Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Commentaire

Syrie : les Américains accepteront-ils l’offre de Moscou ?

Archives AFP

Ces deux-là se détestent, sans même s'en cacher. L'antiaméricanisme de l'un n'a d'égal que l'espèce de russophobie de l'autre. Leur rivalité a été le baromètre du monde pendant près d'un demi-siècle. Leurs visions de la politique, de l'histoire, de la société, du droit international, d'à peu près tout en réalité continuent de les opposer. Ils se cherchent mutuellement. Constamment. Parce que personne d'autre n'a encore réussi à les rejoindre. Parce que leur rivalité est un enfer pour le reste du monde. Parce qu'ils ont un besoin existentiel l'un de l'autre.

Il y a une trentaine d'années, les Américains aidaient secrètement les rebelles islamistes afghans à combattre les troupes soviétiques. Aujourd'hui, c'est le scénario opposé qui semble se dessiner : une alliance entre Moscou et Washington pour combattre le terrorisme islamiste. Un Afghanistan inversé. Une revanche de l'histoire.
Pour les Américains, l'offre russe, combattre l'État islamique, puis plancher sur le sort du président syrien, est alléchante. Doublement alléchante même, dans la mesure où elle permet d'avoir un allié solide à leurs côtés, prêt à mouiller l'uniforme dans le combat contre les jihadistes – priorité de Washington –, et d'éviter l'effondrement du régime syrien – ce que la Maison-Blanche redoute tout autant que le Kremlin -. Le seul problème, pour les Américains, c'est que cette offre... vient des Russes.

Pour les Russes, par contre, c'est une occasion en or de revenir dans le jeu planétaire. Briser l'isolement qu'ils subissent depuis leur invasion de la Crimée et réaffirmer leur puissance face à l'inertie de leurs rivaux. Avec, en prime, un statut, dont plus personne ne veut, de protecteur des chrétiens d'Orient. Fin stratège, Vladimir Poutine a compris que les Américains étaient dans une impasse en Syrie. Ce qu'il leur propose, c'est une porte de sortie, à condition de remettre à plus tard le sort de Bachar el-Assad. Les Russes ne lâcheront pas le président syrien du jour au lendemain. Les Américains ne normaliseront pas non plus leur relation avec lui du jour au lendemain. Il faudra trouver un compromis. Lequel ? C'est bien là toute la question que pose cette nouvelle équation.

Russes et Américains sont beaucoup plus proches qu'ils en ont l'air dans leur vision du conflit syrien. De l'aveu même des ministres de la Défense des deux pays concernés, leurs deux points de vue « sont proches, voire identiques, sur la plupart des problèmes évoqués ». Assez pour surmonter leur inimitiés respectives ? La balle est désormais dans le camp des Américains. Ils ont le temps : le tsarévitch Poutine sait être, parfois, patient.

N.B. : C'est paradoxalement l'EI qui serait le plus ravi de cette alliance entre les deux grands, tant celle-ci justifierait leur propagande de guerre eschatologique contre le reste du monde.

 

Lire aussi
Syrie : un terrain d'entente est-il possible entre Russes et Occidentaux ?

Poutine : Si la Russie ne soutenait pas la Syrie, le flot de réfugiés serait encore plus important

En Syrie, Poutine n'a pas le choix

La stratégie militaire US contre l'EI étrillée au Sénat

Nadine Morano au Liban : En Syrie, des frappes aériennes et une intervention au sol des troupes d’élite sont nécessaires


Ces deux-là se détestent, sans même s'en cacher. L'antiaméricanisme de l'un n'a d'égal que l'espèce de russophobie de l'autre. Leur rivalité a été le baromètre du monde pendant près d'un demi-siècle. Leurs visions de la politique, de l'histoire, de la société, du droit international, d'à peu près tout en réalité continuent de les opposer. Ils se cherchent mutuellement....

commentaires (7)

Ils sont carrément dans la mouise en bääSSyrie, les pauvres débiles KGBistes Nabots poutiniens post- staliniens irrémédiablement Gnomes et Nains !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

15 h 26, le 19 septembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Ils sont carrément dans la mouise en bääSSyrie, les pauvres débiles KGBistes Nabots poutiniens post- staliniens irrémédiablement Gnomes et Nains !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 26, le 19 septembre 2015

  • Il n'est plus possible de trouver la paix en Syrie sans éradiquer le pouvoir actuel et Daech. Trop de milices combattantes, chacune avec un idéal injustifié Demandez don au Hezbollah quel ideal l'anime pour aller faire tuer des libanais en Syrie Il ne faut compte sur la Russie ni sur les USA ce sont des fauteurs de guerre. Ils vendent des armes à la chair de canon et ensuite viennent les aider .... Procédé connu de longue date Et nous, pauvres betails sans pouvoir, nous subissons et gare à ceux qui se revoltent

    FAKHOURI

    13 h 52, le 19 septembre 2015

  • les russes vont se ridiculiser comme en afghanistan....

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 27, le 19 septembre 2015

  • Que fallait il faire face à l'impasse dans laquelle se trouvent les occidentaux en déclenchant ce complot contre les résistants en Syrie ? Que pouvait faire l'occident face au fiasco de cette alliance entre eux et les tenants de l'idéologie salafowahabite ben saoudite? Que restait il au monde civilisé de faire quand la poltronnerie occidentale les fait se prendre les jambes à leur cou devant leur irresponsabilité mentale guidée par l'intérêt du seul état terroriste et voyou dans la région qu'est israrecel ? Si ne n'est que faite ce que Poutine fait en ce moment :dire stop à la lâcheté en intervenant non pas pour la protection des xtiens arabes mais du monde arabe en perdition totale empêtré dans des politiques Sans aucune vision pour notre avenir. Pourquoi nous dire que cela servirait les intérêts des bactéries Mr Samrani ? C'est faux de dire ça rien que parce que c'est les russes qui prennent l'initiative ? ??? Le diriez vous si ça avait été l'occident qui avait fait ce pas ?

    FRIK-A-FRAK

    10 h 28, le 19 septembre 2015

  • L'INTERVENTION DIRECTE DES NOUVEAUX SOVIETS DANS LA GUERRE SYRIENNE... SI CONFIRMÉE... ET IL SEMBLE BIEN QU'ELLE L'EST... CHAMBARDE TOUTE LA DONNE ET TOUTES LES ANALYSES ET PRÉVISIONS... MÊME SI MASTODONTE ET OURS Y VONT DE CONCERT... ET SURTOUT LA DONNE ET LES DÉVELOPPEMENTS NÉGATIFS PRÉVUS POUR NOTRE PAUVRE PAYS... PARALYTIQUE DE TOUS SES BRAS ET PIEDS QUE TOUS SES ENFANTS TIRENT CHACUN DE SON CÔTÉ ET LES DÉCHIRE POUR LE SERVICE DE SES SÉÏDES D'OUTRE LES FRONTIÈRES ! IL N'Y A RIEN DE BON À ATTENDRE NI DES ARABES ET NI DES OCCIDENTAUX ! LE SEUL ESPOIR QUI RESTE C'EST LE VRAI DIALOGUE ET L'ENTENTE DES ENFANTS DE CE PAYS POUR LE SAUVER IN EXTRÉMIS DES DENTS DES HYDRES CONJOINTEMENT CRÉÉS ET LACHÉES DANS LA RÉGION PAR LES INTERNATIONAUX ET TOUS LES RÉGIONAUX ! QUE DIEU SAUVE LE LIBAN !!!!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 03, le 19 septembre 2015

  • Mais c est exactement le contraire Anthony. Les Russes sont dans l impasse et sont obliges d intervenir pour soutenir leur allie en perte de vitesse Comme les americains et leurs allies ont deja entame des operations militaires contre Daech en Syrie les Russes sont obliges de coordiner leur sphere d operations avec les americains Et ces derniers sont clairs. Processus politique d abord car on voit mal les Russes envoyant leurs soldats combattre Daesh Conclusion Poutine s est enferme dans un piege en faisant un pas de trop en Syrie et cherche a voir comment les americains vont l aider a s en sortir sans trop de casse

    Jihad Mouracadeh

    08 h 23, le 19 septembre 2015

  • "C'est paradoxalement l'EI qui serait le plus ravi de cette alliance entre les deux grands, tant celle-ci justifierait leur propagande de guerre eschatologique contre le reste du monde." ! En effet, il y a des "paradoxes".... qui font mal !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    06 h 28, le 19 septembre 2015

Retour en haut