X

À La Une

Présidentielle : Bkerké appelle les chrétiens à étudier sérieusement le compromis Frangié

Liban

"L’élection du président ne doit pas nous être imposée", souligne Raï.

J. A. R. | OLJ
06/12/2015

L'initiative portant sur l'élection du chef des Marada, Sleiman Frangié, à la présidence de la République, proposée par le leader du Courant du Futur, l'ancien Premier ministre Saad Hariri, et soutenue par plusieurs capitales dont Riyad et Paris, continuait dimanche à faire des remous sur la scène chrétienne. Alors que Bkerké appelait les Libanais à étudier sérieusement cette initiative, plusieurs pôles chrétiens ont exprimé leurs réserves.

Raï met la pression
Le patriarche maronite, Bechara Raï, a exhorté dimanche les forces politiques à examiner le compromis proposant l'élection de M. Frangié à la présidence de la République "avec sérieux et dans un esprit  responsable", soulignant la nécessité que cette décision soit prise par les Libanais dans leur ensemble.

"Nous invitons à nouveau les forces politiques à se réunir pour examiner sérieusement cette initiative lancée de l'extérieur dans un esprit de responsabilité nationale, et à s'entendre afin de garantir l'élection d'un président de la République", a déclaré Mgr Rai dans son homélie prononcée lors d'une messe à Bkerké, critiquant à cette occasion les partis politiques et les blocs parlementaires "ayant failli à leur devoir national, incapables d'élire un chef de l'Etat depuis un an et sept mois". "Cette décision doit être prise par les Libanais, afin que l'élection du président ne soit pas imposée de l'extérieur", a-t-il poursuivi.

Après avoir reçu jeudi M. Frangié à Bkerké, Mgr Raï avait reçu la visite du président des Kataëb, Samy Gemayel et du président du CPL, Gebran Bassil.

Dans un entretien accordé au quotidien local al-Moustaqbal, le vicaire patriarcal maronite, Samir Mazloum, a rappelé dimanche que les quatre leaders chrétiens s'étaient engagés lors de leur rencontre à Bkerké le 28 mars dernier à n'imposer de véto à la candidature d'aucun d'entre eux.
Mais l'appel lancé par le chef de l'Eglise maronite intervient alors que plusieurs pôles chrétiens ont exprimé à mots couverts leur désapprobation à cette initiative brouillant les alliances et qui les place devant le fait accompli.

 

(Lire aussi : Bkerké : « Une occasion sérieuse se présente pour sortir du vide présidentiel »)

 

"Aoun plutôt que Frangié"
Le député des Forces Libanaises, Antoine Zahra, a indiqué dimanche qu'il trancherait en faveur du chef du bloc parlementaire du changement et de la réforme, Michel Aoun, si le choix devait se faire entre ce dernier et le chef des Marada, Sleiman Frangié, favori dans la course à la présidentielle. "Il ne s'agit pas de faire obstruction à l'accession de M. Frangié à la présidence de la République mais si le choix devait se faire entre ce dernier et M. Aoun, nous nous positionnerions en faveur de ce dernier", a-t-il déclaré dans un entretien accordé à la chaîne locale OTV.

"Lorsqu'on nous disait que les chrétiens devaient s'entendre sur l'échéance présidentielle, nous répondions que cette échéance n'était pas seulement chrétienne, mais aussi nationale. Cependant, nous ne voulions pas dire que cette échéance était une affaire musulmane dont les chrétiens ne seraient informés qu'en dernier recours", a-t-il expliqué, assurant que l'ancien Premier ministre, Saad Hariri, ne s'était pas concerté à ce propos avec les FL, ni avec d'autres.

 

Réserves chrétiennes
De son côté, le secrétaire général du 14 Mars, Fares Souhaid a estimé dimanche que l'élection du président de la République constituait une bataille pour l'équilibre des forces politiques.
"Le chef du parti Marada, Sleimane Frangié, n'a pas pu rencontrer le leader du Courant du Futur, l'ancien Premier ministre Saad Hariri, à Paris, sans en avoir informé le Hezbollah", a déclaré M. Souhaid lors d'un entretien accordé à la chaîne locale LBCI, expliquant par ailleurs que "ce sont les relations entre les sunnites et les chiites qui contrôlent le jeu politique au Liban, malgré le fait que le président de la République soit chrétien".

Samedi, le député Kataëb, Nadim Gemayel, avait contesté ouvertement et sans frilosité le compromis qui doit amener le député Sleiman Frangié à la présidence de la République dans un entretien accordé à L'Orient-Le Jour, arguant du fait que « le 14 Mars a accepté un accord honteux, et sans aucune contrepartie ».

De son côté, Gebran Bassil avait affirmé samedi soir que son parti n'acceptera qu'un président fort, assurant qu'il luttera pour faire aboutir ses revendications. "Les sacrifices en faveur des intérêts publics sont une obligation, mais les sacrifices en faveur des intérêts des autres sont une traitrise", a déclaré M. Bassil dans un discours prononcé lors de l'ouverture d'une exposition à l'occasion des fêtes à Batrouniyat. "Nous voulons plutôt jouer un rôle pionnier, qui donne un sens au Liban-message", a-t-il poursuivi.

La 33e séance parlementaire consacrée à l'élection d'un nouveau président de la République libanaise a été fixée au 16 décembre, le quorum des deux-tiers (86 députés sur 128) n'ayant pas été atteint lors de la précédente séance.
La présidence est vacante depuis le 25 mai 2014, date de la fin du mandat de Michel Sleiman. Le président de la Chambre Nabih Berry avait convoqué les députés à une première séance plénière le 23 avril 2014. Celle-ci n'avait pas débouché sur l'élection d'un nouveau chef de l'État, aucun des candidats n'ayant obtenu le nombre de voix nécessaires. Tous les tours suivants ont tourné court, faute de quorum.

 

 

 

Lire aussi

Les contacts s’accélèrent, la balle est dans le camp du 14 Mars

Le Hezbollah trancherait après la rencontre Aoun-Frangié

Grisailles, l'édito d'Issa GORAIEB

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

Très inquiétant la position de Monseigneur RAI
et incroyable !
Il vient de condamner les chrétiens du Liban
Il leur demande simplement de se soumettre au Hezbollah et ses alliés
c'est du suicide pur et simple
Une personne de son niveau ne peut émettre les conseils qu'on lit dans la presse
Frangié est une catastrophe pour le Liban et la porte ouverte à Damas, à l'Iran par Hezbollah interposé

Gebran Eid

DORMEZ DORMEZ LES LIBANAIS VOUS L'AUREZ À COUP SÛR VOTRE PRÉSIDENT. UN MERCENAIRE PUR ET DUR CETTE FOIS ÇI. DORMEZ DORMEZ.

Henrik Yowakim

Monseigneur Rai dans son homélie a critiqué les partis politiques et les blocs parlementaires "ayant failli à leur devoir national, incapables d'élire un chef de l'Etat depuis un an et sept mois".

EN TANT QUE BERGER/GUIDE SUPREME DES MARONITES MGR RAI AURAIT DU NOMMER LES BLOCS QUI BLOQUENT DEPUIS UN AN ET DEMI L’ELECTION DU CHEF DE L’ETAT. EN L’OCCURRENCE LES FARCES DU 8 MARS ET LEUR LOGIQUE BIEN AFFICHEE :OU BIEN LE PARLEMENT VOTE POUR LE CANDIDAT 8 MARS OU BIEN C’EST LA VACANCE PESTILENTEILLE.A PERPETUITE.

Souhaid « :"Ce sont les relations entre les sunnites et les chiites qui contrôlent le jeu politique au Liban, malgré le fait que le président de la République soit chrétien".

SIRE SOUAID DEVRAIT RENDRE GRACE AUX SAOUDO/AMERICAINS ET À LEUR ACCORD DE TAEF IMPOSEE PAR LEUR CHANTAGE AU PIRE.ET QUI A CONSACREE CETTE HEGEMONIE CHIITO/SUNNITE SUR LES CHRETIENS.

Bassil :"Nous voulons plutôt jouer un rôle pionnier, qui donne un sens au Liban message".

COMME, EN 1988 ET 1989 ?

QUOIQU’IL EN SOIT QUE LES CHRETIENS RECALCITRANTS QUI REFUSENT CE COMPROMIS/PIEGE SE PREPARENT A LA NOUVELLE VAGUE DE VOITURES PIEGEES.CAR COMME L’ONT ANNONCEE LES MAITRES CHANTEURS L’ELECTION PESTILENTIELEL SE FERA AVEC OU EN DEHORS DE LEUR CONSENTEMENT.LE CAS ECHEANT DANS ET PAR LE FEU ET LE SANG.

RE-MARK-ABLE

Je vous raconterai un jour l'histoire du bouc.

Après le choix du faiseur de Roi, pour lequel je n'ai pas arrêter de dire qu'il devait être le phare Aoun.

Comme geagix vient de me paraphraser.
Ironie du sort.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Tous ceux Cancres-huitards au nombre de (57) seront présents à la séance du 16 décembre. Et il suffira à une trentaine de 14 Martien-z-ébaubis (70) de se présenter pour que le quorum de (86) soit assuré ! Le calcul est plus que facile.... sachant que ce Hariri pourra assurer entre 20 et 25, Joumblatt (7 à 9) en plus de quelques autres épigones 14 Martiens pseudo-"indépendants". La boucle sera alors bouclée, et les chrétiens éhhh Libanais seront les derniers dindons de la farce de toute cette masseKharrâh-mascarade en cette veille de fêtes ! Joyeux Noël quand bien même ! "Sacrés" Chréti(e)ns, et 8 et 14 Martiens !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

COMME TOUT LE MONDE... BKERKÉ SEMBLE DANSER AUX SONS DES TIMBALES CAMÉLÉONISTIQUES... POURQUOI PAS UN CANDIDAT CONSENSUEL QUI NE SOIT PAS UNE PROVOCATION CAR APPARTENANT À UN PÔLE DÉFINI ET L'AMI INTIME DE "L'AMI" ? OU DU MOINS POURQUOI SON ACCEPTATION N'EST PAS SUJETTE CHEZ VOUS À DES CONDITIONS ET DES GARANTIES PRÉALABLEMENT PRISES ET DÉCLARÉES ?

Georges Zehil Daniele

NON LE PEUPLE N'EN VEUT PAS C'EST CLAIR, NON????????

Le Faucon Pèlerin

Lorsque j'apprends qu'Antoine Zahra, député FL de Batroun déclare qu'il trancherait en faveur de Lorsque j'entends Antoine Zahra, député FL de Batroun dire qu'il trancherait en faveur de Michel Aoun au-lieu de Sleiman Frangié, je tombe de l'armoire... Les guerres inter-chrétiennes perpétrées par Michel Aoun contre Samir Geagea et les Forces libanaises avaient fait plus de 1.200 morts...
Sleiman Frangié rappelle qu'il est l'ami personnel de Bachar Assad, il n'a jamais retourné sa veste. Michel Aoun est comme le caméléon, il n'a plus de vestes à retourner tellement elles sont usées des deux côtés.
Les deux ne sont pas des hommes d'Etat.
Choisissons un vrai homme d'Etat maronite, libre, neutre, propre, patriote et tournons la page.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

C'est "l’hôpital" de Bkérkéh qui se moque de la "charité" de chréti(e)ns Frânejéhhhs !

Bery tus

Pq devons nous faire confiance à ce monsieur qui pourtant nous a trahis et à trahis le Liban tout simplement parce que fut un temps oui sa famille entière était rechercher à cause d'assasinat et sont partie se réfugiées en Syrie !!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué