Rechercher
Rechercher

Liban - Crise des déchets

Dans les coulisses des recycleurs : À Beyrouth, un centre de tri de métaux unique en son genre (IV)

« Triez chez vous », « Envoyez vos produits recyclables aux usines de recyclage pour réduire le volume des déchets »... Combien de fois avez-vous entendu ces conseils sans vraiment savoir ce qui se cache derrière le mot « recyclage », devenu de plus en plus populaire depuis l'interminable crise des déchets dont les conséquences durent depuis juillet 2015 ? Afin de donner des noms et des visages à ceux qui pratiquent la récupération, le tri dans les centres et le recyclage au Liban, « L'Orient-Le Jour » lance une série de reportages dans quelques-unes des usines du pays. Outre l'intention d'humaniser le métier, cette série vise à montrer que le recyclage constitue réellement une industrie florissante au potentiel considérable, à condition d'attirer la matière première... qui se trouve chez chacun d'entre nous ! En nettoyant par le fait même la nature. Quoi de plus urgent pour inverser la tendance et contrer les plans nuisibles à l'environnement et marqués par la corruption ?

Un ouvrier au travail dans le centre de tri des métaux.

IV – À Beyrouth, un centre de tri de métaux unique en son genre


Entre des immeubles résidentiels et les petites usines de la Cité industrielle, Ahmad el-Sett a monté son entreprise de recyclage de métaux. Un engagement tant pour l'environnement que pour l'avenir de la jeunesse.
« Si je fais tout ça, c'est pour mes filles et pour l'environnement », affirme-t-il d'emblée, debout devant ses grandes machines. Il est le patron de cette entreprise de tri de métaux, destinés au recyclage. Dans les deux usines appartenant à Ahmad, vingt ouvriers travaillent sans relâche pour faire tourner la boutique.

Derrière les palissades de bois, les machines tournent sans s'arrêter, dans un fracas métallique incessant. Dans la cabine de la grue, un homme s'active à ramasser et déplacer des tiges d'aluminium, prêtes à être écrasées par un compresseur en surplomb. Environ quinze tonnes de ferraille sont quotidiennement compactées chez lui, dans son centre de tri de Beyrouth.

Quand le métal arrive à l'usine, transporté des quatre coins du Liban par les quatre camions de la société Evandy, il est trié en fonction de sa provenance. « Ici, ce sont les fils électriques », explique Ahmad. Dans des sacs s'entassent des milliers de câbles, « prêts à être déplastifiés », dit-il. Gisant près des grands sacs de toile, des moteurs, des ordinateurs, des machines à laver, tous usagés et disloqués.

« Pour résumer, tout ce qui contient du métal nous intéresse, résume le patron. Nous sommes la seule entreprise au Liban qui possède toutes les machines pour séparer les métaux entre eux, le cuivre, le zinc, le fer, le plomb... Nous sommes très bien équipés. » Son arsenal de machines est impressionnant. Il a déjà effectué plusieurs voyages en Europe pour s'en procurer « de bonne qualité ». Le métal, il l'achète « au poids » à des personnes qui viennent lui en proposer.

À l'entrée de la zone, un camion fait marche arrière, sous le regard attentif des employés. Près du compresseur, il décharge sa cargaison arrivée tout droit du fond des rivières libanaises. Un matelas à ressort s'affale sur le sol dans un bruit sourd, digne d'un dessin animé. Mais Ahmad reçoit aussi des matières plus insolites. L'armée libanaise, par exemple, lui apporte parfois des bombes désamorcées. D'ailleurs, à chaque fois que des banques ou l'armée lui confient des métaux à trier ou à compresser, ils surveillent l'opération jusqu'à son terme, afin de s'assurer que tout a bien été détruit. Un ouvrier arrive avec une tête de missile d'une bonne quarantaine de centimètres à la main, sourire aux lèvres.

 

(Lire aussi : Jugerons-nous un jour nos responsables pour tant d’imprévoyance criminelle ?)

 

« Regardez cette fumée noire »
Pour Ahmad, « cela fait plus de vingt ans que l'on parle au Liban de recyclage, de tri sélectif... Mais il n'y a aucun coup de pouce de l'État à ce sujet ». Il a lui-même commencé tôt à se pencher sur la question. Dès 1988, il échange sa voiture contre un camion pour commencer à travailler. Depuis, son entreprise de tri des métaux crée des emplois et se rebaptise en 2006 Evandy, du prénom de l'une de ses filles. Tout ce qu'il récolte et trie, il le revend ensuite à des entreprises privées. Pour le cuivre par exemple, on lui donne environ 6 000 livres par kilo.

Pour Évita, une autre de ses filles, qui aide son père aux finances, « la prise de conscience ne s'est pas encore faite au Liban ». Pour le prouver, Ahmad el-Sett sort une grosse poignée de fils électriques d'un sac. Il les pose par terre, puis demande à l'un de ses employés de sortir un chalumeau rangé sur le côté. Les flammes jaillissent et le plastique, qui entoure les câbles, brûle à toute allure. Une épaisse fumée noire s'en dégage et monte haut vers les cieux. « Voilà ce que ça fait, l'incinération. Ça pollue, ça salit, regardez cette fumée noire », lance-t-il.

Tandis que le petit tas de fils finit de se consumer, un camion militaire entre dans le centre de tri. Deux soldats en descendent et sortent de l'arrière du véhicule des moteurs usagés. Les employés d'Ahmad réceptionnent la marchandise et l'entreposent près des autres moteurs. Le soleil est à son zénith, la chaleur est pesante. Pourtant, les ouvriers s'affairent au fond du centre à récupérer les résidus de cuivre finement découpés par les machines. Ils travaillent de dix à douze heures par jour. Au sol, l'essence se mélange à l'eau des rivières qui s'égoutte des débris rapportés un peu plus tôt.
Si ce lieu de tri est la première étape du recyclage, elle est primordiale pour Ahmad el-Sett. Souriant, il affirme avec aplomb qu'à propos de l'environnement, « il faut que les choses changent au Liban ».

 

 

Dans notre série

La transformation du plastique, une activité lucrative

Quand une usine recycle des pneus en roue libre

Carton plein pour Solicar

 

Lire aussi

Nouvelles protestations contre la décharge de Costa Brava

Chehayeb : « Pas d’alternatives au plan du gouvernement, même s’il n’est pas idéal »

Déchets : encore et toujours des palliatifs, en attendant la prochaine crise

Les Kataëb et la crise des déchets

 

Voir aussi

"Nos poubelles sont plus propres que nos politiciens !" : paroles de Libanais excédés


IV – À Beyrouth, un centre de tri de métaux unique en son genre
Entre des immeubles résidentiels et les petites usines de la Cité industrielle, Ahmad el-Sett a monté son entreprise de recyclage de métaux. Un engagement tant pour l'environnement que pour l'avenir de la jeunesse.« Si je fais tout ça, c'est pour mes filles et pour l'environnement », affirme-t-il d'emblée, debout...

commentaires (2)

EXEMPLE A SUIVRE SURTOUT POUR LES DECHETS EN PLASTIC POUR RECYCLAGE ET LES RESIDUS VEGETAUX ET AUTRES QUI PEUVENT A PRIX RIDICULE SE TRANSFORMER EN ENGRAIS...

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

17 h 55, le 14 octobre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • EXEMPLE A SUIVRE SURTOUT POUR LES DECHETS EN PLASTIC POUR RECYCLAGE ET LES RESIDUS VEGETAUX ET AUTRES QUI PEUVENT A PRIX RIDICULE SE TRANSFORMER EN ENGRAIS...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    17 h 55, le 14 octobre 2016

  • Bravo et merci Ahmad! Bravo à ceux qui y croient et qui oeuvre dans ce sens. C'est évidement pour nos enfants qu'il faut agir.NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS, NOUS SOMMES TOUS CONSOMMATEUR! Chacun de nous a le devoir d'agir. D'abord éveiller les CONSCIENCES pour aller plus vite, car la lutte est longue et difficile. Avec convictions tout est POSSIBLE .MERCI pour cet article,d'autres dans le genre seraient utiles,souhaitables et nécessaires.

    Cecile Noshie

    08 h 54, le 14 octobre 2016

Retour en haut