Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Municipales : faible participation à Beyrouth ; tensions à Zahlé sur fond d'accusations d'achat de voix

Une vive altercation a opposé des partisans FL à des sympathisants des listes Skaff et Fattouche.

Une femme déposant son vote à Beyrouth dans le cadre des élections municipales. REUTERS/Mohamed Azakir

La première étape des élections municipales qui se tenaient dimanche à Beyrouth et dans la Békaa a été très faible. A 20 heures, les Forces de sécurité intérieure ont indiqué que le  taux de participation ne s'élevait qu'à 20,14% dans la capitale, tandis qu'il avait atteint 49,2% Békaa. En 2010, le taux de participation était de 21 % à Beyrouth et de 49% dans la Békaa. Le taux de participation à Ersal, localité sunnite de la Békaa proche de la frontière syrienne, s'élevait à 50% à 16 heures, a rapporté l'Agence nationale d'information (ANI). Plus tôt dans la journée, le ministre de l'Intérieur, Nohad Machnouk a affirmé que "le taux de participation montre l'attachement des habitants d'Ersal à la démocratie", assurant que la candidature du président sortant de la municipalité, Ali Hojeiri, est légale.

La tension était par ailleurs palpable à Zahlé, chef-lieu de la Békaa, où une vive altercation a éclaté sur fond d'accusations d'achat de voix.

A Beyrouth, la lutte pour la victoire semble se résumer à un affrontement entre la "Liste des Beyrouthins", parraînée par le chef du Courant du Futur, l'ancien Premier ministre Saad Hariri, et cautionnée par les partis politiques traditionnels, et celle présentée par la campagne "Beyrouth Madinati".
Deux autres listes, l'une présentée par l'avocat Imad Wazzan et l'autre, incomplète, présentée par l'ancien ministre Charbel Nahas, sont également en lice dans la capitale.


(Lire aussi : Ils votent pour le changement, pour les grandes familles, ou sans illusion : paroles d'électeurs, de Beyrouth à Zahlé)

Ce dimanche est "un moment décisif pour réaliser à Beyrouth ce dont nous rêvons", avait déclaré, dans la journée, la réalisatrice Nadine Labaki, candidate sur la liste "Beyrouth Madinati". "Nous avons toujours chanté Beyrouth et tourné des films sur Beyrouth, il est temps d'œuvrer pour Beyrouth. Aujourd'hui, on ne peut pas rester à la maison et regretter demain de ne pas avoir voté. Aujourd'hui, c'est la chance pour changer", a-t-elle déclaré à notre envoyée spéciale sur place, Nada Merhi.



De son côté, Mona Hallak, l'une des 24 membres de la liste "Beyrouth Madinati", a affirmé que le faible taux de participation aux municipales dans la capitale s'explique par "le sentiment de désespoir des citoyens". "La femme a un rôle important à jouer, a-t-elle dit devant l'un des bureaux de vote à Beyrouth. Il faut qu'elle participe au vote parce que c'est la première fois que la femme pourra être représentée à égalité avec les hommes au Conseil municipal". Mme Hallak faisait allusion à la parité hommes-femmes respectée par "Beyrouth Madinati".
Plus tôt dans la journée, la tête de liste de "Beyrouth Madinati", Ibrahim Mneimné, avait appelé les électeurs de la capitale à se déplacer nombreux pour aller voter.

De son côté, Charbel Nahas s'est dit confiant, assurant que "les citoyens et les citoyennes de Beyrouth vont montrer qu'ils n'appartiennent pas à des familles politiques".


(Lire aussi : Pots-de-vin, pressions... De nombreuses infractions relevées au premier jour des municipales (Lade))

 

Un scrutin politique ?
Dans la matinée, Jamal Itani, le chef de file de la "Liste des Beyrouthins", avait dénoncé ceux qui veulent "éliminer les partis politiques". "Éliminer les partis politiques à Beyrouth, c'est éliminer une grande partie des composantes de la capitale", avait déclaré M. Itani lors d'une tournée dans les bureaux de vote. "A l'occasion de ces élections, nous avons une chance de montrer que le consensus est possible", avait-il ajouté.

"Il s'agit d'une élection politique. Beyrouth va montrer son appartenance politique aujourd'hui", a pour sa part déclaré Saad Hariri dimanche matin, exprimant l'espoir que "les élections municipales ouvriront la porte à la tenue d'élections présidentielle et législatives". Le vote de M. Hariri a été marqué par un petit accroc. Selon le directeur du bureau où a voté l'ancien Premier ministre, ce dernier aurait glissé dans l'urne prévue pour les moukhtars le bulletin de la "Liste des Beyrouthins". Son vote aurait donc été invalidé.

A l'instar de M. Hariri, de nombreux responsables, comme le Premier ministre Tammam Salam, le ministre de l'Intérieur ou la coordinatrice de l'Onu au Liban, Sigrid Kaag, ont salué cet exercice démocratique, exprimant l'espoir que l'élection présidentielle aura lieu prochainement.

Il s'agit du premier scrutin national organisé depuis les dernières municipales en 2010 dans un pays sans président depuis deux ans, sans nouveau Parlement depuis 2009 --l'actuel ayant prolongé lui-même son mandat-- et qui est paralysé par des divisions politiques exacerbées par le conflit en Syrie voisine.

Pour sa part, le secrétaire général adjoint du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem, a affirmé que les élections municipales "ne revêtent pas un caractère politique" et "doivent permettre aux habitants des municipalités de choisir leurs représentants sur le plan local et du développement".


(Lire aussi : Les municipales, comment ça marche ? Un guide pratique pour tout comprendre)

 

Altercation à Zahlé
A Zahlé, une vive altercation a opposé, dans le quartier de Hoch el-Oumara, des partisans de la liste parrainée par Myriam Skaff, épouse du leader défunt Élie Skaff, ainsi que des fidèles de la liste présidée par Moussa Fattouche, frère du député de Zahlé Nicolas Fattouche, à des partisans Forces libanaises (FL), dont le parti soutient la liste du président du Conseil municipal sortant, Assaad Zogheib.

Les partisans FL accusent les deux autres listes d'achats de voix. L'armée libanaise a dû intervenir pour calmer les échauffourées qui auraient fait plusieurs blessés légers, selon diverses sources sur place.
Myriam Skaff, qui s'est rendue sur les lieux de l'altercation, a balayé ces accusations, assurant que "les opérations de vote se déroulent "de manière démocratique et libre".

"J'ai beaucoup d'espoir de gagner, sinon je ne continuerais pas la bataille. J'ai reçu des échos positifs et l'ambiance est très bonne", a assuré Myriam Skaff à notre envoyée spéciale, Nour Braidy, avant de poursuivre : "J'espère qu'il n'y aura pas d'irrégularités, ces élections sont un acte démocratique important, et ce d'autant plus qu'il y a eu une longue période sans élections. La bataille démocratique est essentielle pour que le Liban se remette debout". "Quel que soit le gagnant à l'issue de ces municipales, nous devons travailler ensemble pour le développement de Zahlé, la plus belle ville", a-t-elle ajouté.


(Voir aussi : Municipales 2016 : le scrutin à Beyrouth et dans la Békaa, en images)

 

Assaad Zogheib a, lui aussi, assuré croire en la victoire. "Mais il y a une énorme pression financière sur les électeurs", a-t-il déclaré à notre envoyée spéciale. "L'argent coule à flots des deux côtés, chez Myriam Skaff comme chez Moussa Fattouche. Il y a beaucoup de pots-de-vin", a-t-il poursuivi. "Nous sommes là pour rendre service aux Zahliotes et nous espérons qu'ils nous le permettront en nous donnant la victoire", a-t-il conclu.

Plus tôt dans la journée, l'ancien député du Courant patriotique libre (CPL), Salim Aoun, avait accusé les listes concurrentes d'avoir "déboursé beaucoup d'argent et offert de nombreuses aides" afin d'acheter des voix, lors de la campagne électorale, sans pour autant désigner les personnes visées. Comme les FL et les Kataëb, le CPL soutient la liste de M. Zogheib.

Le député Nicolas Fattouche a démenti les allégations d'achat de vote dans le chef-lieu de la Békaa, accusant ses adversaires de "faiblesse". "Notre force à nous réside dans le soutien des habitants de Zahlé, a-t-il ajouté. En fin de compte, ce sont les urnes qui auront le dernier mot".

Dans le cadre de ces municipales, les électeurs du Mont)Liban voteront le 15 mai, ceux de Nabatiyé et Jezzine le 22 mai au Liban-Sud, et enfin ceux du Liban-Nord et du Akkar le 29 mai.

 

Lire aussi

La « Liste des Beyrouthins » : priorité aux dossiers des déchets, des embouteillages et du transport public

La participation aouniste à la liste des « Beyrouthins » : des messages politiques au courant du Futur, le décryptage de Scarlett Haddad

Beyrouth, ma cité du vivre-ensemble, la tribune d'Antoine Courban

Wazzan à « L'OLJ » : Je ne suis pas fautif envers les chrétiens

À Zahlé, trois listes et un maître de jeu, le panachage

 

Voir nos vidéos sur les municipales
Micro-trottoir spécial Municipales 2016 : A Jounieh, les électeurs entre désillusion et indifférence

Micro-trottoir spécial Municipales 2016 : A Zahlé, les électeurs entre espoir et lassitude

Micro-trottoir spécial Municipales 2016 : A Beyrouth, les électeurs entre colère, lassitude et dégoût

Beyrouth Madinati sème ses agora dans la capitale

La première étape des élections municipales qui se tenaient dimanche à Beyrouth et dans la Békaa a été très faible. A 20 heures, les Forces de sécurité intérieure ont indiqué que le  taux de participation ne s'élevait qu'à 20,14% dans la capitale, tandis qu'il avait atteint 49,2% Békaa. En 2010, le taux de participation était de 21 % à Beyrouth et de 49% dans la Békaa. Le taux...
commentaires (6)

Je crois fermement que maintenant Elie Skaff repose en Paix! N'était-ce-pas lui qui avait fait la campagne favorable à Assaad Zogheib en 1998?! Et hélas et de triste mémoire lui-même qui a le plus enduré et souffert à cause du conseil municipal sortant!? Pour qui il avait fait une campagne néfaste et méfaste en 2010?! ...Merci les Zahliotes qui ont élus Assaad Zogheib! Bon courage à tous!

Mireille Braidy

14 h 04, le 09 mai 2016

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Je crois fermement que maintenant Elie Skaff repose en Paix! N'était-ce-pas lui qui avait fait la campagne favorable à Assaad Zogheib en 1998?! Et hélas et de triste mémoire lui-même qui a le plus enduré et souffert à cause du conseil municipal sortant!? Pour qui il avait fait une campagne néfaste et méfaste en 2010?! ...Merci les Zahliotes qui ont élus Assaad Zogheib! Bon courage à tous!

    Mireille Braidy

    14 h 04, le 09 mai 2016

  • Par contre, ce "Jamîl" Ïîtânîhhh ; yîîîh : Tautologue "honoris causa".... es Tautologie ! Yâ harâââm yâ Beryte !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    05 h 19, le 09 mai 2016

  • Bravo à Nadine LABAKÉ ! COURAGE, yâ énté yéllé b'térfaëérrâss !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    05 h 10, le 09 mai 2016

  • LIBANAIS : TITI... TITI... MITEL MA KINTOU MITEL MA INTOU !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    LA LIBRE EXPRESSION

    22 h 33, le 08 mai 2016

  • LES PLATS DE FATTOUCH AVAIENT PARAIT-IL COMME GARNITURE DES BILLETS DE L,ONCLE SAM POUR LEUR DONNER DU GOUT...

    LA LIBRE EXPRESSION

    20 h 13, le 08 mai 2016

  • Encore une fois le Liban va mal .Faillite totale de la démocratie .

    Sabbagha Antoine

    19 h 48, le 08 mai 2016

Retour en haut