La Dernière

Reem Acra fait son entrée dans la « Fashion Diplomacy »

This is America

Après avoir habillé les célébrités hollywoodiennes, la Libanaise Reem Acra fait son entrée dans l'histoire des États-Unis en signant la robe arborée par Melania Trump à la soirée de l'investiture présidentielle. Une robe qui sera exposée au Smithsonian Museum.

03/02/2017

« Habiller la Première dame des États-Unis au moment de l'investiture est extrêmement important. Les chances de le faire tous les quatre ans sont bien minimes. Cette robe fait partie de l'histoire. Mon nom figurera dans l'histoire des États-Unis ! », souligne avec une grande satisfaction Reem Acra dans un entretien accordé à L'Orient-Le Jour à son atelier de New York.

Cette entrepreneure, qui fête cette année vingt ans de réussite professionnelle, se retrouve aujourd'hui sous les projecteurs. Le 20 janvier dernier, c'est l'une de ses créations que portait Melania Trump lors de la soirée qui a suivi l'investiture de son mari. La chance sourit aux audacieux, et Reem a saisi sa chance au moment où les célèbres designers américains, Tom Ford en tête, se sont rebellés en boudant Donald Trump et sa famille, refusant d'habiller la Première dame.
« Je pense que c'est une combinaison de choses qui a permis que cela se passe », dit Reem Acra en référence au choix de Melania Trump, sans toutefois vouloir en révéler davantage. « Nous recevons des appels quotidiens pour habiller telle ou telle personne. Nous refusons plus souvent que nous n'acceptons, parce que la personne doit représenter la marque par son attitude et son corps. Elle doit occuper une position extrêmement importante ou être une célébrité qui va briller », précise-t-elle.

 

(Lire aussi : Vanity Fair Mexique crée la polémique avec Melania Trump à sa Une)

 

 

« Robe simple et glamour »
« Lorsqu'une cliente se présente chez moi, je suis en mesure de m'asseoir avec elle, d'engager la conversation et de comprendre rapidement ce qu'elle désire. Cette robe en tulle, entièrement rebrodée main et rehaussée de fines paillettes réparties de manière spécifique, est à la fois riche, simple et glamour.

Il a fallu plus de cent heures de labeur et dix personnes pour la confectionner dans notre atelier à New York », explique la designer au sujet de la robe portée par la nouvelle First Lady. Sûre de son talent, de son flair et de sa vision créative, Reem Acra recherche avant tout l'excellence. Ses robes haute couture « tombent à la perfection », épousant les formes et rehaussant la silhouette et l'allure. « Lorsque je conçois une robe, je m'assure qu'elle représente bien la personne et dessine bien ses formes. Pour moi, cette robe est un message. Elle représente l'élégance, la simplicité, la créativité et la qualité de la forme. Car la qualité joue un grand rôle », explique-t-elle. La Première dame a-t-elle exprimé sa satisfaction ?
« Mme Trump a aimé sa robe. Le message est arrivé et, à en croire les commentaires élogieux que j'ai entendus çà et là, elle semble superravie », indique la créatrice.

 

 

(Lire aussi : Melania Trump en Reem Acra au Candlelight Dinner, Union Station)

 

 

Passion et labeur
La réussite de Reem Acra pourrait paraître facile, et pourtant elle souligne : « Ce n'est pas uniquement un rêve, ni une question de chance. C'est le résultat d'un travail acharné, avec beaucoup de hauts et de bas. » « La passion, poursuit-elle, n'est pas une chose simple ou facile. Elle est bien plus compliquée que l'on ne peut imaginer. Pour en arriver là, il m'a fallu beaucoup d'efforts, des nuits sans sommeil et un travail continu. »

La créatrice savoure encore son succès célébré par la presse du monde entier, mais ne perd pas la tête. Car l'heure est au travail. La designer s'attelle à sa nouvelle collection automne-hiver 2017-2018, qu'elle présentera prochainement à New York. Elle vient d'ajouter aussi un nouveau galon à son talent en créant son propre programme télévisé annuel en arabe, Fashion Star, axé sur la mode et « le mentoring », devenant ainsi pour l'occasion le mentor d'une nouvelle génération qui désire s'embarquer dans ce métier.

Cette émission, qu'elle a lancée en 2016 à Dubaï, a attiré une grande audience de jeunes. Forte de ce succès, la créatrice « juge en chef » présentera en mars la deuxième saison de ce programme. Samedi, la chaîne américaine CNN International News lui consacre en outre une émission d'une demi-heure portant sur les conseils qu'elle prodiguera aux jeunes designers qui aspirent à devenir les futurs leaders de la mode.

 

 

 

Pour mémoire

Le Smithsonian, runway des First Ladies

Melania Trump Première dame en Ralph Lauren, rappelle Jackie Kennedy

Lire aussi

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour Beyrouth, Macron a donné un nouvel élan aux relations franco-libanaises

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.