X

Liban

Existe-t-il au Liban un esprit national qui dépasse les communautés ?

Conférence à la Maison du Futur

L'ancien président de la Confédération suisse, Pascal Couchepin, présent au Liban pour une visite de deux jours, a donné une conférence à la Maison du Futur, à Bickfaya, sur le thème : « Le Liban et la Suisse : Regard croisé sur deux destins ». Une conférence qui a vu la participation de l'ancien président libanais Amine Gemayel.

16/10/2015

À l'heure où le Moyen-Orient est à feu et à sang, déstabilisé par le fanatisme, le modèle politique suisse de neutralité et de confédération est-il transposable au Liban ? C'est à cette question qu'a tenté de répondre, mardi dernier, l'ancien président de la Confédération suisse, Pascal Couchepin, lors d'une conférence-débat à la Maison du Futur, au Sérail de Bickfaya, sur le thème: « Le Liban et la Suisse: Regard croisé sur deux destins ». L'événement, conjointement organisé avec l'ambassade de Suisse, a vu la participation de l'ancien président libanais, Amine Gemayel, et la présence de nombreuses personnalités, parmi lesquelles le nonce apostolique, Mgr Gabriele Caccia, le ministre de l'Information, Ramzi Jreige, l'ambassadeur de Suisse, François Barras, le député Ghassan Moukheiber, ainsi que Mme Joyce Gemayel.

Ni vengeance ni condamnations
M. Couchepin se veut clair. D'emblée, il se garde de porter le moindre jugement sur le Liban. Et se contente de raconter, exemples à l'appui, la manière dont la Suisse est faite, histoire d'ouvrir le débat sur un certain nombre d'idées : le fédéralisme, la décentralisation, la neutralité... Il lance aussi la balle à son hôte, Amine Gemayel, pour quelques précisions sur la situation locale. « Le cheminement du Liban rappelle celui de la Suisse », observe ce dernier. Comme pour confirmer ces propos, M. Couchepin rappelle ce qui se disait au XVIIIe siècle, lorsque la Suisse, qui traversait une période d'anarchie, sans pouvoir gouvernant, était paralysée par le droit de veto dont disposaient les cantons. « On disait que la Suisse est gouvernée par la confusion des hommes et la grâce de Dieu », souligne-t-il, provoquant les rires entendus de l'assemblée. « De temps en temps, on pense que le Moyen-Orient (et le Liban de surcroît) est un peu dans cette situation. Faut-il plus de grâce divine pour la région ? » demande-t-il. Mais il n'omet pas de faire part de son respect pour le pays du Cèdre qui a su accueillir avec efficacité tant de réfugiés syriens. « Je ne suis pas sûr que la Suisse aurait eu les mêmes capacités que les vôtres. »

(Lire aussi : Le temps d’un week-end, le Liban est redevenu « la Suisse du Moyen-Orient »)



L'homme politique, membre du Parti libéral-radical, relate la création de la République helvétique « indivisible » en 1798, qui marque le début de la modernisation politique du pays, et l'égalité des cantons entre eux. Une République avec seulement 7 ministres, qui exercent un pouvoir collectif. « Ils ont cassé la structure traditionnelle », note-t-il. En dépit de l'échec de cette République helvétique et d'une guerre civile qui a duré trois semaines et fait moins de 100 morts, il n'y aura « ni vengeance ni condamnations », dit Pascal Couchepin. « Il fallait réussir à projeter le pays vers l'avenir. » L'éducation, et notamment la création d'écoles polytechniques fédérales, était le meilleur moyen d'atteindre cet objectif. « Ces écoles, qui vont forger la Suisse avec les nouvelles techniques et la science, permettront au pays de se transformer. »

Répartition des richesses, impartialité
Entre 1850 et 1900, les Suisses se penchent sur la nécessité « de créer un esprit national qui dépasse les frontières des cantons ». Ils réussissent à « faire émerger une unité helvétique à travers une série de symboles ». Des sociétés sportives ou culturelles ont alors été créées. « Ça a marché », affirme l'ancien ministre de l'Économie intérieure, avant de demander ce que les Libanais ont en commun et s'il existe au pays du Cèdre un esprit national qui dépasse les communautés. Une question à laquelle Amine Gemayel répond : « Nous avons pas mal de choses en commun et l'unité nationale tient bon en dépit de tout. » Et d'ajouter : « Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous sépare, mais il faut aller encore plus loin. » D'où la nécessité d'ériger au Liban un État moderne, afin de créer un patriotisme national.

(Lire aussi : Une vingtaine de Libanais à la découverte de la Suisse)


Pascal Couchepin insiste sur la bonne « répartition des richesses », sur la nécessité de trouver des sujets qui apportent « une prospérité commune », sur « la solidarité » aussi. « Les cantons pauvres reçoivent de l'argent des autres cantons pour que l'État ait le moyen de faire face à ses obligations de solidarité », indique-t-il. Il faut aussi « bâtir la confiance ». Paradoxalement, celle-ci « se construit par une certaine méfiance à l'égard du pouvoir politique ». Il mentionne, à titre d'exemple, le contrôle des dépenses des ministres en Suisse.

L'État se doit d'être « impartial », relève l'ancien président, notant que la Suisse a développé une participation de toutes les forces politiques au gouvernement. Les ministres sont alors tenus « d'abandonner leurs partis et de défendre le point de vue du gouvernement, même contre leurs propres partis ». Par ailleurs, lorsqu'un ministre quitte le gouvernement, il est d'usage qu'il ne dise « pas de mal de ses adversaires politiques ». « La modestie du système politique est très importante », assure M. Couchepin. « La neutralité a été imposée à la Suisse en 1815 par les puissances. Elle continue de définir la politique actuelle. »

Au final, ce modèle est-il transposable au Liban ? « Je ne me permettrais pas de me prononcer, conclut-il, mais il n'y a pas d'autre solution que de maintenir le lien entre les différentes parties », en développant le vivre-ensemble, car « la tolérance et la reconnaissance politique de l'autre sont essentielles ». Le débat est ouvert, après quelques réflexions d'Amine Gemayel sur « l'unité nationale qui n'est contestée par personne » et sur « l'orientation du pays vers la neutralité, malgré une certaine contestation due à la crise régionale ».


Lire aussi

Les relations entre le Liban et la Suisse reposent sur un terrain fertile d’échange d’expériences

La compétitivité suisse, un modèle pour les entreprises libanaises ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Michel Fayad

Une guerre civile en Suisse dure trois semaines et fait moins de cent morts. C'est ce que l'on appelle chez nous un malentendu.

FAKHOURI

Il ne faut se gargariser de mots et d'autosatisfaction :
Nous, libanais, ne sommes pas animés par aucun sentiment national, aucune fierté nationale, seulement un attachement aveugle aux "grands chefs" des différentes confessions
Pour atteindre le niveau étatique de la suisse confédérale, il sera nécessaire de montrer de la solidarité nationale, sans aucune influence étrangère.
Nous avons toutes les preuves du dysfonctionnement total de notre pays :
* une milice qui combat en Syrie et sacrifie 900 libanais pour une cause qui n'est pas la nôtre
* Un peuple qui accepte de vivre dans les déchets sans sanctionner les responsables
* Pas de Président de la République (si république existe encore)
Un gouvernement qui cède à des hommes comme M.Aoun et H. Nasrallah qui ont prouvé leur soumission à l'Iran
Effectivement il faudra des années et des années pour atteindre une maturité suffisante pour anoblir notre Liban

Irene Said

P.S.
Une preuve: cela fait 3 mois...trois mois!!!... que nous nageons dans les ordures étalées partout dans nos rues et personne n'a su s'entendre pour résoudre ce problème urgent de notre quotidien.
Alors...prendre le modèle suisse...pour l'adapter au Liban, on peut toujours rêver, non?
Irène Saïd

Irene Said

Pour atteindre le modèle suisse, faudrait que tous les Libanais lisent et relisent ce que M. Pascal Couchepin explique lors de sa conférence à la Maison du Futur, et cela leur prendra des années...et des années...rien que pour comprendre !
Ensuite il leur faudra des années et des années pour admettre le fait qu'ils devraient changer une partie de leur système, avec tous les "désavantages" que cela entrainera automatiquement pour tous nos IRRESPONSABLES-INCAPABLES...
Ce qui fait que nous ne sommes pas encore sortis de l'AUBERGE LIBANAISE !!!
Irène Saïd

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Et de demander ce que les Libanais ont en commun. Une question à laquelle Gemayel répond : Nous avons pas mal de choses en commun." ! Ah ! bon ! Quoi ? Le késchék et le Hommoss ? "Et d'ajouter : D'où la nécessité d'ériger au Liban un État moderne, afin de créer un patriotisme national." ! Un "patriotisme national" ? Pourquoi ? N'existe-t-il donc dans cet étrange "pays" que des "patriotismes" étrangers étranges ? !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Il fallait réussir à projeter le pays vers l'avenir. L'éducation, et notamment la création d'écoles polytechniques fédérales, était le meilleur moyen d'atteindre cet objectif." ! Qu'en pensent Daccache SJ et Râïîîîh de Bkirkîh ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON NE FAIT QUE REPETER SUR CE FORUM QUE LE SEUL MODELE VIABLE POUR LE LIBAN EST LE MODELE SUISSE. EN DEUX MOTS - CHACUN CHEZ SOI ET TOUS ENSEMBLE !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants