X

À La Une

Guerre de juillet 2006, dix ans déjà : quel bilan, quelles leçons ?

Guerre de juillet 2006 : dix ans déjà
OLJ
12/07/2016

Une décennie entière s'est écoulée depuis le désastre national qu'a représenté la guerre de juillet 2006 déclenchée à la suite d'une attaque d'envergure lancée le 12 juillet 2006 par le Hezbollah pour enlever des soldats israéliens. Une guerre dont les effets se sont fait ressentir sur les plans stratégique, politique, sécuritaire, économique et même culturel. Dix ans après, quel bilan peut-on tirer de ce conflit et quelles leçons devrait-on en tirer, à la lumière des circonstances qui ont jalonné cette guerre de 33 jours ?

Notre dossier spécial.

 

 

Double unilatéralisme

L’édito de Michel TOUMA

 

Dix ans déjà. En lançant le 12 juillet 2006 une opération d'envergure pour enlever des soldats israéliens, le Hezbollah prenait unilatéralement la lourde responsabilité de déclencher, sans songer aux retombées sur le pays, une guerre meurtrière et destructrice dont les effets se sont fait ressentir tout au long de la décennie écoulée. Des effets incommensurables au plan économique et des infrastructures de base, certes. Mais les conséquences (macro)politiques ont été, et restent encore de nos jours, tout aussi graves. Lire la suite

 

 

De la « victoire » de 2006 à la guerre en Syrie, le Hezbollah et ses mutations

par Sandra NOUJEIM

 


Hassan Nasrallah proclamant la victoire divine, après la fin de la guerre.

 

 Le réexamen de la guerre de juillet 2006, dite guerre des 33 jours, dix ans après, est rendu ardu, à première vue, par ce qui semble être, depuis l'intervention du Hezbollah en Syrie, une réorientation de sa résistance contre Israël, vers un conflit ouvert avec les pays arabes, sous couvert de lutte contre les fondamentalistes, désignés sous le label de « takfiristes américano-sionistes, appuyés par l'Arabie ». Lire la suite

 

 

Israël a épargné les grandes infrastructures libanaises sous la pression américaine

par Zeina ANTONIOS

 


À Nabatiyé comme ailleurs, les avions israéliens ont tout détruit.


Que s'est-il réellement passé en juillet 2006 au Liban ? Israël avait-il planifié la guerre à l'avance ? Le Hezbollah s'attendait-il à une attaque d'une telle envergure ? Dix ans après cette guerre qui a mis le pays à feu et à sang pendant 33 jours, L'Orient-Le Jour revient sur les stratégies militaires des deux protagonistes de ce conflit sanglant. Lire la suite

 

 

La reconstruction du Liban, un modèle de réussite ?

par Céline HADDAD

 

 

Les destructions dans la banlieue sud de Beyrouth en août 2006.  Photo Mahmoud Tawil

 

Dix ans jour pour jour après le déclenchement de la guerre de juillet 2006 au Liban, les stigmates des destructions menées par l'armée israélienne ne sont plus qu'un vague souvenir. De fait, il a fallu environ trois ans pour que la totalité des sites soient reconstruits.
Pourtant, le bilan matériel des infrastructures détruites ou endommagées était plus que conséquent avec quelque 117 661 logements dans plus de 354 villages, 342 écoles, 46 centres de soins, une centaine de ponts, des réservoirs d'eau, câbles électriques et infrastructures télécoms... Le tout pour un coût total estimé entre 2,8 milliards de dollars et 3,6 milliards de dollars, selon les sources. Lire la suite

 

 

 

 

 

Tarek Mitri retrace le cheminement de la rude bataille diplomatique autour de la résolution 1701

par Claude ASSAF

 

 

Condoleezza Rice et Fouad Siniora lors de la conférence de Rome en juillet 2006. Archives AFP

 
Les négociations qui ont suivi la guerre de juillet 2006 ont duré près d'un mois. Ardues et intensives, elles ont été menées à Beyrouth, New York et dans plus d'une capitale étrangère par Fouad Siniora, au nom du gouvernement libanais, et par l'envoyé spécial de ce dernier, le ministre Tarek Mitri. Quels étaient les éléments de ces négociations qui ont abouti à l'adoption par le Conseil de sécurité de l'Onu, le 11 août 2006, de la résolution 1701 ? Quelles étaient les positions respectives des parties concernées ?
L'ancien ministre Tarek Mitri retrace, dans une interview à L'Orient-Le Jour, le long chemin parcouru jusqu'à l'adoption de la résolution 1701. Lire la suite

 

 

La marée noire de 2006 : une résolution onusienne marquant
une victoire juridique... et l'habituelle négligence

par Suzanne BAAKLINI

 

 

La guerre de juillet, c'est aussi le bombardement israélien qui a pris pour cible les réservoirs de la centrale de Jiyeh, provoquant la pollution la plus catastrophique qu'ait connue le pays. Lire la suite

 

Nos lecteurs ont la parole : Votre souvenir le plus marquant de la guerre

 

Deux petits Libanais regardent les cercueils des 72 victimes
d'un bombardement israélien, le 21 juillet 2006, à Tyr. AFP / HASSAN AMMAR

 

À l'occasion du 10e anniversaire de la guerre de juillet, nous avons demandé à nos lecteurs quel est leur souvenir le plus marquant de ces 33 jours de guerre. Parmi eux, des Libanais qui n'avaient que 11 ans à l'époque et qui évoquent leur enfance volée. Lire ici

 

 

Au Conseil de sécurité, « la France était le seul vrai ami du Liban »

L'interview de Jean-Marc de La Sablière recueillie par Antoine AJOURY

 



Archives Reuters


En septembre-août 2006, Jean-Marc de La Sablière, représentant permanent de la France au Conseil de sécurité à cette époque, prend une part déterminante dans la résolution 1701 qui permettra de mettre fin à la guerre entre Israël et le Hezbollah. Dix ans plus tard, il revient pour « L'Orient-Le Jour » sur ces négociations. Lire la suite

 

Côté israélien, le changement de doctrine stratégique...

par Lina KENNOUCHE

 

Le rapport de la commission Winograd sur la guerre de 2006 pointe la faible
performance des forces terrestres israéliennes. Photo Archives AFP

Considérée par un grand nombre d'observateurs de tous horizons comme un échec, la guerre de juillet-août 2006 contre le Hezbollah a donné lieu à plusieurs réajustements stratégiques au sein de l'organisation militaire israélienne. L'affrontement de l'été 2006 a mis fin à la fausse représentation selon laquelle la supériorité stratégique et opérationnelle apportée par la révolution technologique suffit à assurer une victoire militaire. Lire la suite

 

 

Dix ans, dix œuvres : Résistance culturelle et devoir de mémoire

par Marie FAROULT, Caroline EL-KHOURY et Mira TFAILY

 

Mazen Kerbaj a tenu un blog lors de la guerre, présentant sous diverses formes ce quotidien libanais tourmenté.

 

Lorsque l'art s'empare de la guerre, il la dénonce certes. Il la (dé)dramatise, aussi. Il met les horreurs en exergue : en images, en paroles, en musique, en couleurs. Il en parle de son point de vue. Pour exorciser ses démons. Mais aussi, parce que c'est ce que l'artiste sait le mieux faire : résister. Dix ans après la guerre de juillet 2006, une rétrospective, dix œuvres à l'appui, pour ne jamais oublier, et parce que la plus urgente des résistances reste, immanquablement, la culturelle. Lire la suite

 

 

4 photographes, 4 images : Instants volés, pour toujours...

Propos recueillis par Carla HENOUD

 

Un couple qui détient la double nationalité embarque dans un hélicoptère
de la marine britannique au port de Beyrouth, le 20 juillet 2006. Patrick Baz/AFP

 

Le choc des images fait parfois oublier que derrière chacun de ces clichés de guerre, ces témoignages qui dénoncent, choquent, dérangent ou parfois banalisent toutes les guerres du monde, il y a une histoire, un individu, une émotion, un souvenir bouleversants. Autant pour la personne qui figure sur l'image que pour son auteur, ce photographe, connu ou pas, débutant ou pas, qui a également vécu ce moment en témoin, parfois indiscret. Complice impuissant d'une intense souffrance, mais dont le métier et la mission est de montrer, de se révolter, pour que l'on n'oublie jamais la folie des hommes. « L'Orient-Le Jour » a choisi, pour cette dixième commémoration de la guerre de juillet 2006, 4 photographes libanais qui ont partagé une image, un instant. Parce qu'ils n'ont pas oublié... Lire la suite ici

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants