Rechercher
Rechercher

156e anniversaire des FSI

Machnouk se dit en faveur de la peine de mort

« Il y a une irresponsabilité chez un groupe de citoyens qui tuent intentionnellement. Les décisions de justice ne peuvent les arrêter », a lancé le ministre de l'Intérieur.

Parade des services de sécurité lors de la cérémonie. Photo Dalati et Nohra

Le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, s'est prononcé hier pour la peine de mort, dont le débat a été relancé après le meurtre de Roy Hamouche. M. Machnouk s'exprimait lors d'une cérémonie organisée pour le 156e anniversaire des Forces de sécurité intérieure (FSI).

Inhumé jeudi, le jeune étudiant en génie civil à l'Université Saint-Esprit de Kaslik avait été abattu par balle dans la nuit de mardi à mercredi à l'issue d'une course-poursuite dans le secteur de la Quarantaine, après un accrochage à Jal el-Dib où il fêtait son anniversaire.

« Il faut travailler sur une réintroduction de la peine de mort, particulièrement pour les crimes intentionnels », a déclaré M. Machnouk lors d'une cérémonie à la caserne Wissam el-Hassan.
« Il y a une irresponsabilité chez un groupe de citoyens qui tuent intentionnellement pour une priorité de passage ou pour des raisons futiles et se transforment en criminels. Les décisions de justice ne peuvent arrêter ceux-là », a lancé M. Machnouk. « Je sais que beaucoup d'organisations, de diplomates et de pays vont dénoncer mes propos, mais chaque pays a ses spécificités », a-t-il ajouté.

Les trois suspects dans l'affaire Roy Hamouche ont été arrêtés mercredi et jeudi. H.M., 25 ans, a été arrêté par les agents de la Sécurité de l'État, alors que A. Gh. a été appréhendé par les services de renseignements des Forces de sécurité intérieure. Le tueur présumé, M.H.A., avait été arrêté mercredi soir à Bourj Hammoud dans l'appartement de son amie où il s'était réfugié. M.H.A., 33 ans, est un récidiviste qui a été incarcéré plusieurs années à Roumieh, faisant l'objet de plusieurs mandats d'arrêt.

 

(Lire aussi : La corde, mais quoi d'autre ? L'édito de Issa GORAIEB)

 

Des sources proches de l'enquête affirment que le tueur serait un membre du mouvement Amal, une information qui a été démentie ultérieurement par le parti en question.

Le ministre de l'Intérieur, qui représentait le président de la République, Michel Aoun, lors de la cérémonie, a par ailleurs prononcé un discours au nom de ce dernier dans lequel il a salué les « sacrifices des FSI » dans la « lutte contre le terrorisme » et la « protection des citoyens ».

M. Machnouk a par ailleurs assuré travailler, depuis sa prise de fonctions au sein du ministère de l'Intérieur, « main dans la main avec le gouvernement et le président de la République », pour améliorer l'équipement des FSI et moderniser leur travail et leurs bureaux afin qu'ils puissent « répondre aux besoins sécuritaires grandissants ».

De son côté, le directeur général des FSI, Imad Osman, s'est engagé à mettre en place une stratégie pour faire des FSI l'une des institutions sécuritaires les plus performantes du monde. « Les missions de notre direction ne débutent pas dans les villages frontaliers et ne se terminent pas dans les ruelles des villes. Nous sommes une force de protection et de loi qui représente le prestige de l'État. Cette force assure la sécurité de l'État et de ses institutions », a-t-il déclaré.

 

Lire aussi

Devenir un fait divers, puis être balayé par le prochain...

Affaire Roy Hamouche : Tous les suspects arrêtés, mais le traumatisme reste vivace

Affaire Roy Hamouche : Tous les suspects arrêtés, mais le traumatisme reste vivace

« Je trouve choquant qu’à chaque crime, les appels se multiplient pour tuer, pour se venger »


Le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, s'est prononcé hier pour la peine de mort, dont le débat a été relancé après le meurtre de Roy Hamouche. M. Machnouk s'exprimait lors d'une cérémonie organisée pour le 156e anniversaire des Forces de sécurité intérieure (FSI).


Inhumé jeudi, le jeune étudiant en génie civil à l'Université Saint-Esprit de Kaslik avait été...

commentaires (3)

SI ET QUAND LA JUSTICE EST JUSTE ON POURRAIT Y PENSER...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

20 h 06, le 11 juin 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • SI ET QUAND LA JUSTICE EST JUSTE ON POURRAIT Y PENSER...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 06, le 11 juin 2017

  • Dans cette éventualité ..., il faut tout faire pour empêcher les kamikazes de se suicider ...!

    M.V.

    13 h 19, le 10 juin 2017

  • "...Machnouk se dit en faveur de la peine de mort..." C'est trop facile de lancer de fortes affirmations, juste pour calmer la colère de tout un peuple, écoeuré et scandalisé par l'incapacité criminelle de nos dirigeants à gérer correctement notre pays et des conséquences qui en découlent: comme dernièrement la mort tragique d'un jeune homme, Roy Hamouche ! On attend de voir ce qui sera effectivement fait pour contrôler toutes ces milices illégales et surtout inutiles pour le bien de notre pays, sauf à semer le désordre et la mort. Messieurs nos "dirigeants", assez de belles promesses et paroles lancées lors de cérémonies rutilantes, nous attendons des actes ! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 49, le 10 juin 2017