Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Les municipales s'achèvent sur l'exploit d'Achraf Rifi à Tripoli

L'alliance CPL-FL battue à Kobeyate et Tannourine.

Le ministre démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi, glissant son bulletin dans l'urne à Tripoli, au Liban-Nord. Nasser Trabulsi/An-Nahar

A l'issue de la quatrième et dernière vague des élections municipales qui se sont déroulées la veille au Liban-Nord, la victoire annoncée à Tripoli de la liste soutenue par le ministre démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi, face à celle appuyée par une vaste coalition comprenant notamment les deux anciens Premiers ministres Saad Hariri et Nagib Mikati, a suscité lundi de nombreux commentaires de la part des principaux intéressés.

Rifi donné gagnant
"Une nouvelle période s'ouvre", a déclaré M. Rifi lors d'un entretien radiophonique, assurant qu'il n'avait pas changé et qu'il gardait les pieds sur terre. "Les municipales ont montré que certains n'écoutaient plus les habitants de Tripoli". "La dignité de Tripoli est plus importante que l'argent de certains", a-t-il poursuivi, appelant les partis politiques à revoir leurs calculs.

Des résultats encore non-officiels indiquent que la liste soutenue par Achraf Rifi obtiendrait la majorité des 24 sièges du conseil municipal, face à la liste soutenue par MM. Mikati et Hariri et d'autres pôles d'influence de la ville.

Le ministre démissionnaire s'est ensuite adressé à Saad Hariri pour lui demander de "retourner aux constantes" de son père, Rafic Hariri. "Je n'ai jamais été membre du Courant du Futur", a-t-il rappelé, se décrivant comme un "haririen indépendant". "Nous étions proches du Futur mais les divergences ont commencé à apparaître lorsque Saad Hariri a déclaré son soutien à la candidature de Sleiman Frangié à la présidence. Cette décision ne correspond en rien aux constantes de Rafic Hariri", a estimé l'ancien directeur général des Forces de sécurité intérieure. "Rien n'empêche une rencontre directe ou indirecte avec le Courant du Futur, ou une coopération avec lui. La porte reste ouverte pour des retrouvailles", a-t-il néanmoins ajouté.

Lors d'une conférence organisée dans l'après-midi à son domicile, le ministre démissionnaire est revenu sur la possibilité que le prochain conseil municipal ne comporte ni de chrétiens, ni d'alaouites. "Tripoli est et restera la ville du vivre-ensemble. Les résultats définitifs de l'élection n'ont pas encore été publiés mais j'espère vivement que des chrétiens et des alaouites siégeront au conseil municipal. J'ai toujours été préoccupé par le manque de représentativité", a-t-il indiqué.

Le ministre de l'Intérieur, Nohad Machnouk, a de son côté estimé lors d'une conférence de presse que, si elle se confirme, "l'absence d'élus chrétiens au conseil municipal de Tripoli ne serait pas une faute, mais un crime national".

Par ailleurs, M. Rifi s'est déclaré prêt à discuter avec le Hezbollah, "mais nous n'accepterons pas que le Liban devienne une province iranienne".
En outre, le ministre s'est exprimé en faveur de l'élection d'un chef de l'Etat ressemblant à Fouad Chehab et Nassib Lahoud. "Le commandant en chef de l'armée, le général Jean Kahwaji, correspond à ce profil", a-t-il déclaré.

 

(Lire aussi : À Tripoli, des votes arrachés à la misère...)

Hariri et Mikati tournent la page
Plus tôt dans la journée, les deux anciens Premiers ministres Saad Hariri et Nagib Mikati ont félicité les vainqueurs des élections à Tripoli.
"Nous respectons le choix démocratique des habitants de Tripoli", a déclaré M. Hariri sur Twitter, appelant ces derniers à "dépasser les clivages électoraux et à faciliter l'action du conseil municipal nouvellement élu".
"Tripoli mérite nos efforts et notre soutien en toute circonstance. Nous continuerons à porter ses préoccupations, et je demande à tout le monde de coopérer pour le bien de la ville", a-t-il conclu.
M. Hariri se trouve actuellement au Koweït où il a été reçu par son émir, cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah.

De son côté, M. Mikati a déclaré que "la page des élections est maintenant tournée". "Nous nous inclinons devant le choix des habitants de Tripoli et félicitions les vainqueurs", a-t-il déclaré.

Dans la matinée, le leader druze Walid Joumblatt avait commenté la probable victoire de M. Rifi face aux grands pôles d'influence traditionnels de Tripoli en la comparant sur Twitter au naufrage du Titanic, déplorant "le manque d'harmonie des leaders" et appelant à "protéger la mer de la pollution".

 

(Voir aussi : Municipales 2016 : le scrutin au Liban-Nord et au Akkar, en images)

 

L'alliance CPL-FL battue à Kobeyate et Tannourine
Dans les régions chrétiennes du Liban-Nord, l'alliance entre le Courant patriotique libre et les Forces libanaises a été battue à Tannourine, dans le caza de Batroun, et à Kobeyate, dans le caza du Akkar.

Pour Hadi Hobeiche, député du Courant du Futur, le scrutin à Kobeyate a été utilisé par certains pour "éliminer le choix des habitants" de la localité. "Le prétendu consensus chrétien, conduit par deux partis, ne peut pas imposer ses vues sur les chrétiens qui ne font pas partie de ce consensus", a-t-il dit à la radio.

Selon des résultats non-officiels, la liste soutenue par Hadi Hobeiche et l'ancien député Mikhaël Daher l'a emporté face à une liste rivale soutenue par le CPL et les FL.

De même, à Tannourine, la liste soutenue par le ministre des Télécoms, Boutros Harb, a remporté le scrutin face à une liste appuyée par les deux principaux partis chrétiens, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

 

(Lire aussi : Au Liban-Nord, un scrutin qui confirme des tendances)

 

Prochaines échéances
Dans la journée, le Premier ministre Tammam Salam et Nohad Machnouk ont estimé que le succès des municipales devait servir de tremplin pour la tenue des élections présidentielle et parlementaires.

"Les élections municipales sont une grande réussite sur laquelle il faut construire", a déclaré M. Salam, appelant à une tenue rapide de l'élection d'un chef de l'Etat et à l'organisation des élections parlementaires qu"il faudrait préparer pour qu'elle se tienne à la date prévue.

Revenant sur le succès que constitue selon lui l'organisation des élections municipales "au vu de ce qui se passe au Liban et son environnement", M. Machnouk a de son côté estimé que "ce scrutin a permis de redonner un sens politique au pays". "L'ensemble des partis politiques doit tirer les enseignements des résultats des élections. Les partis doivent revoir leur comportement et leurs mots d'ordre, s'ils veulent être en phase avec les jeunes", a-t-il ajouté.
Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur a déclaré que "les élections parlementaires doivent avoir lieu à la date prévue", exprimant sa circonspection quant à l'adoption d'une nouvelle loi électorale.

Une 40e séance parlementaire consacrée à l'élection d'un nouveau président de la République a été fixée au 2 juin prochain. La présidence est vacante depuis le 25 mai 2014, date de la fin du mandat de Michel Sleiman. Le président de la Chambre Nabih Berry avait convoqué les députés à une première séance plénière le 23 avril 2014. Celle-ci n'avait pas débouché sur l'élection d'un nouveau chef de l'État, aucun des candidats n'ayant obtenu le nombre de voix nécessaires. Tous les tours suivants ont tourné court, faute de quorum. La réunion des commissions conjointes chargées d'examiner la loi électorale doit avoir lieu jeudi.

 

Lire aussi

À Tannourine, la guerre est déclarée contre Harb

Kobeyate : Les « partis » s'inclinent devant la liste Hobeiche-Daher

Zghorta retrouve un consensus entre les grandes familles pour faire face aux partis

Dans le Koura, les affinités familiales l'emportent sur les batailles politiques

À Batroun, Bassil grand vainqueur... sans bataille

À Bécharré, les FL face à une « contestation de l'intérieur »

Ambiance festive avant l'heure à la résidence familiale de Boutros Harb


A l'issue de la quatrième et dernière vague des élections municipales qui se sont déroulées la veille au Liban-Nord, la victoire annoncée à Tripoli de la liste soutenue par le ministre démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi, face à celle appuyée par une vaste coalition comprenant notamment les deux anciens Premiers ministres Saad Hariri et Nagib Mikati, a suscité lundi de nombreux...

commentaires (9)

Aux héros Vrais, la valeur n'attend pas la valeur en Bourse.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

06 h 04, le 31 mai 2016

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Aux héros Vrais, la valeur n'attend pas la valeur en Bourse.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    06 h 04, le 31 mai 2016

  • Plus de Grands ou riches à Tripoli mais du nouveau sang .

    Sabbagha Antoine

    22 h 00, le 30 mai 2016

  • Passant de l’action sécuritaire à celle politique, rifi a réussi à combler la vacance politique née du long voyage de saad hariri en France et en bensaoudie. Malgré cette concurrence, rifi tient à assurer qu’il n’est pas en guerre avec saad . Il se réjouit pourtant d’avoir brisé le fameux slogan : « Votez la liste toute entière ! ». rifi est donc le vainqueur, et le courant du Futur est devenu du passé dans la capitale du Nord, Tripoli ! La gueule de bois quoi !!!!!

    FRIK-A-FRAK

    19 h 27, le 30 mai 2016

  • Yâ harâââm yâ Little big Mik !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    18 h 53, le 30 mai 2016

  • Bravo. Les libanais patriotes se réveillent. Le vrai peuple contre les partis corrompus, l'argent sale et les milices. Le Liban a un avenir.

    carlos achkar

    16 h 12, le 30 mai 2016

  • MEGA GAFFE DE HARIRI D,AVOIR PRIS DU LARGE DE CET HOMME HONNETE ET VRAI LIBANAIS... JE L,INVITE A REFAIRE D,URGENCE SES CALCULS CAR AUX ELECTIONS PARLEMENTAIRES DE GRANDES SURPRISES LES ATTENDENT A TOUS... LES TRIPOLITAINS NE BELENT PLUS ET NE SUIVENT PLUS LES PANURGES... ET CE VIRUS POSITIF VA INFECTER TOUS LES MOUTONS DES AUTRES REGIONS LIBANAISES... GARE AUX PANURGES DES FORMATIONS, PARTIS OU FAMILLES ! ACHRAF RIFI : FAITES ATTENTION LES ASSASSINS TRANSPORTEURS CIRCULENT ENCORE...

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 30, le 30 mai 2016

  • LES VRAIS GROS PERDANTS SONT DONC HARIRI ET CONSORTS ... EN EFFET LES JALOUX PEUVENT FAIRE TRES MAL ...TRES TRES MAL ...

    FRIK-A-FRAK

    15 h 15, le 30 mai 2016

  • MALGRÉ TOUT L'ARGENT VERSÉ PAR HARIRI ET MIKATI, ACHRAF RIFI A RÉUSSI L'IMPOSSIBLE. C'EST UN VRAI PATRIOTE QUI AIME SON PAYS ET LES GENS ONT BIEN REÇU LE MESSAGE. UN ESPOIR EST NÉ. MAIS ATTENTION AUX ATTENTATS. ILS SONT NOMBREUX LES MERCENAIRES QUI VEULENT SA TÊTE.

    Gebran Eid

    14 h 54, le 30 mai 2016

  • JE SUIS CHRETIEN ET JE DECLARE ICI QUE JE PREFERE LE GENERAL RIFI... VRAI LIBANAIS ET HOMME -NDIFFFFFF- ... HOMME DE PAROLE ET DE BONNE FOI ET DE VOLONTE... COMME PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A TOUT CANDIDAT CHRETIEN... N,EN DEPLAISE AUX TROIS MOUSQUETAIRES ET A DARTA-GNAN !!! RIFI POUR PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE !!!!!!!!!!!!!!

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 51, le 30 mai 2016

Retour en haut