X

À La Une

Jurd d'Ersal : l'échange entre le Hezbollah et Fateh el-Cham toujours pas conclu

Liban

"Les négociations pourraient être conclues d'ici quelques heures, comme elle peuvent prendre plus de temps, car les pourparlers à ce niveau sont longs et épuisants", a affirmé Abbas Ibrahim.

OLJ
01/08/2017

La deuxième partie de l'opération d'échange entre Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra) et le Hezbollah, sous la supervision de la Sûreté générale libanaise, qui avait débuté lundi matin puis a été suspendue dans la journée pour des raisons logistiques, a repris mardi matin, mais en fin d'après-midi elle n'était pas encore achevée. 

Cet accord a été obtenu après un cessez-le-feu entre le parti chiite et les jihadistes sunnites, après une semaine d'intenses combats dans le jurd d'Ersal, à la frontière syrienne.

"Le nombre de bus qui se trouvent au dernier point de rassemblement, à l'entrée de Wadi Hmayed, après le barrage de l'armée libanaise, a atteint 155", a annoncé mardi le média de propagande du Hezbollah prévoyant qu'à ces véhicules s'ajoutent 45 autres. Ces bus doivent transférer, vers Idleb, dansle nord de la Syrie, les combattants de Fateh el-Cham, ainsi que des civils qui souhaiteraient les accompagner. 

La seconde étape de l'accord entre Fateh el-Cham et le Hezbollah prévoit en effet la libération de combattants du parti chiite capturés - ils seraient au nombre de huit, dont trois qui se sont égarés dans le jurd durant la dernière bataille - en échange du transfert vers Idleb des combattants de Fateh el-Cham, ainsi que des civils. Selon l'Agence nationale d'information, le nombre de personnes souhaitant rejoindre Idleb (jihadistes et civils réfugiés syriens) s'élève à 10.800. 

Le directeur général de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, a de son côté affirmé à la chaîne du parti chiite al-Manar que cette étape des négociations a débuté". "L'heure est à l'action, non aux paroles", a-t-il ajouté.

 

(Lire aussi : L'armée fête son anniversaire, pour la première fois depuis 3 ans)

 

"Une phase très délicate"

En cours d'après-midi, certains médias locaux ont rapporté que l'accord tardait à se concrétiser en raison de demandes supplémentaires de la part des jihadistes, notamment la libération de quatre détenus à la prison de Roumieh afin qu'ils rejoignent Fateh el-Cham". L'Agence nationale d'information (Ani, officielle), a démenti ces informations.

"Les négociations passent par une phase très délicate en ce moment", précise l'Ani.

Un peu plus tard, Abbas Ibrahim, en tournée dans le village de Laboué, non loin d'Ersal, a affirmé que "les négociations pourraient être conclues d'ici quelques heures,  comme elle peuvent prendre plus de temps, car les pourparlers à ce niveau sont longs et épuisants. Les tractations se poursuivent depuis six jours, mais si nous divulguons les obstacles rencontrés, d'autres pourraient surgir, c'est pour cela que je préfère garder le silence car la situation est délicate."

Au sujet des militaires libanais kidnappés le 2 août 2014 par les jihadistes du groupe Etat islamique, M. Ibrahim a fait savoir que les négociations "sont à l'arrêt. Mais ces pourparlers sont une responsabilité que j'assume personnellement".

En milieu de soirée, la chaîne LBCI a rapporté que "la partie libanaise a accepté de libérer le Libanais Z. H. et trois ressortissants syriens, A. Z., A. Ch., A. L., parmi les 20 détenus dont Fateh el-Cham réclame la libération". Elle précise que ces individus ont été transféré à la Sûreté générale, à la demande de la Justice. Il n'est pas précisé si ces détenus étaient emprisonnés à Roumieh.

Dimanche, dans le cadre de l'exécution de la première partie de l'accord, cinq corps de combattants du Hezbollah ont été remis au parti chiite, en contrepartie de neuf dépouilles mortelles de jihadistes de Fateh el-Cham. L'opération avait débuté vers midi pour s'achever en début de soirée.

 

Pour mémoire

Évacuation de Fateh al-Cham : La deuxième phase reportée à aujourd’hui « pour des raisons

logistiques »...

 

Lire aussi

En "tournée" avec le Hezbollah dans le jurd de Ersal

Rifi pour « un plan de salut visant à libérer la décision nationale de la mainmise du Hezbollah »

Joseph Aoun à ses troupes : Vous tracez les lignes rouges face à ceux qui tentent de déstabiliser le Liban

Le Hezbollah s’accorde un satisfecit après la bataille du jurd de Ersal

Bou Assi : L’armée est seule responsable de la souveraineté et des frontières

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

A mon avis , comme ils sont sous la menace d'une liquidation imminente , faudrait pas trop perdre de temps et leur rentrer dedans une bonne fois pour toute .

On négocie avec ces bactéries importés de bensoudie et manipulées par israel , mais on ne badine pas avec la patience du hezb résistant , leur vainqueur-éradiqeur .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants