Liban

Les contacts s’accélèrent, la balle est dans le camp du 14 Mars

Décryptage
05/12/2015

Le premier choc de la « bombe Frangié » passé, la situation se précise. Les contacts se sont intensifiés et on parle de plus en plus d'une bénédiction (et plus) américaine et régionale de la candidature de leader chrétien du Liban-Nord, mais la prudence reste de mise. Il est désormais clair que le chef druze Walid Joumblatt est à l'origine de l'idée de proposer la candidature du chef des Marada à la présidence, sur une probable suggestion de l'ancien ambassadeur des États-Unis David Hale. Joumblatt aurait donc commencé à travailler sur cette idée depuis plusieurs semaines en sondant le chef du courant du Futur Saad Hariri et les autorités saoudiennes. Il aurait donc commencé par envoyer plusieurs messages en ce sens aux Saoudiens, qui ont finalement accepté de l'entendre de vive voix et lui ont donc envoyé une invitation dans ce but.

Selon des sources proches de Moukhtara, l'argumentation de Joumblatt serait la suivante : au train où vont les choses et avec l'intervention russe en Syrie, il serait bon de conclure un accord global au Liban qui puisse préserver les équilibres actuels. Pour cela, il faudrait que le 14 Mars fasse une concession au 8 Mars en lui donnant la présidence de la République, sachant que celle-ci est la principale exigence des chrétiens, mais qu'elle ne constitue pas un changement de fond dans les équilibres actuels. Ceux-ci dépendent de la loi électorale et des principales fonctions sécuritaires, militaires et administratives. Or, depuis l'accord de Taëf et grâce à Rafic Hariri, son courant et à travers lui l'Arabie contrôlent, avec leurs alliés, les principaux rouages de l'État. Il faudrait donc préserver cette situation, quitte à jeter du lest au sujet de la présidence. Dans ce contexte, l'adoption de la candidature de Frangié serait un message fort en direction du 8 Mars et en particulier du Hezbollah, sachant qu'en plus, Frangié est issu d'une famille politique traditionnelle. L'idée aurait donc fait son chemin à Riyad. Pour les Saoudiens, et en particulier pour l'émir Mohammad ben Salmane, si la candidature de Frangié, aux conditions présentées par Joumblatt, était acceptée, ce serait le maintien des rapports de force actuels au Liban, et si elle était rejetée, elle aurait quand même réussi à mettre en difficulté le Hezbollah face à ses deux alliés chrétiens, le général Aoun et Sleiman Frangié.

Le chef des Marada aurait été ainsi approché par Saad Hariri qui lui a proposé une rencontre à Paris. Sleiman Frangié aurait sondé le président syrien Bachar el-Assad qui lui aurait suggéré d'en parler avec le secrétaire général du Hezbollah, lequel à son tour, à travers les canaux de contact habituels, lui aurait conseillé d'en discuter avec le général Michel Aoun. Du point de vue du Hezbollah, l'arrivée de Frangié à Baabda est considérée comme une victoire politique, mais elle ne doit pas se transformer en une défaite par le biais de concessions structurelles qui la videraient de son contenu. Les milieux proches du Hezbollah évoquent d'ailleurs une réédition du fameux accord avorté surnommé « S-S » (Syriens-Saoudiens) par le président de la Chambre, dans lequel le courant du Futur promettait de renoncer au TSL, moyennant une sorte de mainmise sur l'État libanais. Or, si à cette époque le Hezbollah était prêt à accepter un tel compromis car il craignait les retombées de la publication de l'acte d'accusation du Tribunal international pour le Liban, aujourd'hui il n'est plus vraiment dans ce cas de figure, estimant que la situation régionale évolue en sa faveur et en faveur de ses options. Pour cette raison et jusqu'à preuve du contraire, il considère que la proposition d'élire Sleiman Frangié à la présidence de la République est une manœuvre. Pour qu'elle devienne sérieuse, il faudrait que Saad Hariri annonce publiquement qu'il considère désormais le chef des Marada comme son candidat à la présidence, et à partir de là, les discussions pourront commencer.

Le leader chrétien du Nord aurait répondu à ses interlocuteurs qu'il n'a jamais été question pour lui de se faire élire à la présidence sans l'approbation de son camp politique, dont Michel Aoun est une composante essentielle. Tout comme il ne compte s'engager sur aucun point que pourrait réclamer le courant du Futur avant d'obtenir l'accord de ses alliés. Des informations non confirmées parlent ainsi de la volonté du courant haririen de rattacher le service de sécurité des FSI à la présidence du Conseil, d'obtenir l'adoption d'une loi électorale basée sur le système majoritaire (ce dossier a été retiré du débat présidentiel par la dynamisation de la sous-commission parlementaire chargée de s'entendre sur un nouveau projet de loi électorale) et des garanties sur une non-réédition du scénario qui avait fait tomber le gouvernement de Saad Hariri en janvier 2011, sachant que le fameux tiers de blocage devient pratiquement acquis avec l'arrivée de Frangié à la présidence et sa nomination d'un certain nombre de ministres.

Tous ces points devront être évoqués si les discussions deviennent sérieuses. Pour l'instant, les contacts se sont soudain accélérés. Frangié a été ainsi l'hôte de Joumblatt à dîner mercredi soir, avant de se rendre jeudi à Bkerké pour s'entretenir avec le patriarche maronite. On parle aussi d'une rencontre imminente entre lui et Michel Aoun pour fixer les conditions et le plafond des concessions. Mais la balle est désormais dans le camp adverse qui doit montrer si l'idée de l'élection de Sleiman Frangié à la présidence est une manœuvre ou une volonté réelle de parvenir à « un accord raisonnable » qui respecterait les équilibres politiques.

 

Lire aussi
Grisailles, l’éditorial de Issa Goraieb

Le Hezbollah trancherait après la rencontre Aoun-Frangié, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

« Le 14 Mars a accepté un accord honteux, et sans aucune contrepartie »

Bkerké : « Une occasion sérieuse se présente pour sortir du vide présidentiel »

S. Gemayel à Bkerké : Oui à Frangié s'il abandonne ses amitiés et change de discours

Vers un dialogue interchrétien à Bkerké ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

A l’évidence, ils se retrouvent dans leur même situation désastreuse millénaire, qui peut être analysée d’une manière très simple ; fort étroite évidemment. Ils sont profondément impuissants depuis si longtemps car ils sont mauvais intrinsèquement, surtout vis-à-vis des autres. Des éternels incapables de la pensée ; se pensant en sus "malins" ; qui ne pourront jamais s’imposer. Des faiblards d’esprit Sain et d’âme, qui occupent en réalité la place qu’ils méritent.
Ce bilan ; sous sa forme tranchante et sommaire toujours convaincant surtout pour des individus imbus d’eux-mêmes pareils ; procède du fonctionnement Malsain le + commun et ne constitue finalement qu’1 pseudo-pensée bääSSyrienne : en effet inerte. Ils sont même conVaincus, à leur manière, de leur "énorme victoire" à 2 Toumânes ! Ben oui, ils ne sont en vérité que des timorés, profondément inopérants en effet dans la compétition humaine. Ils se croient devenus "importants", mais n’ont en fait ni le talent ni le panache des esprits des "peuples non-arriérés". Ils doivent donc prendre acte, enfin, d’un cruel fait : ils ne feront jamais partie de l’élite.... Civilisée !
Cette frustration radicale, au-delà de son désagréable ; s’ils s’en rendaient compte ; les libérerait enfin de leur lourdinguerie ancestrale. Elle qui les rend ainsi encore, de + en + plus tant arrogants, eux ; mahééék n’est-ce pas ; qui entendent donc faire toujours savoir de quel hors-bord Per(s)cé, pâmé et puîné ils étaient.
Yâ wâïyléééh !

Gebran Eid

KAMAL JOUMBLATT NOUS A AMENÉ SLEIMAN PREMIER PAR SON VOTE DE SURPRISE DE TRAHISON À LA DERNIÈRE MINUTE. ON CONNAIT CE QU'IL A FAIT SLEIMAN PREMIER. ET MAINTENANT LE FILS WALID ESSAYE D'IMITER SON PÈRE ET NOUS AMENER SLEIMAN 2. PAR CONTRE AUJOURD'HUI IL N'Y A PLUS DES SURPRISES, LES MERCENAIRES OPÈRENT À VISAGE DÉCOUVERT, "AÏNAK YA TAGER"

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Wâllâh malin ce Sääd ! Il a divisé ce conGlomérat du 8 Mars enfin ! Et c'est pas encore fini ! Attendons voir la foire d'empoigne entre cet enfant gâté "présidentialisé" et l'autre boSSfaïr gâteux ! Yâ hassértéééh !

AIGLEPERçANT

Je continu mon commentaire ...

et brosser un tableau de consensus international etc... toujours est il que la victoire du 8 Mars sur ce qui s'approche de plus en plus de la crise de nerf du 14 Mars affiliés et sympathisants ne trouve qu'une seule et unique explication , l'engagement du HEZB RESISTANT auprès de ses alliés locaux et régionaux et qui avant (peut être) de les lâcher , en fera des ROIS .

Continuons à l'ignorer comme on l'a fait pour l'heureuse libération de nos vaillants soldats , continuons à l'ignorer pour un futur du Liban avec ses alliés , il semblerait que ça marche comme ça pour lui , la crainte serait qu'on NE se mette à l'applaudir et la conséquence serait que cela casserait le ressort de ces victoires dans l'adversité .

Le Phare Aoun sera et restera la référence de la vision libanaise pour notre futur , IL A ENTRE SES MAINS L'AVENIR DU PAYS , ET IDIOT SERA CELUI QUI CROIRA UNE SECONDE QU'IL SERA RELEGUE A DES RÔLES DE SECONDE DIVISION .

LA VICTOIRE DES RESISTANCES SERA COMPLETE OU NE SERA PAS !

EN CLAIR , ELLE EST PARTIE DU COMPLOT SYRIEN EN VOIE DE DEFAITE , ET FINIRA PAR LA VICTOIRE AU YEMEN, EN PASSANT PAR L'IRAK , LE KURDISTAN, ET TRAVERSERA LE LIBAN .

AIGLEPERçANT

Le moins qu'on puisse dire sur Scarlett , c'est que quand elle parle , c'est du sérieux .

On ira nous expliquer que Joumblatt en a rêvé , et que saad l'a fait etc... que les bensaouds ont approuvé sous l'influence de David Hale etc... que Sleiméeenn en a référé à Bashar le héros qui l'a envoyé chez le super héros H.N etc.. qui ensuite lui a demandé d'aller consulter le Phare Aoun etc... et brosser

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE RIS EN LISANT L'ARTICLE ET JE VOUS EN SUIS GRÉ... TRÈS CHÈRE MADAME SCARLETT HADDAD... CAR LE RIRE EST TRÈS RARE DANS CES JOURS BRUMEUX POUR LE LIBAN AVANT TOUT ET POUR TOUTE LA RÉGION.
QUE L'IDÉE SOIT CAMÉLÉONISTIQUE... POINT DE DOUTE ! MAIS... POURQUOI PAS LE GMA MAINTENANT QU'IL EST EN BONS TERMES AVEC LE HAKIM ET POURRAIT ÊTRE BAPTISÉ DE CONSENSUEL... AVEC SON APPROBATION... ET PRÉSENTÉ COMME CANDIDAT CHRÉTIEN ?
QUI CHOISIRAIT LE PREMIER MINISTRE SUNNITE ET LE PRÉSIDENT DE LA CHAMBRE CHIITE ?
LES CHRÉTIENS SONT MARGINALISÉS ET MIS DE CÔTÉ PAR LES ENTENTES SUNNITO/CHIITE ET QUI NE SERONT POINT LES DERNIÈRES...

Henrik Yowakim

"Or, depuis l'accord de Taëf et grâce à R Hariri, son courant et à travers lui l'Arabie Saoudite contrôlent, avec leurs alliés, les principaux rouages de l'État".

CHERE MADAME VOUS RIGOLEZ SUREMENT.

DEPUIS L’ACCORD DE TAEF EN 1989 « LES PRINCIPAUX ROUAGES DE L'ETAT » :

EN L'OCCURRENCE , LA PRÉSIDENCE AVEC LES HERAWI, LE PARLEMENT AVEC LES BERRY, L'ARMÉE AVEC LES LAHOUD ,LA SECURITÉ AVEC LES SEYYID,LES AE AVEC LES HAMMOUD ,LA JUSTICE AVEC LES ADDOUM, L'UNIVERSITE NATIONALE AYANT A SA TÉTE D’AUTRES SEYYID ETCETERA,

PRESQUE DONC « LES PRINCIPAUX ROUAGES DE L’ETAT » ÉTAIENT/SONT MAGISTRALEMENT CONTROLÉS PAR LA SYRIE ET/OU SES AGENTS DONT L’HÉGÉMONIE A ÉTÉ INSTITUIONNALISÉE JUSTEMENET A PARTIR DE L’ACCORD DE TAEF DE 1989 .

DONC ,APRES AVOIR GOUTÉ AU MARONITISME POLITIQUE A PARTIR DE L’INDEPENDANCE , LE LIBAN DE LA DÉPENDANCE VIT DEPUIS TAEF SOUS LA TERREUR DE LA BOTTE SYRIENNE ET NON SAOUDIENNE,ET LE REGNE MILICIEN DU CHIISME POLITIQUE PROSYRIEN ET NON DU MYTHIQUE SUNNISME POLITIQUE PROSAOUDIEN.

LE TOUT EVIDEMMENT GRACE A LA MYOPIE POLITIQUE SAOUDIENNE ET LA PERFIDIE DES COMMISSAIRES AMÉRICAINS,DONT LE DERNIER EN DATE DAVID HALE SEMBLE AVOIR TENDU LE PIEGE A CONS DU « COMPROMIS » DANS LEQUEL SONT TOMBES A PIC W JOUBLATTE ET SON AMI LE CHEF DU FUTUR .

COMPROMIS QUI TEND EVIDEMMENET A BRADER TOUS LES ACQUIS DE LA RÉVOLUTION DU CEDRE ET RAMENER LE LIBAN A LA CASE DEPART DE LA PAX SYRIANA,DE SES RAVAGES ET DE SES AVATARS ANNONCÉS.

Halim Abou Chacra

"La balle est dans le camp du 14 Mars" ? C'est vrai ça ? Depuis quand ? Mr Nullité n'en sait rien. Il faut le lui faire savoir.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La délicate position du Liban aux rencontres de La Mecque

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants