Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Nasrallah : Une normalisation entre Israël et l’Arabie serait une "catastrophe"

Le secrétaire général du Hezbollah appelle le gouvernement libanais à assumer ses responsabilités au niveau de divers dossiers.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'une allocution télévisée retransmise en direct le 29 juillet 2016. Capture d'écran Al-Manar.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'est livré vendredi à un violent réquisitoire contre l'Arabie saoudite, l'accusant de vouloir normaliser ses relations avec Israël, en référence à certaines informations sur une récente visite d'un ex-général saoudien en Israël.

"La position saoudienne (à l'égard d'Israël) passe d'une relation dans les coulisses et en secret, à une relation ouverte, et ceci constitue récemment le pire développement sur la scène arabe", a affirmé le chef du parti chiite, lors d'un discours télévisé retransmis en direct en commémoration du décès d'un cadre militaire du parti, Ismaïl Ahmad Zahri, alias "Abou Khalil", originaire de Nabatiyé et décédé des suites d'une longue maladie.

Le leader chiite faisait référence à la visite d'un ex-général saoudien, Anwar Eshki, en Israël, où il a rencontré le directeur général du ministère des Affaires étrangères, comme l'avait indiqué ce ministère le 24 juillet. Le royaume saoudien et l’État hébreu n'entretiennent pas de relations diplomatiques.

 

(Pour mémoire : Nasrallah : Le village chrétien de Qaa était clairement la cible des kamikazes)

 

"Bientôt témoins d'une catastrophe"
Hassan Nasrallah a estimé que ce genre de rencontre "ne peut se passer sans l'accord du gouvernement saoudien". "Ceci n'est qu'un début, le début du passage du +secret+ au +public+, dans les relations avec l'ennemi israélien", a prévenu le chef du Hezbollah.

Et le leader chiite de poursuivre : "Le jour où l'Arabie reconnaîtra Israël en tant qu’État, il s'agira d'un grand pas en faveur de ce dernier, sans aucune contrepartie pour les Palestiniens (...). Une normalisation saoudienne est gratuitement offerte à Israël, et cela sera la fin, car d'autres pays voudront faire de même. L'Arabie saoudite, qui se présente au monde en tant que l’État de l'islam, de la charia, du Coran, des deux mosquées saintes, prend contact et entretient des relations avec Israël et probablement le reconnaîtra dans un futur proche en tant qu’État. Certains dignitaires religieux saoudiens vont bientôt émettre des fatwas afin de justifier cette probable normalisation", a-t-il ajouté.

Sur un ton alarmiste, Hassan Nasrallah a martelé : "Nous serons bientôt témoins d'une catastrophe, si la voie vers une normalisation avec Israël est pavée. Car après l'Arabie saoudite, d'autres États voudront faire de même". Il a estimé que "tout le monde, toute personne, doit condamner cette situation qui ne sert que l'ennemi, lequel s'en prend aux Palestiniens et aux peuples de la région".

Sur le plan régional, Hassan Nasrallah a poursuivi son réquisitoire contre Riyad, l'accusant d'"insister à poursuivre ses batailles sur tous les fronts", en référence au conflit au Yémen et en Syrie, ainsi que la contestation à Bahreïn. "Au Yémen, la guerre et les bombardements se poursuivent. C'est cela la culture saoudienne, wahhabite, celle de Daech (acronyme arabe du groupe État islamique) et d'el-Qaëda, du Front Fateh el-Cham, (ex- Front al-Nosra).

Il a ensuite critiqué la famille royale bahreïnie des Khalifa, en référence au procès qui vise un religieux chiite de haut rang, le cheikh Issa Kassem, accusé de "blanchiment" d'argent.

 

(Pour mémoire : Netanyahu menace le Liban de recourir à la "poigne de fer")

 

"Votre projet n'a pas d'avenir"
Concernant le conflit en Syrie, le secrétaire général du Hezbollah a stigmatisé implicitement le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Jubeir, l'accusant de vouloir "décider du sort du président Bachar el-Assad à la place du peuple syrien". Il a critiqué ainsi les propos de M. Jubeir, dans lesquels il appelle M. Assad à partir, de gré ou par la force des armes. Hassan Nasrallah a évoqué ensuite les avancées réalisée par l'armée du régime Assad appuyée par les forces russes, à Alep. "Ce qui s'est passé à Alep reflète l'équation régionale, et ce qui a échoué à Alep il y a quelques jours, ce sont les rêves d'empire de certains", a-t-il lancé, en référence à l'Arabie saoudite.

Et de conclure, à l'adresse des dirigeants saoudiens : "Votre projet n'a pas d'avenir. Les décideurs saoudiens ont l'opportunité de négocier. Ne soyez pas arrogants, vous avez une opportunité pour être partenaires dans cette région et assurer votre +part+. Mais dans le cas contraire, vous allez être défaits. Le programme des Saoud est voué à l'échec".

 

(Dossier spécial : Guerre de juillet 2006, dix ans déjà : quel bilan, quelles leçons ?)

 

"Des mesures doivent être prises"
Sur le plan local, Hassan Nasrallah a appelé le gouvernement libanais à "prendre en considération la situation du village de Ghajar au Liban-Sud (dont la partie nord est occupée par Israël), car il s'agit d'un village Libanais". "Même Israël a reconnu cela malgré son occupation de la localité", a martelé le leader chiite.

Revenant sur le sommet de la Ligue arabe qui s'est tenu lundi à Nouakchott, le numéro un du Hezbollah a fait l'éloge de la Mauritanie qu'il a remerciée pour "son soutien au Liban". Il a dans ce cadre critiqué sans les nommer "les dirigeants libanais qui ont dit du mal de la Mauritanie", estimant que ceux-ci "doivent lui présenter des excuses". Certains médias locaux ont fait état de propos désobligeants que certains responsables libanais auraient tenus à l'égard de la Mauritanie.

Enfin, le leader chiite a brièvement abordé la question de la pollution des eaux du fleuve Litani (qui traverse la Békaa et le Liban-Sud). Il a aussi passé en revue le problème des pénuries d'eau et de corruption, et fermement exprimé l'opposition du Hezbollah à toute augmentation d'impôts.

Aucune mention n'a été faite de la vacance à la présidence de la République qui dure depuis le 25 mai 2014. De même, l'organisation des élections législatives prévues en juin 2017 n'a pas été abordée par Hassan Nasrallah. Cette question est épineuse en raison de l'absence de consensus jusqu'à présent sur une nouvelle loi électorale.

 

Lire aussi

Les clivages restent entiers à quelques jours de la réunion marathon du dialogue, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

Entre « zones sûres » et « zones de résidence », le Liban avance en terrain miné, le décryptage de Scarlett Haddad

Rifi se déchaîne contre le Hezbollah et l'accuse de saper l'État et les institutions

 

Pour mémoire

Attentats de Qaa : trois personnes, dont deux Syriens, inculpées

Israël interdit un groupe palestinien qui "agit à l'instigation du Hezbollah et de l'Iran"

Un chef de l'EI dans le jurd de Qaa aurait été tué par des frappes du Hezbollah

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'est livré vendredi à un violent réquisitoire contre l'Arabie saoudite, l'accusant de vouloir normaliser ses relations avec Israël, en référence à certaines informations sur une récente visite d'un ex-général saoudien en Israël.
"La position saoudienne (à l'égard d'Israël) passe d'une relation dans les coulisses et en...

commentaires (13)

Catastrophe pour qui, dis ?

Remy Martin

21 h 39, le 31 juillet 2016

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Catastrophe pour qui, dis ?

    Remy Martin

    21 h 39, le 31 juillet 2016

  • TRÈS BON DISCOURS DU LEADER. IL A REMIS CE ROYAUME USURPATEUR D'ARABIE SAOUDITE A SA PLACE..

    Zorkot Mohamed

    15 h 15, le 30 juillet 2016

  • Le pauvre...le voilà qui tremble pour son fonds de commerce: la résistance à Israël ! Si l'Arabie Séoudite et ensuite probablement tous les autres pays arabes, mis à part l'Egypte et la Jordanie qui l'ont déjà fait, normalisent leurs relations avec Israël...Hassan Nasrallah devra se trouver d'autres raisons pour guerroyer, vitupérer et menacer ! Mais il existe de bons psychologues pour le préparer à ce vide dans sa vie... Ou alors qu'il se réfugie vite dans les bras de ses patrons à Téhéran et nous débarasse de sa présence inutile mais malfaisante au Liban ! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 33, le 30 juillet 2016

  • LES SAOUDIS NE FONT QUE SE DEFENDRE CONTRE LES PROVOCATIONS DE L,EXPANSIONNISME IRANIEN SECONDE PAR LEURS ACCESSOIRES...

    MON CLAIR MOT A GEAGEA CENSURE

    10 h 00, le 30 juillet 2016

  • C'est curieux , HN ne nous parle pas des 3 du CPL radiés ce jour !!!!

    FAKHOURI

    00 h 25, le 30 juillet 2016

  • Toujours la même rengaine Le "bunkerisé" continue à nous faire prendre une vache pour un taureau, un taureau pour un boeuf, un boeuf pour une chèvre Il a toujours un ennemi à stigmatiser toujours un adversaire qui justifie "sa guerre" Ces apparitions télévisées non aucun sens, aucune orientation positive pour le Liban Hélas des centaines de libanais l'écoute !!!

    FAKHOURI

    00 h 00, le 30 juillet 2016

  • Voyant la défaite arriver à grands pas à Alep les rats du désert bensaouds viennent se faire aider par les voleurs de terre sunnite et chrétienne. Les usurpateurs n'osant pas s'impliquer par poltronnerie se serviront de leurs bactéries comme les turcs avaient essayé de faire. On voit le résultat sous nos yeux.

    FRIK-A-FRAK

    23 h 44, le 29 juillet 2016

  • De nouveau un spectacle hilarant - Tartarin de TarasCON terre dans son trou a rat et qui se permet le luxe de vouloir donner des lecons!!!!

    IMB a SPO

    22 h 45, le 29 juillet 2016

  • Il a estimé que "tout le monde, toute personne, doit condamner cette situation qui ne sert que l'ennemi, lequel s'en prend aux Palestiniens et aux peuples de la région". vous etes rentrer en syrie, pq n'etes vous pas rentrer a gaza!?! .. ne nous dites pas que c'est pas la meme chose hien ... car je vous reviendrai avec la guerre de 2006 et le fameux si j'avais su !! Mais dans le cas contraire, vous allez être défaits. Le programme des Saoud est voué à l'échec oui et le votre certainement aussi bass ya sayyed .. qlq chose sur la presidentiel? sur la loi electorale? sur les legislative? sur les DECHETS ?? et surtout la derniere info sur

    Bery tus

    21 h 18, le 29 juillet 2016

  • HAHAHAHA... QUELLE RIGOLADE !

    MON CLAIR MOT A GEAGEA CENSURE

    20 h 47, le 29 juillet 2016

  • C'est du bon cinéma de circonstance pour gogos ...! tout de même la naïveté est une chose et la lucidité plus rare une autre... (forcément) ...l'on présent en toute naïveté ...que la course à la paix avec Israël est engagée contre les rats palmito...

    M.V.

    20 h 35, le 29 juillet 2016

  • La cause palestinienne est le fond de commerce de ce barbu et de ses acolytes.....Finito la musica.... Cet état de guerre qui perdure depuis 60 ans n'a été bénéfique qu'à Israel qui avance a grands pas alors que tous les bleds arabes réunis agonisent et souffrent d'un sous développement chronique qui ne fait que s'accélérer (le Liban inclus). L'Egypte, le Qatar, la Jordanie ont compris les enjeux et ont dorénavant d'autres chats à fouetter. Heureusement pour eux. Question: si Amine Gemayel avait signe la paix avec Israel, où serait aujourd'hui le Liban ? Réponse: surement pas sous les griffes de ces marchands de la mort et de la regression qui nous empestent la vie et veulent changer par la force le visage de ce pays millénaire.

    Tabet Karim

    20 h 21, le 29 juillet 2016

  • Ces bensaouds ont perdu leur dignité d'homme au profit de leur maître usurpateur d'une terre sunnite et chrétienne . Leur projet est voué à l'échec parce que les résistants ne laisseront pas faire et ont les moyens de briser cette collaboration honteuse pour les amoureux de la justice pour les peuples opprimés à travers le monde .

    FRIK-A-FRAK

    20 h 12, le 29 juillet 2016

Retour en haut