X

Liban

L’obscurantisme a gagné : la communauté gay interdite d’événement

Droits de l’homme
15/05/2017

La communauté homosexuelle du Liban (LGBTIQ) avait prévu une semaine de festivités pour célébrer la Journée internationale contre l'homophobie, le 17 mai courant. Avec en guise de lancement, hier, un séminaire organisé par l'association Proud Lebanon à l'hôtel Monroe. Un séminaire qui devait voir, entre autres, la publication d'un rapport sur la torture et les abus à l'égard de la communauté homosexuelle du Liban, accompagnée de la diffusion d'un documentaire et d'une pièce de théâtre. Mais l'obscurantisme en a voulu autrement.

Victime d'une campagne orchestrée de pressions, d'intimidations, voire de menaces proférées par un nombre d'instances musulmanes du pays, et pas seulement extrémistes, l'association s'est vu signifier par le service de sécurité de l'hôtel qu'elle était persona non grata. « Mises à part les menaces répétées que nous avons reçues par téléphone et sur les réseaux sociaux, aucune instance officielle ne nous a contactés pour nous faire part d'une quelconque interdiction de l'événement. Nous avons été mis devant le fait accompli et contraints d'annuler la célébration, par crainte d'atteinte à la sécurité des participants », confie à L'Orient-Le Jour Bertho Makso, cofondateur de Proud Lebanon, lors d'une conférence de presse au siège du Centre libanais pour les droits de l'homme (CLDH), à Dora. « Les autorités ont failli à leur devoir de nous protéger. Elles ont cédé aux intimidations », ajoute-t-il, déplorant une « violation des libertés individuelles et humaines ».

(Pour mémoire : Au Liban, la communauté LGBT toujours en guerre contre les discriminations)

Menaces et intimidations

Dans les détails, alors que l'association menait ses préparatifs tambour battant, s'apprêtant à recevoir plusieurs centaines de membres de la communauté LGBTIQ, comme elle l'a déjà fait à deux reprises sans le moindre incident, la Ligue des ulémas des musulmans au Liban (Hay'at oulama' al-mouslimin fi loubnan), une instance sunnite dissidente de Dar el-Fatwa, dirigée par le cheikh Abou Bakr el-Zahabi et composée en grande partie de sunnites salafistes, a publié une série de posts sur Facebook. Des posts qui non seulement dénoncent l'événement et réclament son interdiction par les autorités, mais se lancent dans une diatribe enflammée contre l'homosexualité, qu'ils qualifient d'« obscène » et de « déviance sexuelle ».

« Les réseaux sociaux nous ont informés de l'organisation d'un festival pour les déviants sexuels, sous le titre de Journée mondiale contre l'homophobie, où l'opinion publique serait encouragée à la déviance », lance une première fois sur son site Facebook l'instance islamique, la veille de l'événement. Elle invite aussi nommément le ministre de l'Intérieur et le directeur général de la Sûreté générale à prendre expressément les mesures nécessaires pour annuler l'événement, le parquet à poursuivre en justice les responsables et les instances religieuses et parlementaires à assumer leur devoir pour protéger la Constitution. Publié samedi soir à 18 heures, le second post est carrément plus menaçant. Il fait part des « multiples tentatives de stopper le crime contre la vertu qui sera commis à Beyrouth à travers cette rencontre effrontée organisée par les déviants au Liban ». Il met surtout en garde les autorités, menaçant d'« un recours à la force de la part de toutes les parties pour empêcher le déroulement de cet événement qui porte atteinte à la chasteté et l'honneur, si jamais celles-ci ne prennent pas leurs responsabilités ».

(Pour mémoire : Pour en finir avec la marginalisation de la communauté LGBT...)

Le niet de Dar el-Fatwa

Relayé sur les réseaux sociaux, le niet du regroupement religieux s'amplifie et fait boule de neige. Pour être repris avec autant de véhémence par le mouvement islamiste du cheikh Maher Hammoud, instance sunnite proche du Hezbollah. Même Dar el-Fatwa qui prône la modération se met de la partie. Contacté par L'Orient-Le Jour, le cheikh Mohammad Nokkari, chef du tribunal sunnite de la Békaa, confirme : « Dar el-Fatwa s'est formellement opposé à l'organisation de ce séminaire. Dans cet objectif, l'instance sunnite a contacté le ministre de l'Intérieur, exigeant que l'événement soit annulé. »

Quelle est la raison de cette prise de position radicale de la plus haute autorité sunnite du pays ? Le cheikh Nokkari, pourtant un grand modéré et chantre du dialogue islamo-chrétien, observe que la communauté homosexuelle a d'abord annoncé « sa volonté de défendre ses droits », car elle se considère victime de discrimination. « Elle a ensuite réclamé le mariage gay, puis l'adoption. Et voilà que la communauté lesbienne veut être libre de recevoir du sperme de donneurs anonymes, pour avoir des enfants. Cette revendication représente un danger pour la vie familiale », martèle-t-il, observant que cette pratique « favorise l'inceste et présente des risques de consanguinité ».

L'obscurantisme a eu gain de cause hier au pays du Cèdre, pour avoir empêché le déroulement d'un événement démocratique. Visait-il à empêcher la publication du rapport sur les tortures et les abus vis-à-vis de la communauté homosexuelle ?
Il reste à savoir quelle sera la réponse de Proud Lebanon et de la communauté gay du Liban dans son ensemble.

 

Pour mémoire

Le juge unique du Metn refuse de criminaliser l’orientation sexuelle

« C’est un pas en avant, mais la société est-elle prête à accepter les homosexuels ? »

Levée de fonds sur le net pour Suzy, une transgenre sans abri

Homosexuel(le)s et bien accepté(e)s sur leurs campus... mais dehors ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

I.E

Et quand va t'on interdire les salafistes et les religieux extrémistes?
Quel honte aux ildiots qui ont commenter des messages de haines envers une communauté injustement discriminé et qui subit quotidiennement les injures de fanatique qui souhaite que la société revivent au Moyen-Age.
Et puis on' se demande pourquoi le pays va si mal, quand au lieu de poursuivre les voleurs et corromput on s'intéresse à persécuter de pauvre gens qui ne demande qu'à aimée.
L' homosexualite et naturel elle existe parmit toutes les espèces animal, ce qui n'est pas naturel c'est votre pensée médiévale qui reflète votre manque de tolérance et d éducation!
# love wins!

Amadeo LeGrand

Le séminaire a comme objectif de montrer la souffrance vécu par les LGBT au Liban à cause de l'homophobie et de l'ignorance de la société. Les homos au Liban sont encore loin du mariage gay et de l'adoption. Ce qui est demandé est le respect stricte de ses personnes existantes dans toutes les familles et qui n'ont j'amais choisit d'etre comme elles le sont. Il faut comprendre que la sexualité n'est pas un choix, elle s'impose à la personne et elle ne peut pas être modifiée.

Henrik Yowakim

ah la belle et lumineuse censure medievale : toute critique qui touche vos lumieres sera taxee d'obscurantiste et donc blackoutee

aliosha

Qu'ils aillent se faire accepter par Macron et Taubira la bas c'est la CULTURE

Antoine Sabbagha

Difficile d 'accepter la communauté gay dans une société conservatrice pour la forme du moins .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE HARO SUR LE BAUDET... MERCI.

Chady

Qualifié d'obscurantistes tout le monde a tout va est dangereux. Religieux et non religieux doivent s'opposer a ce genre de phenomene au liban. Scientifiquement parlant ou religieusement parlant, l'homosexualité est loin d'etre une banalité ou quelque chose de normal, comme essaye de nous convaincre les occidentaux.
Deja qu'on est pas gaté car ma fi dawlé, a l'individu il ne lui reste que la famille sur qui compter, et c'est grace aux valeurs familiales que les libanais arrivent a se lever chaque matin.
L'homosexualité detruira la famille et affaiblira la societe et le pays de fait.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA BLAGUE... C,EST QUE PARMI CEUX QUI CRIENT HAROT AU BAUDET... IL Y EN A UN GRAND NOMBRE DE GAYS ET DE LESBIENNES QUI CHERCHENT A SE CACHER PAR HONTE...
JE REPETE, JE SUIS POUR LES DROITS DE TOUS CEUX QUE LA NATURE A AINSI PRODUIT... JE NE SUIS PAS POUR LES DEPRAVES...

C.K

Je n'ai rien contre les homos, cela reste un phénomène marginal au Liban, à l'inverse de l'Europe qui en est gangrenée, et c'est très bien comme ça.
Élever l'homosexualité à une normalité est dangereux pour les jeunes en quête de tendances où de transgression sociale, sans parler des dérives liées à la procréation.
La sexualité, comme la religion, doivent rester pour soi et chez soi.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

1 - ELEVER DES ENFANTS PAR LES GAYS ET LES LESBIENNES EST CONTRE NATURE !
2 - IL Y A AUSSI A FAIRE LA DIFFERENCE ENTRE CEUX ET CELLES QUI SONT NES TELS/TELLES ET QU,IL FAUT DONC RESPECTER... ET LES DEPRAVES/VEES... IL NE FAUT PAS LES MELER... LES SECONDS/SECONDES SONT A CONDAMNER...

M.V.

Faut dire que politiser ...puis instrumentaliser une/des différences naturelles entre humanoïdes ...pour en faire une injustice sociale ...ce n'est pas très aisé de trouver des sponsors et des gogos...

Bery tus

Je suis pour leur liberté de pratiquer leur amour leur sexualité sans pb ... mais je suis avec far el fatwa quand à l'interdiction de toutes demandes allant à vouloir pouvoir élever des enfants avec 2 mères ou 2 pères ou des trans ... ET CA AVEC UN IMMENSE NIET

Algebrix

''Que celui d'entre vous qui est sans péché lance la première pierre'', a dit Jésus.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.