Liban

Appel d’offres de la collecte : Sukleen écartée au profit de Soriko

Crise des déchets
S.B. | OLJ
19/10/2016

Le dernier appel d'offres dans le cadre du nouveau plan de gestion des déchets a été finalisé en fin de semaine dernière : il porte sur la collecte et le transport des déchets, et a été effectué au sein du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR). Il a été remporté par la compagnie Soriko, qui a battu deux concurrents, Sukleen (chargée de cette tâche durant les vingt dernières années) et CET-Nelsen. Les dossiers de deux autres concurrents n'ont pas été qualifiés.

Selon des sources bien informées, Soriko a présenté le prix le plus bas : 26,95 dollars la tonne, contre 30,7 dollars pour Sukleen et 27,44 dollars pour CET. Le prix total demandé par la compagnie pour les sept prochaines années est de 128 millions de dollars, contre 146 millions pour Sukleen et 131 millions pour CET.
Toujours selon ces sources, « des informations non vérifiées font état d'un partenariat qui aurait été conclu dans l'ombre entre la compagnie gagnante et celle de Jihad el-Arab ». Mais ces informations n'ont pu être vérifiées de source indépendante.

La société de Jihad el-Arab avait, rappelons-le, remporté l'appel d'offres pour la construction de l'une des décharges, celle de Costa Brava (Choueifate, sud de Beyrouth), à deux reprises (une première fois, puis une seconde fois après l'annulation du premier appel d'offres). C'est également la société de Jihad el-Arab qui a décroché, début septembre, le contrat sur le traitement des déchets (tri et compostage), assuré depuis vingt ans par Sukomi (même groupe que Sukleen, qui n'avait pas présenté de dossier). C'est ce qui fait dire aux sources anonymes précitées qu'il « faudrait se demander si nous n'avons pas ainsi remplacé un monopole par un autre ».

 

(Pour mémoire : Déchets : encore et toujours des palliatifs, en attendant la prochaine crise)

 

Pour ce qui est du suivi de la construction des deux décharges à Bourj Hammoud-Jdeidé et Costa Brava, principal pilier du plan national de gestion des déchets (et de sortie de crise) adopté par le gouvernement en mars dernier, une source proche du dossier indique que « la première cellule d'enfouissement est déjà opérationnelle à Bourj Hammoud, et les déchets amoncelés dans l'aire de stockage temporaire depuis l'adoption du plan y sont déjà entreposés ». « Toutefois, les déchets qui se sont accumulés dans les rues durant les 23 jours de fermeture du chantier de Bourj Hammoud et de l'aire de stockage (par un sit-in l'été dernier) ne seront pas transportés vers cette cellule, parce qu'il est devenu quasi impossible de les trier et de les traiter », selon cette source.

Les sites de Costa Brava (où le travail avance) et de Bourj Hammoud-Jdeidé reçoivent chacun près de 1 100 à 1 200 tonnes de déchets par jour, de Beyrouth et du Mont-Liban. Ces deux décharges côtières, impliquant le remblayage de vastes superficies en mer, ont été au centre d'une polémique depuis l'adoption du plan gouvernemental en mars, et ont notamment suscité un mouvement de protestation de plusieurs semaines par le parti Kataëb et des écologistes. Ceux-ci ont décidé de mettre un terme à leur mouvement après que les ordures ont envahi à nouveau les rues du Mont-Liban, suite à la fermeture, par la municipalité de Bourj Hammoud et par le Tachnag, de l'aire de stockage temporaire, en signe de mécontentement.

 

 

Lire aussi

« Les solutions temporaires ne mettront pas fin à la crise des déchets »

Les déchets de 45 municipalités seront à nouveau collectés

Jugerons-nous un jour nos responsables pour tant d’imprévoyance criminelle ?

Voir aussi
"Nos poubelles sont plus propres que nos politiciens !" : paroles de Libanais excédés

 

Repère
Liban : retour sur un an de crise des déchets

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Nous savons tous , dans notre République bananière ....que le prix le plus bas , dans un "marché publique" ...devient vite très couteux....

gaby sioufi

j'espere ques les normes requises par ce NOUVEAU contrat de ramassage seront les memes- excellentes - que celles appliquees par Suklin.. JE PARLE UNIQUEMENT DE RAMASSAGE
Je flaire deja de la puanteur ambiante !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement peut-il mener à bien sa mission ? Deux lectures opposées

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

In English

Resolving Lebanon’s financial crisis

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants