X

Liban

Nasrallah promet des « surprises » à Israël en cas de nouvelle guerre

Discours

« Les véritables créateurs de Daech, ce sont les États-Unis et l'Arabie saoudite et leur but est de détruire des pays tels que l'Irak, la Syrie et l'Égypte », affirme le leader du Hezbollah.

N.B. | OLJ
17/02/2017

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'est lancé hier dans une longue diatribe contre Israël. Au début de son intervention retransmise en direct par al-Manar, Hassan Nasrallah, qui s'exprimait à l'occasion de la « commémoration annuelle des grands martyrs du parti », Ragheb Harb, Abbas Moussaoui et Imad Moghnié, a félicité l'Iran et ses responsables, notamment le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, à l'occasion du 38e anniversaire de la révolution islamique de 1979. Il a ensuite dénoncé les « intimidations continues, les articles et les discours menaçants selon lesquels une troisième guerre (israélienne) contre le Liban pourrait avoir lieu ».
« Ces menaces ne sont pas nouvelles, a affirmé le leader chiite. Il semble qu'Israël veuille mettre la pression sur le Liban et ses habitants. J'appelle les Libanais et tous ceux qui vivent au Liban, qu'ils soient réfugiés ou autres, et leur demande d'avoir une approche différente sur la question : nous entendons ces menaces depuis 2006. Nous n'avons cessé d'entendre des propos sur la revanche qui approche mais, onze ans plus tard, rien ne s'est passé et le Liban est sûr, même si, de temps en temps, des violations se produisent. »

« Une nouvelle guerre israélienne ? »
Il a ensuite abordé le probable soutien que pourrait apporter le président des États-Unis, Donald Trump, au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qu'il a reçu mercredi. « Certains disent que Trump pourrait autoriser Israël à déclarer une guerre contre le Liban ou qu'il pourrait l'encourager. Est-ce que déclencher la guerre contre le Liban ne tient qu'à l'autorisation des États-Unis ?
Certes, la protection américaine existe... mais la protection arabe existe aussi, malheureusement », a déploré le chef du Hezbollah. « Il n'est pas question de protection américaine. »
« Après la guerre de 2006 et après la dernière guerre contre Gaza (2014), est-ce qu'Israël pourrait gagner une nouvelle guerre ? s'est interrogé sayyed Nasrallah. Là est la véritable question. » « Pour Israël, il ne s'agit pas d'obtenir une autorisation américaine ou arabe, a-t-il poursuivi. En fait, Israël n'est pas sûr de remporter une victoire dans le cas d'une guerre contre le Liban. Cela veut dire que la force de la résistance et de ses soutiens est l'atout principal aux côtés de l'armée. Et je rappelle aujourd'hui à cet effet la position constante du président Michel Aoun. Voilà où réside la force du Liban. »

Le réservoir d'ammoniaque de Haïfa
Par ailleurs, concernant la décision mercredi d'un tribunal israélien de reporter la fermeture d'un réservoir à Haïfa pouvant stocker 12 000 tonnes d'ammoniaque, Hassan Nasrallah a appelé Israël à vider le réservoir mais aussi à démanteler la centrale nucléaire de Dimona. « Où qu'ils cachent ce réservoir nous pourrons l'atteindre », a-t-il menacé. Israël possède l'arme nucléaire mais nous pouvons transformer cette arme en menace contre Israël. « L'ennemi connaît la force et la capacité de la résistance au Liban », a-t-il ajouté.
« Tout le monde sait aujourd'hui qu'une guerre aérienne ne suffit pas. Lorsque Israël menace de mener une guerre contre le Liban, est-ce que cela veut dire qu'il enverra une armée terrestre au Liban ? » a-t-il ironisé. « Les gens peuvent rester tranquilles, mais la résistance doit demeurer prête pour affronter l'ennemi », a-t-il ajouté avant de s'adresser à Israël. « Vous seriez surpris de ce que nous cachons, a-t-il dit. Nous pouvons changer le cours d'une guerre et ce serait idiot de votre part d'y aller. »

« Aux portes de la victoire »
Le secrétaire général du Hezbollah s'est ensuite lancé dans une diatribe contre les pays arabes affirmant que ces derniers « tentent de normaliser les relations avec Israël, que ce soit officiellement ou officieusement ». Il a ainsi appelé le peuple palestinien « à ne pas abandonner » et à « poursuivre sa résistance ». Les propos entendus à Washington, à l'issue de la rencontre entre M. Trump et M. Netanyahu, sonnent le glas du processus de paix israélo-palestinien, a-t-il martelé. À l'issue de sa rencontre avec le Premier ministre israélien, le président américain a souligné que pour lui, la solution d'une paix à deux États est l'une des solutions possibles et non plus la seule, se distanciant ainsi de ses prédécesseurs qui défendaient exclusivement la première option. « Je n'exagère pas si je dis qu'hier on a eu l'annonce officieuse de la mort du processus de négociations », a commenté à ce sujet Hassan Nasrallah.
« Nous continuerons à faire face aux projets qui nous prennent pour cible, a-t-il promis. Nous sommes aux portes de la victoire contre le projet américain, saoudien et israélien qui s'appelle Daech (acronyme arabe du groupe État islamique) ». « Les véritables créateurs de Daech, ce sont les États-Unis et l'Arabie et leur but est de détruire des pays tels que l'Irak, la Syrie et l'Égypte », a-t-il encore dit.
Dans son discours, Hassan Nasrallah n'a pas abordé la politique interne libanaise. Il avait déjà prononcé un discours dimanche et avait défendu le mode de scrutin proportionnel dans le cadre du débat autour de l'adoption d'une nouvelle loi électorale dans la perspective des législatives en mai prochain. Il avait aussi appelé le gouvernement libanais à engager des discussions avec le régime syrien pour régler la question des réfugiés syriens installés au Liban et s'était en outre prononcé en faveur de tout accord de cessez-le-feu en Syrie.

N.B.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET EN REPONSES DES FRIANDISES ET DES CERISES QUE DELIVRERAIT LA BRISE...

Chady

On doit notre honneur a cet homme sans qui on aurait vendu notre honneur et signer la paix il y a bien longtemps, je pense meme que sans resistance le Liban se serait délaisser du sud au profit d'israel qui ne se serait pas gener pour annexer petrole gaz et autres ressources ... Mais ou vit-on? Comment peut on hair a ce point son semblable au point d'embrasser le diable?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TARTARIN DE TARASCON !

LA TABLE RONDE

Quand on dit que si les usurpateurs n'attaquent pas la résistance du hezb qu'ils craignent plus que tout,ce n'est pas par philanthropie ou amour de son prochain , mais parce qu'ils craignent une réaction qui les mettrait en situation très périlleuse, est on entrain d'insulter quelqu'un ? Ou manque t-on de respect à quelqu'un ?

Si oui à qui svp ? Alors pourquoi on ne me publie pas?

C'est étrange à la fin !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Mais pas "Karakôz", quand même !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL VA... CHERCHANT !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ou, l'haSSîne ; yîhhh ; le "Prestidigitateur-Moûhârrîîîj" !
Yâ wâïylîîîh !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"L'haSSine promet, yîîîh, des « surprises »." !
Yâ âllâh, quoi donc ?
Encore un tour de bonneteau Per(s)cé et "diviiin", yâââï, de son cru comme en 06 Chez Nous Ici ou comme ; since 011 ; en bääSSyrie aSSaSSine ?
Yâ haSSirtîîîh !

George Khoury

Il se plaint contre les declarations guerrieres d'israel, des usa et de l'arabie saoudite alors que ca fait 30 ans qu'il crie mort a israel, mort aux usa et depuis pas longtemps mort a l'arabie.
depuis 16 ans l'ennemi s'est retire de notre terre, pourquoi continuer a jeter de l'huile sur le feu si ce n'est pour rester au pouvoir? Chebaa/tilal Kfarchouba sont Libanais? Amenons les cartes et documents necessaire et faisons une guerre, on sera tous avec. Et on ira aux Nations Unies demander notre droit aussi. Mais ni les syriens, et encore moins le hezbolla ne veulent de cartes, juste du flou artistique.
La prochaine guerre, je ne leverais pas le petit pouce, je ne donnerais pas un sous. Je me rapelle tres bien ce que j'ai eu en retour: 7 Mai, fermeture du centre ville, coup d'etat suite aux elections de 2009, etc...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué