurs études et de leurs recherches", a déclaré Hassan Nasrallah lors d'un discours télévisé retransmis en direct. Le chef du Hezbollah a en outre affirmé que "si une force israélienne entre sur nos terres, ce qui l'attend sera beaucoup plus dur que ce qu'elle a subi (en 2006)".

"Onze ans après, Israël parle de l'augmentation de la force du Hezbollah, de nos armes, de nos roquettes et de leur précision. Dans chacune de ses déclarations Israël admet sa défaite à l'issue de la guerre de 2006, a-t-il ajouté. La libération de 2000 est le résultat d'un travail sérieux et d'une résistance sérieuse. En 2006, en plus de la résistance sérieuse, il y avait une résistance politique sans laquelle nous n'aurions pas pu réaliser cette victoire". 

"La résistance oeuvre jour et nuit, réfléchit, planifie, et n'a pas de congé annuel, elle possède les meilleures armes et cela est son droit, a indiqué le leader chiite. Nous devons connaître la valeur de cette résistance qui se distingue pas sa sincérité et sa loyauté et ne cherche ni à réaliser des objectifs politiques ni à réaliser ses propres intérêts ou ceux de sa communauté. Nous ne l'avons fait ni en 2000 ni en 2006 et nous n'allons pas le faire ni maintenant ni après la (guerre en) Syrie, a-t-il martelé. La résistance a des objectifs nationaux et ne cherche pas son propre intérêt". 

"Cette résistance augmente en force jour après jour et l'ennemi sait que toute guerre contre le Liban, quels que soient ses objectifs lui coûtera très cher", a ajouté Hassan Nasrallah. 

Selon le chef chiite, Israël respecte le Hezbollah, "parce qu'il connaît sa force". Ainsi, pour appuyer ses propos, il cite l'exemple du réservoir de Haïfa pouvant stocker 12.000 tonnes d'ammoniaque qui a du fermer ses portes suite à un ordre de la justice israélienne, alors que le Hezbollah avait menacé de le viser ."Si Israël ne prenait pas au sérieux nos propos et ne nous respectait pas, il ne l'aurait pas fait, a-t-il estimé. Il nous respecte parce qu'il sait que nous sommes forts".

(Lire aussi : Les combattants des Brigades Ahl al-Cham quittent le jurd, la bataille peut commencer !, le décryptage de Scarlett HADDAD)

 

 

"Israël compte sur l'administration Trump"
"Parce que l'ennemi sait que la guerre militaire et sécuritaire contre le Liban ne peut réaliser son objectif d'éliminer la résistance il a recours à d'autres moyens, a accusé le secrétaire général du parti chiite. Israël compte sur l'administration (du président américain Donald) Trump et la pression qu'elle peut avoir sur le Hezbollah, le peuple libanais et les amis du Hezbollah où qu'ils soient, au Liban ou ailleurs. Mais l'administration américaine ne peut, quels que soient les moyens qu'elle détient, nuire à la force de la résistance", a-t-il ajouté.

"Nous avons constaté que Trump ne sait pas que le Hezbollah fait partie du gouvernement libanais et certains de ses amis prétendent que le Hezbollah domine le gouvernement libanais, mais cela est un mensonge", a-t-il encore dit.

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a été reçu fin juillet à la Maison Blanche par le président américain. A l'issue de la réunion, Donald Trump a notamment déclaré que "le Liban en première ligne dans le combat contre l'État islamique, el-Qaëda et le Hezbollah".

Pour Hassan Nasrallah, le terrorisme est représenté par "les Etats-Unis et Israël" et celui qui "affronte le terrorisme dans la région c'est le Hezbollah"."Nous faisons face aujourd'hui à une campagne d'intimidation contre le Liban et j'espère qu'aucun Libanais n'est partenaire dans cette intimidation". 

 

(Lire aussi : Geagea fustige les tentatives locales de « remettre sur pied le régime Assad »)

 

 

"Le Liban a besoin de discuter avec la Syrie"
Le secrétaire général du Hezbollah a ensuite abordé le dossier libanais, notamment celui du jurd, à la frontière libano-syrienne. Selon lui, Israël était "mécontent" de voir ce qui s'est passé dans le jurd de Esal et Flita (où le Hezbollah a mené une bataille contre les jihadistes). "Israël et les Etats unis ont perdu espoir parce qu'ils savent que la défaite de Daech (acronyme arabe de l'Etat islamique) et al-Nosra (Front Fateh el-Cham) en Syrie signifie la victoire du Hezbollah et de l'Iran", a-t-il estimé. 

Selon Hassan Nasrallah, "lorsque l'armée se rendra dans le jurd, le Hezbollah désertera la région". "Nous tous, au Liban et en Syrie, attendons le commandement de l'armée libanaise et sa décision de libérer le jurd de l'EI", a-t-il affirmé souhaitant qu'aucune limite temporelle ne soit fixée à la bataille de l'armée contre l'EI et qu'aucune comparaison ne soit faite, entre la bataille de l'armée et celle menée par le Hezbollah, fin juillet.

 

(Lire aussi : Hajj Hassan confirme à « L’OLJ » qu’il ira à Damas mercredi prochain)

 

 

En ce qui concerne le projet de visite de ministres libanais en Syrie, le chef chiite a appelé ceux qui s'y opposent a "y repenser". "Le projet sur lequel vous avez parié en Syrie est tombé ou va bientôt tomber, a-t-il dit. Observez les évolutions en Syrie et dans la région, prenez les faits et analysez-les. Le monde entier agit en fonction du fait que le régime syrien restera".  

"Il est de notre intérêt national de nous entendre avec la Syrie, a indiqué Hassan Nasrallah. Dans tous les dossiers, le Liban a besoin de discuter avec la Syrie : que ce soit concernant les frontières, l'agriculture, la sécurité, le pétrole, ou le gaz". "Avec la fin de la bataille du jurd comment l'armée va-t-elle se déployer à la frontière sans une coordination avec le côté syrien?", s'est-il interrogé. 

 

 Lire aussi

Les tentatives de normalisation avec Damas se heurtent au niet des forces souverainistes

Le Hezbollah cherche à monnayer sa lutte contre le terrorisme sur la scène internationale

Le Liban encourt le « danger » d’une normalisation des relations avec Damas

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marionet

Ce discours bravache et menaçant ne s'adresse pas qu'à Israël mais aussi à des acteurs bien d'ici qui n'auraient pas encore compris qui est le boss et qui décide des futures relations avec la Syrie. Un discours à double tranchant comme les armes du Hezbollah...

Irene Said

M. Hassan Nasrallah affirme: "la résistance a des objectifs nationaux et ne cherche pas son propre intérêt..."

Monsieur Hassan Nasrallah,
expliquez-nous s.v.p. l'intérêt iranien est-il un objectif national libanais ?
Vous affirmez: " Israël et les Etats Unis ont perdu espoir, car la défaite de Daesch signifie la victoire du Hezbollah et de l'Iran.." ce qui contredit votre affirmation des "objectifs nationaux libanais etc."

Cela fait des décennies que le Liban essaye de discuter avec la Syrie...a-t-il obtenu des résultats ???

Monsieur Hassan Nasrallah, vous nous fatiguez avec vos discours qui ne mènent à rien de concret pour le Liban, sauf à faire vibrer d'aise vos troupeaux de moutons-suiveurs-bêleurs !!!
Irène Saïd

FAKHOURI

“Le temps passe. Et chaque fois qu'il y a du temps qui passe, il y a quelque chose qui s'efface.”
de Jules Romains
Extrait de Les hommes de bonne volonté

Yves Prevost

"Israël admet sa défaite à l'issue de la guerre de 2006". Ah bon! Où a-t-il vu Israël reconnaître une défaite? Et de quelle victoire parle-t-il? 1200 civils tués et des millions de dollars de dégâts constitueraient une victoire?

Wlek Sanferlou

Quand on était tout gosses et qu'on essayait de se battre avec un frère ou un cousin bien plus agé et plus grand que nous on nous feignait le combat et nous disait en riant à nous voir gesticuler "btizzo foss wou mhassbo madfaa!"
Israel est non seulement entrain de rire des gesticulations de certains libanais mais surtout de les voir marcher gaiement, en tirant avec eux notre patrie, dans son piège féroce ...
Allah, le vrai celui là qui n'a pas besoin de milices et autres subterfuges, yisseiidna!!

Bery tus

Ah bon ?! Bon 1200 morts contre 160, 8 milliards de dégâts contre 120 000 000 ... je vous laisse deviner la suite et tout ca avec seulement 30% de leur capacité militaire ... maintensnt qu'il y a eu jurisprudence avec le cas syrien (massacre, enfant femme etc) Israël sait très bien qu'il pourra raser le liban (et il l'a déjà dit la prochaine si elle devait avoir lieu sera contre le liban a entende contre les gouvernements donc tout le liban) juste avec son aviation ou ses drones ... oui le Hezbollah pourra répondre et on reverra les statistiques d'après guerre !!

Concernant la guerre en Syrie vous l'avez fait pour protéger les intérêts iranien et surtout l'axes en défendant Assad contre le propre peuple syrien ..

FAKHOURI

Nous, libanais nous n'avons pas besoin de la Syrie qui a puisé dans notre richesse pendant des dizaines d'années pour pouvoir survivre chez elle
Bien sûr Israel tremble devant le Hezobollah
Avec les centaines de libanais morts pour rien pour consacrer sa "divine" victoire", HN ne manque pas de culot !!!!
Bien sûr avec l'armement offert par l'Iran il fera beaucoup de dégâts en Israel, mails le Liban sera rasé avec les moyens dont dispos Israel
Je prefere une mauvaise paix que le conflit.
HN ne sait que parler de guerre, le mot PAIX est
exclu de son langage et encore plus de ses convictions
C'est une honte de commémorer cette "divine" victoire

LA TABLE RONDE

3 assertions

ARMÉE PEUPLE RÉSISTANCE.

3 avertissements

AMMONIAQUE DIMONA YAKHONT.

israel sait ce qui l'attend en cas de faux pas, c'est pas TRUMP-PETE qui sauvera ce pays usurpateur et de l'apartheid.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué