X

Liban

Machnouk persiste et signe : Des ingérences politiques ont eu lieu

Sécurité / Arrestations

Jreissati s'engage à remettre au gouvernement un rapport détaillé sur de possibles interventions politiques.

06/07/2017

La polémique qui a suivi l'arrestation de 78 personnes soupçonnées d'avoir tiré en l'air pour célébrer les résultats du brevet, et dont la majeure partie a été relâchée moins de 48 heures plus tard, s'est transposée hier en Conseil des ministres. Si les échanges étaient moins acerbes que la veille, selon plusieurs sources ministérielles, il n'en reste pas moins que cette affaire a créé un malaise au sein de l'exécutif.

Le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, est revenu à la charge assurant que des ingérences politiques ont effectivement eu lieu pour inciter les juges à libérer une partie des prévenus. Selon une source proche du ministre, « les ingérences ne sont pas l'œuvre d'une seule partie politique, mais concernent plusieurs formations ».

La couverture politique dont bénéficient certains suspects a été évoquée par le gouvernement dans le cadre du dossier de l'homme d'affaires Rida al-Masri, relâché peu de temps après avoir été arrêté. Dans des apparitions largement médiatisées, Rida al-Masri s'affiche comme étant proche des deux mouvements chiites Amal et le Hezbollah, des informations démenties par les ministres d'Amal et du Hezbollah. Selon une source informée, le ministre de l'Industrie, Hussein Hajj Hassan, est monté au créneau, estimant que les accusations qui circulent à ce sujet sont « injustifiées ». Il a affirmé en substance la détermination du Hezbollah à coopérer et à soutenir les forces de l'ordre dans leur mission. Pour preuve, le ministre chiite a « cité l'exemple de son neveu arrêté dans une affaire de drogue, une mesure qui avait été avalisée par le parti », a révélé la source.

 

(Lire aussi : La vendetta au Liban, ou lorsque les morts tuent...)

 

Un « État policier »
L'affaire des arrestations en série et de la relaxe d'une soixantaine de suspects a continué de susciter des remous dans les milieux judiciaires qui dénoncent la « politisation à outrance » d'une procédure judiciaire qui a pris son cours d'une manière régulière.

Dans ces milieux, on reproche aux Forces de sécurité intérieure d'avoir cherché à faire « un coup d'éclat en publiant, de manière illicite, une liste de noms concoctée à la va-vite sur base de données fournies par des informateurs, même pas par des témoins ».
« C'est un scandale », indique une source judiciaire. « Comment peut-on publier les noms de personnes qui ne sont même pas encore accusées et procéder ainsi à un tel lynchage ? » poursuit la source judiciaire qui déplore tout autant la « déception exprimée par l'opinion publique à l'annonce de la relaxe d'une grande partie des personnes arrêtées ». « On a l'impression d'être dans un État policier ou à l'époque de l'Inquisition », commente la source précitée. Et de rappeler que le procureur ne peut porter plainte contre quelqu'un qui a été pointé du doigt par un informateur qui dit l'avoir vu tirer en l'air, sans aucune preuve pour soutenir ces allégations.

Dans ces milieux, on rappelle que la détention provisoire obéit à des règles strictes « que l'on ne saurait manipuler pour des objectifs politiques ».
« On ne peut pas détenir quelqu'un plus de 48 heures, surtout si l'on n'a pas de preuves tangibles. Cela ne veut pas dire non plus que les personnes libérées ont été innocentées. Elles peuvent être convoquées à nouveau devant la justice à n'importe quel moment », indique un juriste qui tient à rappeler qu'une quinzaine de personnes sont toujours en état d'arrestation. « Le législateur a consacré le principe de la liberté de la personne, l'arrestation étant un état d'exception », dit-il.

Quant aux ingérences politiques, si elles ont effectivement eu lieu, il reste à les prouver, « une tâche qui incombe à l'Inspection judiciaire et ne saurait être débattue dans l'arène politique ou dans les médias », conclut le juriste qui reconnaît qu'il s'agit effectivement d'une violation grave du principe de l'indépendance judiciaire. Une réunion de la commission parlementaire de l'Administration et de la Justice est d'ailleurs prévue lundi prochain pour examiner si effectivement il y a eu une brèche en ce sens et si les allégations d'ingérences faites par M. Machnouk sont justifiées. De son côté, le ministre de la Justice, Salim Jreissati, a promis de soumettre, d'ici à quinze jours au plus tard, un rapport détaillé sur l'affaire, comportant notamment des précisions sur les personnes qui ont été relâchées.

 

Lire aussi 

« Le phénomène des armes individuelles doit être rapidement réglé », insiste Bkerké

Les parents de la petite Lamis, victime d’une balle perdue, veulent quitter le pays

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE NE NOMME-T-IL !!!

gaby sioufi

mais oui, les "sources" judiciaires" ont raison : on ne peut pas accuser qq'un sur temoignage simple ..... et lorsque les forces de l'ordre avaient arrete ces personnes - avaient elles fouille leur domicile, trouve des armes a feu-recemment utilisees?
QUI CONNAIT LA REPONSE?
en tout cas ils ont raisons ces "sources" judiciaires , il faudra des films clairs et nets montrant les tireurs ET la marque de leur arme....
la justice C la justice non ?
ceci dit, les "sources" judiciares cette fois ci- serieusement -ont raison lorsqu'ils s'indignent du fait de la publication des noms des " non-accuses -

TYAN Georges

A fénnass, fénnass et demie.

Soeur Yvette

Nous sommes toujours dans la jungle ...Helas...pauvre Liban....

Irene Said

De réunions et en "commissions parlementaires" inutiles, en déclarations de toutes sortes de la part de tous les RESPONSABLES-INCAPABLES de notre soi disant gouvernement, l'affaire sera diluée dans les compromis habituels comme toutes les autres.
Les criminels concernés le saven trop bien, donc ils recommenceront sans inquiétude leurs méfaits !

Et Monsieur Nouhad Machnouk se présente tout sourire entouré de fleurs blanches devant une assemblée pour une remise de diplômes...comme si tout allait pour le mieux du monde dans notre pays, le Liban...BRAVO !
Irène Saïd

Ir

Tabet Karim

Rien de mieux qu'un tel cafouillis officiel pour exciter encore plus les desperados, voyous et autres consorts de s'en donner à coeur joie et tirer plus vite que leur ombre....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

A SON TOUR... A L,IMAGE DE CERTAINES ORGANISATIONS OU PARTIS... LE CITOYEN SE DECHAINE CAR SE SACHANT COUVERT ! DES TIRS POUR LE BREVET SI AU MOINS C,ETAIT POUR UN DOCTORAT !!!

George Khoury

mohamad raad, dans une de ses envolee lyrique a dit: si on veut renier la presence du soleil, on pourrait en faire la demonstration

et maintenant va accuser un des leurs d'avoir tire en l'air, sur toi, sur le pays, etc...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

22 octobre 1989-22 octobre 2018, Taëf entame sa 30e année

En toute liberté de Fady NOUN

La vérité et le dialogue des cultures

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué