X

Liban

Le Hezbollah trancherait après la rencontre Aoun-Frangié

L’éclairage
05/12/2015

Le compromis autour de la candidature de Sleiman Frangié attend encore une position claire de la part du Hezbollah qui en hâterait la consécration. Retranché dans son mutisme, le parti chiite continue d'adresser des signaux de soutien à Michel Aoun, sans lui demander lui-même de retirer sa candidature en faveur du leader des Marada. Selon des sources proches du 8 Mars, le Hezb attendrait la rencontre prévue bientôt entre MM. Aoun et Frangié à Rabieh, sur laquelle ont convenu les deux hommes lorsque le député de Zghorta a présenté ses condoléances au chef du bloc du Changement, mercredi soir, pour le décès de son frère. Cependant, le parti chiite ne peut pas rester éternellement silencieux et va devoir prendre position. Or il lui serait impossible de se mettre en travers d'une décision étrangère favorable à la libanisation de l'échéance à travers un compromis libanais. Aussi sera-t-il contraint de trancher après la réunion Aoun-Frangié.

De son côté, le patriarche maronite, de retour de l'étranger, a saisi la balle présidentielle au bond, d'autant que M. Frangié est l'un des quatre pôles maronites qui s'étaient réunis ensemble à Bkerké et qui s'étaient engagés par écrit à s'entraider pour assurer le succès de celui parmi eux qui parviendrait à créer un consensus autour de sa candidature. Le Courant patriotique libre, les Forces libanaises et les Kataëb n'ont pas encore dit leur dernier mot sur l'entente suggérée, réclamant des garanties extérieures et posant des conditions. Iront-ils jusqu'à former un nouveau Helf tripartite comme en 1968 ?
Pour un ministre chrétien, cela est peu probable, en raison du manque de confiance entre les trois pôles maronites opposés à la candidature de Sleiman Frangié et de l'absence d'entente entre eux sur les revendications et les conditions à soulever. Chacun de ces partis a ses propres angoisses et ses propres demandes, et chacun réclame des garanties spécifiques à M. Frangié ou aux parrains régionaux et internationaux. Le parti Kataëb, à titre d'exemple, a dressé une liste de revendications, tandis que les FL ont fait part de certaines de leurs craintes.


(Lire aussi : Bkerké : « Une occasion sérieuse se présente pour sortir du vide présidentiel »)


Michel Aoun, lui, a exprimé sa stupéfaction de voir que le compromis prévoit que le pôle le plus fort du 14 Mars – Saad Hariri – soit pressenti à la présidence du Conseil, tandis que ce n'est pas le pôle le plus fort sur le plan de la représentativité au sein du 8 Mars – lui-même – qui est pressenti pour la présidence de la République. Cependant, les sources proches du leader zghortiote indiquent que ce dernier refuse toutes conditions préalables, mais qu'il est disposé à l'entente et à discuter de tout, dans la mesure où il souhaite être le président de tous les Libanais, et non celui d'une partie, et veut bénéficier de l'appui des forces et de la rue chrétiennes. Une autre raison pour laquelle il n'y aura pas de Helf, cette fois, ajoute par ailleurs le ministre chrétien précité, est qu'il n'y a plus de place aujourd'hui pour les alliances à caractère communautaire, désavouées par la rue.

Après le retour de Béchara Raï, le patriarcat maronite a souligné qu'il refuse l'équation « Sleiman Frangié ou le chaos », similaire à celle de l'émissaire américain Richard Murphy en 1988, « Mikhaël Daher ou le chaos ». Pour Bkerké, il faut œuvrer pour la protection du président, quel qu'il soit, et consolider ses assises. Selon des sources proches de Mgr Raï, ce dernier intensifie ses contacts pour assurer l'élection d'un président lors de la 33e séance électorale, le 16 décembre, ou bien celle qui aurait lieu le 22 décembre. Il y aura un président de la République avant Noël, soulignent ces sources.

Une raison supplémentaire qui empêcherait la formation d'un nouveau Helf est que lors d'une réunion à Bickfaya avant la séance législative, Sleiman Frangié avait indiqué qu'il soutiendrait Amine Gemayel au cas où le 14 Mars proposerait sa candidature. Le parti Kataëb rendrait-il la pareille à M. Frangié en soutenant sa candidature ? En tout état de cause, les Kataëb ne sont pas contre la personne du leader des Marada, mais refusent de voter pour un pôle qui soutient la ligne politique adverse, comme l'a répété hier Samy Gemayel de Bkerké.


(Lire aussi : S. Gemayel à Bkerké : Oui à Frangié s'il abandonne ses amitiés et change de discours)

 

Samir Geagea, de son côté, préfère étudier la situation minutieusement avant de prendre position. Il ne veut pas détériorer sa relation avec l'Arabie saoudite et souhaite préserver l'unité des composantes du 14 Mars et les acquis de la révolution du Cèdre. Kataëb et FL ne peuvent pas s'allier à Michel Aoun, qui est le partenaire du Hezbollah. Partant, le tandem 14 marsiste chrétien reste isolé. Par ailleurs, MM. Geagea et Gemayel ne peuvent pas promouvoir la candidature du général Aoun au sein du 14 Mars et en Arabie saoudite, contrairement au message subliminal que le Hezbollah tente de répandre, en l'occurrence que « celui qui a pu faire un compromis en faveur de Sleiman Frangié peut en faire de même avec Michel Aoun » – c'est-à-dire l'Arabie, pas Saad Hariri.

Les trois partis chrétiens sont donc incapables de se retrouver et de s'allier, et peuvent difficilement faire front contre Sleiman Frangié, l'un des quatre pôles maronites et l'un des chefs de file du 8 Mars. Les trois sont donc dans l'embarras et pourraient adopter la candidature du chef des Marada s'il leur donne les garanties demandées.
Tout le monde attend donc la rencontre Aoun-Frangié et la position du Hezbollah qui s'ensuivra. Mais l'on s'attend peu, au sein du 8 Mars, à ce que le parti chiite bouscule la dynamique en cours, en raison des répercussions que cela aurait sur son camp politique et sur le positionnement de M. Frangié lui-même. Le Hezbollah ne peut se passer de son allié précieux, et sait très bien la place qu'il occupe auprès des dirigeants iraniens.

 

Lire aussi
Grisailles, l’éditorial de Issa Goraieb

Les contacts s'accélèrent, la balle est dans le camp du 14 Mars, le décryptage de Scarlett Haddad

« Le 14 Mars a accepté un accord honteux, et sans aucune contrepartie »

Vers un dialogue interchrétien à Bkerké ?

N. Machnouk : Nous le savons, désormais, le système politique libanais ne fonctionne pas sans président

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C.K

Bon, en esperant qu'il prendra exemple sur son oncle Hamid grand patriote libanais, et pas sur mongeneral dont les dents rayent le parquet.....

C.K

Ils vont trancher quoi? du saucisson?????

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le népotisme se considère comme sujet absolu, qui a besoin de culte impliquant des tiers. That's why cet "increvable" népotisme reçoit de son "troupeau-ättîîîï le "cul te" qui lui est dû. Qui lui dit ce qu'il est, et ce que son "autre" n'est pas. En représentant l'opinion qu'il a de lui-même comme celle de tous, il tombe dans son habituelle fatuité.
Dans son sein apparaît 1 critique cependant qui a pour mission d'être l'écho des opposants. Ce népotisme, qui ne se sent pas chez lui dans ce monde "Ordinaire", crée donc 1 monde suiveur qui ne suit pas 1 chemin parsemé de roses mais d'épines népotistes.
Ce népotisme est 1 brutalité pure, intolérant envers toute action venant d’1 dehors qui, lui, ne peut être qu'1 sujet apparent et ne peut lui apprendre Rien de neuf qu'en apparence. Il est sa perception de lui- même, imbue, comme entité autonome. C'est pourquoi ce dehors ne manque pas d'assurer que ce zaïîm pratique tout ce qui lui est communiqué en apparence au même instant.
Ce "dehors" respecte si soigneusement "l’esprit?" de ce népotisme, qu'il lui prête 1 compréhension même dans les cas où il n'y a Rien à comprendre !
De là vient aussi 1 autre procédé de "ce dehors" : il lui fournit des prémisses et lui laisse le soin d'en tirer, lui le "subtil", la conclusion ; voire s'excuse de lui rabâcher des trucs qu'il connaît déjà.
Mais il arrive, really, que les expériences de ce dehors ne soient que l'accomplissement de "prophéties" népotistes surely "chréti(en)nes" !

Remy Martin

Ci-git le Liban de mes ancetres. Toutes mes condolence aux vrais Libanais !

Irene Said

Pauvre Liban...
tu n'auras decidément jamais de vrais hommes politiques forts, capables, honnêtes et vraiment patriotes !!!
Seulement de vils marchands prêts à tout pour remplir leurs poches...
Irène Saïd

AIGLEPERçANT

Qui peut douter que le hezb résistant est un faiseur de ROI.

Ma préférence irait plus vers le Phare AOUN, i s'est battu donc il mérite. ..

Gebran Eid

LE PEUPLE A PERDU DEPUIS LONGTEMPS. C'EST UN MERCENAIRE QUI VA REPRÉSENTER LE PAYS. SUR TOUS LES CAS DE FIGURES, IL SERA NOMMÉ PAR L'EXTÉRIEUR. DORMEZ CHERS LIBANAIS...DORMEZ DORMEZ. EL BATRAK VIENT DE RENTRER IL A CONSULTER À L'ÉTRANGER. SAAD CONSULTE ET REÇOIS LES ORDRES CHEZ LUI EN ARABIE. GEAGEA FAIT LE VAS ET VIENS AUSSI EN ARABIE. L'IRAN EN REFLEXION DE QUEL POULE VONT NOUS IMPOSER, IL EN A BEAUCOUP, DIFFICILE DE CHOISIR. DORMEZ DORMEZ LES LIBANAIS VOUS L'AUREZ VOTRE MERCENAIRE C'EST GARANTIE.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Regardez-moi ces trois à l'image ! Lâh, lâh, lâh, lâh lâh !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L'INDIGNITÉ FRAPPE LES RANGS DES CHRÉTIENS PUISQUE C'EST LE HEZBOLLAH IRANIEN QUI TRANCHERA SUR QUI SERA LE CANDIDAT PRÉSIDENTIEL ! IL EST ENCORE TEMPS QUE LES FORCES CHRÉTIENNES SE RÉUNISSENT ET NOMMENT LEUR CANDIDAT... ISSU DE LEURS RANGS ET CHOISI PAR EUX... UN CANDIDAT VRAIMENT CONSENSUEL QUI NE FERAIT PARTIE NI DU 8 ET NI DU 14...
SINON LES CHRÉTIENS DEVRAIENT ÊTRE CEUX QUI CHOISIRAIENT LE PREMIER MINISTRE SUNNITE ET LE PRÉSIDENT DE LA CHAMBRE CHIITE...
AUTREMENT... CHRÉTIENS LIBANAIS... VOUS VOUS SUICIDEZ !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Mais l'on s'attend peu, au sein du 8 Mars, à ce que le parti chiite (grand adepte de la (Takkïyâh) bouscule la dynamique en cours." ! Surtout qu'en face, il ne voit que des Niais chréti(e)ns.

Henrik Yowakim

Cependant, le parti chiite ne peut pas rester éternellement silencieux et va devoir prendre position. Or il lui serait impossible de se mettre en travers d'une décision étrangère favorable à la libanisation de l'échéance à travers un compromis libanais.

COMMENT LE PARTI CHIITE PEUT IL FAIRE LA FINE BOUCHE ET SE METTRE EN TRAVERS D'UN CONMPROMIS CONCOCTE POUR LUI DONNER ENTIERE SATISFACTION.ET CE A TRAVERS LA BIZARRE SELECTION/CON SECRATION SAOUDO/AMERICAINE DU PLUS PROSSYRIEN ET PAR CONSEQUENT PROIRANIEN CONDIDAT CHRETIN QUI SOIT ?

Bery tus

Cependant, les sources proches du leader zghortiote indiquent que ce dernier refuse toutes conditions préalables, mais qu'il est disposé à l'entente et à discuter de tout, dans la mesure où il souhaite être le président de tous les Libanais, et non celui d'une partie, et veut bénéficier de l'appui des forces et de la rue chrétiennes

inculte et contradictoire, comment peut tu affirmer etre le president de tous les libanais mais tu te dis etre sortie des rangs du 8 mars avec tout ce que cela comporte comme strategie etc !!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants