Rechercher
Rechercher

À La Une - Etats-Unis

Après six mois au pouvoir, où en sont les promesses de campagne de Trump?

Donald Trump est devenu le 20 janvier président des Etats-Unis, après avoir multiplié les promesses lors d'une campagne électorale éprouvante. Six mois plus tard, qu'a-t-il fait concernant ses principaux engagements?

Le président américain Donald Trump (de dos) à la Maison Blanche, le 19 juillet 2017. AFP / SAUL LOEB

Mur frontalier avec le Mexique

Le 25 janvier, M. Trump a signé un décret pour lancer le projet de construction d'un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, sa promesse la plus emblématique.

Mais ce projet est contrarié par le refus du Mexique de payer cette construction et par la réticence du Congrès américain à la perspective de financer ce mur qui pourrait coûter 20 milliards de dollars, selon plusieurs estimations.

Statut : promesse brisée

 

 

Quitter l'accord de Paris sur le climat

Donald Trump a annoncé le 1er juin le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris, conclu par 195 pays en 2015, et son intention de chercher "un nouvel accord" mondial sur le changement climatique.

Soulignant avoir été "élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris", le milliardaire a qualifié cet accord de "très injuste" pour son pays puisqu'il permettrait, selon lui, aux autres nations de prendre un avantage sur l'industrie américaine. Mais, à cause des termes du texte, Washington ne pourra se retirer avant novembre 2020.

Statut : tenue

 

 

Abroger et remplacer Obamacare

Le 45e président des Etats-Unis a promis d'abroger et de remplacer l'"Affordable Care Act" --loi de 2010 surnommée Obamacare-- dans les 100 premiers jours de sa présidence.

Mais le Sénat, pourtant à majorité républicaine, n'est pas parvenu après déjà moult rebondissements à récolter cette semaine le nombre de voix nécessaires à l'adoption de la réforme du système de santé.

M. Trump compte désormais "laisser Obamacare s'écrouler" puis revenir à la charge avec un nouveau projet de loi.

Statut : brisée

 

(Lire aussi : Après six mois chaotiques, Trump peut-il sauver sa présidence ?)

 

 

Nommer un juge conservateur à la Cour suprême

Il a promis en campagne de nommer un juge conservateur à la Cour suprême pour remplacer Antonin Scalia, grande figure conservatrice décédée en février 2016.

Neil Gorsuch, juge d'une cour d'appel fédérale âgé de 49 ans, a été choisi par le président et sa nomination a été confirmée par le Sénat.

Statut : tenue

 

 

Interdire aux musulmans l'entrée aux Etats-Unis

Le candidat Trump avait créé la polémique en appelant "à l'arrêt total et complet de l'entrée des musulmans aux Etats-Unis".

Ses efforts pour interdire temporairement l'entrée des ressortissants de six pays à majorité musulmane (Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen) et de tous les réfugiés ont été contrariés par plusieurs décisions de justice.

Cependant, la Cour suprême a autorisé fin juin une entrée en vigueur partielle de son décret controversé anti-immigration: les ressortissants de ces six pays pouvant prouver une "relation valable avec une personne ou une entité aux Etats-Unis" ne sont plus écartés d'office.

Statut : partiellement tenue

 

 

Libre-échange : sortir du TPP, renégocier l'Aléna

Dès sa prise de fonctions, il a retiré Washington du Traité transpacifique (TPP), signé avec onze pays de la région Asie-Pacifique.

Les négociations avec les voisins mexicain et canadien concernant l'Aléna doivent commencer le 16 août.

Statut : tenue

 

 

Renégocier l'accord sur le nucléaire iranien

Il s'est engagé à "déchirer" l'accord sur le nucléaire signé en juillet 2015 entre l'Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni, Allemagne).

Washington a imposé mardi à Téhéran de nouvelles sanctions juridiques et financières, reprochant notamment à la puissance chiite son programme de missiles balistiques. Mais les Américains entendent pour l'instant conserver l'accord sur le nucléaire.

Statut : inachevée

 

(Lire aussi : La dynastie Trump commence à se lézarder...)

 

 

Vaincre l'EI

M. Trump a répété à l'envi son intention de défaire le groupe Etat islamique (EI) et a reçu en février un plan du Pentagone pour l'annihiler.

Depuis, les jihadistes ont été vaincus à Mossoul, en Irak, et sont maintenant encerclés dans leur capitale autoproclamée, Raqqa en Syrie.

Statut : inachevée

 

 

Améliorer les relations avec la Russie

Le milliardaire candidat a multiplié les compliments envers le président russe Vladimir Poutine, assurant qu'il améliorerait les relations avec Moscou.

Mais son administration est empêtrée dans l'affaire russe: soupçons de collusion de membres de son équipe de campagne avec des responsables russes et accusations d'ingérences de Moscou dans le processus électoral. Plusieurs enquêtes sont en cours.

Statut : inachevée

 

 

Lire aussi

Trump frappe l’Iran de nouvelles sanctions, mais conserve l’accord sur le nucléaire

Trump blâme les démocrates pour l’échec de la réforme de la santé

Accord de Paris : Trump souffle le chaud et le froid

Trump fulmine face aux soupçons de collusion avec la Russie


Mur frontalier avec le Mexique
Le 25 janvier, M. Trump a signé un décret pour lancer le projet de construction d'un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, sa promesse la plus emblématique.
Mais ce projet est contrarié par le refus du Mexique de payer cette construction et par la réticence du Congrès américain à la perspective de financer ce mur qui pourrait coûter...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut