X

À La Une

Jurd d'Ersal : Abou Malek el-Tallé livre sa version de l'accord avec le Hezbollah

Liban

Le chef du groupe jihadiste Fateh el-Cham dans la région du jurd d'Ersal a accordé un entretien au site Zaman el-Wassel.

OLJ
01/08/2017

Le chef du groupe jihadiste Fateh el-Cham dans la région du jurd d'Ersal, Abou Malek el-Tallé, a accordé un entretien au site Zaman el-Wassel dans lequel il apporte sa version des faits concernant l'accord conclu avec le Hezbollah à l'issue d'une semaine de combats dans cette région frontalière de la Syrie.

"L'accord avec les milices du Hezbollah prévoit la sortie des rebelles de la zone du Qalamoun-Ouest (le jurd d'Ersal) et des sunnites syriens qui souhaitent échapper aux tortures infligées par les milices chiites et aux mauvais traitements imposés par les gouvernements libanais et syrien", affirme le chef jihadiste, dans cet entretien paru mardi sur ce site qui se présente comme un média syrien indépendant fondé en 2005 à Homs. Zaman el-Wassel indique être "engagé dans la révolution des Syriens pour la dignité et la liberté".

La deuxième partie de l'opération d'échange entre Fateh el-Cham et le Hezbollah, sous la supervision de la Sûreté générale libanaise, qui avait débuté lundi matin puis a été suspendue dans la journée pour des raisons logistiques, a repris mardi matin. Rapidement, il apparaissait toutefois que des points de blocage persistaient.

La seconde étape de l'accord entre l'ex-branche d'el-Qaëda et le Hezbollah prévoit la libération de combattants du parti chiite capturés - ils seraient au nombre de huit, dont trois qui se sont égarés dans le jurd durant la dernière bataille - en échange du transfert vers Idleb de combattants de Fateh el-Cham, ainsi que de civils. Selon l'Agence nationale d'information, le nombre de personnes souhaitant rejoindre Idleb (jihadistes et civils réfugiés syriens) s'élève à 10 800.

"L'accord prévoit également la libération de 10 Syriens, cinq détenus à la prison de Roumieh et cinq aux mains du parti d'Iran au Liban (le Hezbollah, ndlr)", affirme Abou Malek el-Tallé.

En cours d'après-midi, certains médias locaux ont rapporté que l'accord tardait à se concrétiser en raison de demandes supplémentaires de la part des jihadistes, notamment la libération de quatre détenus à la prison de Roumieh afin qu'ils rejoignent Fateh el-Cham". L'Agence nationale d'information (Ani, officielle), a démenti ces informations.

"L'accord fait face à des obstacles car il y a un désaccord entre le parti (le Hezbollah, ndlr) et le gouvernement libanais", avance le leader jihadiste.

 

(Lire aussi : L'armée fête son anniversaire, pour la première fois depuis 3 ans)

 

"Pas d'interférence"

Le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, qui est le négociateur en chef au niveau de ce dossier, a lui aussi fait part d'obstacles, mardi dans l'après-midi. "Les négociations pourraient être conclues d'ici quelques heures comme elle pourraient prendre plus de temps, car les pourparlers à ce niveau sont longs et épuisants. Les tractations se poursuivent depuis six jours, mais si nous divulguons les obstacles rencontrés, d'autres pourraient surgir, c'est pour cela que je préfère garder le silence car la situation est délicate", a-t-il confié.

Dans ce contexte, le chef de Fateh el-Cham dans le jurd d'Ersal a assuré qu'"il n'y a pas d'interférence dans l'accord de la part de puissances étrangères, sauf exceptionnellement de la part de l'Iran. L'accord est négocié officiellement par le général Abbas Ibrahim qui représente le gouvernement libanais".

Par ailleurs, Abou Malek el-Tallé a affirmé que "le combat pour la libération du Levant ne se passe pas au Liban". Il a accusé le Hezbollah "d'avoir poussé le Liban dans cette bataille après être intervenu militairement en Syrie au début de la révolution", aux côtés du régime du président Bachar el-Assad.

 

Lire l'intégralité de l'entretien d'Abou Malek el-Tallé au site Zaman el-Wassel ici

 

Pour mémoire

Évacuation de Fateh al-Cham : La deuxième phase reportée à aujourd’hui « pour des raisons

logistiques »...

 

Lire aussi

En "tournée" avec le Hezbollah dans le jurd de Ersal

Rifi pour « un plan de salut visant à libérer la décision nationale de la mainmise du Hezbollah »

Joseph Aoun à ses troupes : Vous tracez les lignes rouges face à ceux qui tentent de déstabiliser le Liban

Le Hezbollah s’accorde un satisfecit après la bataille du jurd de Ersal

Bou Assi : L’armée est seule responsable de la souveraineté et des frontières

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

On ne sait si Abou Malek el-Tallé dit vrai, mais les prisonniers de Roumieh relèvent de l'Etat libanais. Le Hezbollah n'a rien à y voir, et leur libération ne peut faire l'objet d'un accord entre son organisation et le Hezbollah

RE-MARK-ABLE

Même un condamné à mort a le droit d'être écouté et si le hezb résistant libanais les a laissé en vie , c'est bien parce qu'il a la victoire intelligente , il se bat contre des bactéries dangereuse pour l'humanité , avec tout ce qu'ils ont fait à quasiment tous les pays du monde .

D'où ma réflexion , ces bactéries wahabites ont l'habitude de se faire exploser sans compter , POURQUOI DONC ELLES NE SE SONT PAS BATTUES JUSQU'A LA DERNIERE GOUTTE DE SANG ?????????

JE LES TROUVE BIEN INGRATES PAR RAPPORT AUX COMBATTANTS QUI LEUR ONT DONNE UNE CHANCE DE VIE
QU'ELLES NE MERITENT MEME PAS ! OUST ....

Bery tus

on gagne une bataille... mais les perdants ont des conditions !?! comment est ce possible !?!

il fallait les éradiquer, tellement vous en avez parler !!

Chady

Il cherche a semer la discorde entre le Hezbollah et ses detracteurs en profitant de brèches deja ouvertes, mais peu importe ce qu'il dise, il a été défait un point c'est tout

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL SEMBLE QUE CERTAINS ESSAIENT DE POUSSER L,AUTORITE LIBANAISE ET DE LUI IMPOSER QUELQUE PART UN CONTACT AVEC LE REGIME SYRIEN POUR LE BON DEROULEMENT DE L,OPERATION...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué