X

À La Une

Un ex-général saoudien en visite "de plusieurs jours" en Israël

Proche-Orient

"Sur le terrorisme, nous partageons les mêmes idées, mais nous différons sur la solution".

OLJ/AFP
24/07/2016

Un ex-général saoudien a rencontré en Israël le directeur général du ministère des Affaires étrangères, a indiqué dimanche le ministère israélien alors que le royaume saoudien et l'Etat hébreu n'entretiennent pas de relations diplomatiques. "Les deux hommes s'étaient déjà rencontrés à Washington", a souligné le porte-parole du ministère, ajoutant qu'à l'époque Dore Gold n'était pas directeur général.

Au cours de sa visite de plusieurs jours, l'ex-général saoudien Anwar Eshki a rencontré Dore Gold, un proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans un hôtel de Jérusalem-Ouest, la partie israélienne de la Ville sainte, a affirmé un porte-parole du ministère à l'AFP. Selon les médias israéliens, M. Eshki, qui dirige le Middle East Center for Strategic and Legal Studies dans la ville saoudienne de Jeddah, a également rencontré le général Yoav Mordechaï, qui dirige le Cogat, l'organe du ministère de la Défense israélien en charge des Territoires palestiniens occupés.

L'officier à la retraite a évoqué à la radio militaire israélienne le processus de paix israélo-palestinien, au point mort depuis des années, et plaidé pour l'application de l'initiative de paix arabe. Cette initiative de paix est en fait un plan saoudien proposant la normalisation des relations entre Israël et l'ensemble des pays arabes en échange de la création d'un Etat palestinien dans les frontières de 1967, du retrait israélien du Golan syrien occupé et du règlement de la question des réfugiés palestiniens. "La paix ne viendra pas des pays arabes, mais des Palestiniens et de l'application de l'initiative de paix arabe", a-t-il dit.

Interrogé sur une éventuelle coopération entre les services de sécurité d'Israël et de l'Arabie saoudite, l'ex-général a affirmé: "à ma connaissance, il n'y pas de coopération dans la lutte contre le terrorisme" entre les deux pays. "Sur le terrorisme, nous partageons les mêmes idées, mais nous différons sur la solution", a-t-il ajouté selon la radio. "Le conflit israélo-palestinien n'est pas à l'origine du terrorisme, mais il offre un terrain fertile pour les conflits dans la région".

M. Eshki a également rencontré en Cisjordanie, territoire palestinien occupée depuis près de 50 ans par Israël, quatre députés d'opposition, de la gauche israélienne, qui soutiennent publiquement l'initiative de paix arabe, a rapporté dans un communiqué l'un d'eux, le député arabe israélien Issawi Freij.


Pour mémoire

« La lutte idéologique contre l'EI sera compliquée à mettre en œuvre en Arabie saoudite »

Le chef de l'EI appelle à une révolte en Arabie saoudite et à des attaques en Israël

Syrie : le roi d'Arabie accuse Assad d'avoir favorisé la montée de l'EI

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

APPROCHE OU COOPERATION ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : après la pause du Fitr, les heures supplémentaires du week-end

Un peu plus de Médéa AZOURI

Ce foutu premier rendez-vous...

Les matchs d’aujourd’hui

  • Belgique
    Tunisie

    23/06

    15h00 (GMT+3)

  • Corée du Sud
    Mexique

    23/06

    18h00 (GMT+3)

  • Allemagne
    Suède

    23/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué