L’édito de Ziyad MAKHOUL

#justiceforjustice

L’édito
20/07/2015

Avant-hier, c'était Yves Naoufal. Hier, Rita Daham Francis. Aujourd'hui, Georges Rif. Demain et après-demain, d'autres encore. Et puis les anonymes, tous ceux que les réseaux sociaux, cet hypertribunal virtuel, goule et global (tout y est : juge, avocat de la défense, procureur, greffier, jury, sketcheur, public...) ne se sont pas appropriés ; toutes ces Iphigénie en puissance dont on ne connaîtra jamais les (pré)noms. Dans un pays normal, ces assassinats, immondes, n'auraient jamais dépassé le fait divers. Au Liban, ce gros village où le et la politique sont foulés à tous les pieds, où ils n'existent pratiquement plus, sauf à l'état larvaire, voilà ces histoires sordides surexposées, usées et abusées, infiniment surpolitisées. Nous n'en sommes plus à un paradoxe près : cela fait longtemps que nous Libanais avons appris à faire avec ce qu'on peut. Pas avec ce qu'on veut. Encerclés et bombardés, du dedans comme du dehors, par une sauvagerie, une barbarie même, décomplexée, systémique et triomphante (aucun groupe ne maîtrise mieux la communication, la banalisation, presque, de l'horreur que l'État islamique et consorts), et, en même temps, par une conviction inébranlable et tout aussi rayonnante d'impunité, à tous les étages (le Hezbollah s'essuie les pieds sur le Tribunal spécial pour le Liban et rien ni personne ne peut inquiéter n'importe quel voyou ou criminel si le Hezb l'accueille dans l'un de ses fiefs), nous Libanais grandissons avec des modifications génétiques incurables et ingérables. Nous voilà toutes et tous, à un moment ou à un autre, ces passants terrorisés qui s'enfuient en courant, conscients d'être coupables de non-assistance à personne en danger. Nous voilà toutes et tous, à un moment ou un autre, ces vidéastes amateurs qui filment puis postent, Spidermen 2.0 dans un espace-temps néanderthalien. Nous voilà cet homme d'affaires un peu zaïm, un peu nerveux, qui a compris trop tard qu'il fallait, dès son premier délit, se débarrasser de son chien de garde dégénéré et l'enfermer à vie dans un chenil.
Nous voilà ce cousin germain enferré dans ses complexes et passé maître dans l'art de la récupération politique, comme tous ses copains chantres du changement et de la réforme. Nous voilà tous, qu'on soit du 8 ou du 14 Mars, tellement si prompts à commenter, à analyser, à éclairer, à décrypter, à trouver des circonstances atténuantes, à multiplier les procès d'intentions et les procès politiques, à juger l'autre, à ostentatoirement ignorer la poutre étalée dans son propre œil, à glapir pour une chaise électrique ou une corde de potence. Nous voilà tous cette minorité, un peu naïve, un peu idéaliste, furieusement et sincèrement dégoûtée, qui ne comprend plus ce qu'elle fait (là). Nous voilà tous à exiger justice pour Yves, Rita ou Georges sans nous rendre compte à quel point, avant, pendant et après cette réclamation on ne peut plus légitime, on la poignarde, on la dépèce, on la souille, cette justice qu'on veut écrite avec nos mots, qu'on veut érigée à notre (dé)mesure. Nous Libanais sommes petits voleurs, grands faussaires, flambeurs, vitriolés, dépressifs, pessimistes forcenés, fiers, tricards, indélébiles, maladroits, addicts et violents. Héros gainsbourgiens et dostoïevskiens, encore une fois pathétiques et somptueux, losers magnifiques, vainqueurs épuisés, nous Libanais sommes condamnés, en attendant que notre ADN et que nos mentalités guérissent, à faire confiance à la justice d'un pays-État-nation ectoplasmique et exsangue, mi-jungle, mi-bananeraie, le plus beau du monde, dit-on. Faisons-le. Nous n'avons (vraiment) plus rien à perdre.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Que dire des raisonnements spécieux, de toutes les fallacieuses tirades l'œil humide et la main sur le cœur, alors que l'alpha et l'oméga des tartuferies, le seul ressort vibrant de cet ahanant machin, est de garder ou de reconquérir à n'importe quel prix des passe-droits campagnards ou, maybe(h), des fractions de passe-droits montagnards. Mais on ne va pas, hélas, en rester là ! Il ne faut guère patienter jusqu’à un aléatoire procès pour que ressurgissent les mêmes manières indigènes, dont l'entêtant fumet a déjà empuanti l’atmosphère de ce patelin depuis qu’ils sont de nouveau signalés encore proéminents ; avec leurs progénitures ou leurs protégés ; et non finalement évanescents. Comme on s'en étonne encore, voilà qu’1 interlocuteur genre indigène local à saroual orange rétorque, usant d'une formule que seule la gravité de la situation justifie et non la bienséance, qu'il "y a encore de la m..de dans ce bled sans ventilateur." ! Ah bon ? Alors qu’on "sent déjà monter des profondeurs de cette campagne crevassée ou même montagne kifkif, des vagues de regrets et/ou des houles de remords relatifs à ces passe-droits à l’aveuglette accordés. Elle parait alors pertinente la suggestion d'un droit de repentir offert au simple libanais(h) pâmé. Il aura ainsi quelques temps encore pour maudire certains politicards professionnels et/ou énergumènes, comme il lui est loisible de maudire surely aussi tout autre "non-coreligionnaire" ; yîîîh ; mais surtout pour en changer !

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

pourquoi le nom de la femme qui etait avec ce " garde de corps" n a pas ete communique officielement
pourquoi le nom de l autre dame voilee qui a ecrase une femme et s'est enfuit n'a pas encore ete devoile officielement
la reponse est claire n'en deplaise a certains

Honneur et Patrie

Le Liban bananeraie jadis "le pays de la lumière et du rayonnement" (sic) pays où un ministre insulte grossièrement le Président du Conseil devant les caméras de télévision au vu et au su de tout le monde et qui reste agrippé à son siège comme une pieuvre sans être congédié par son Président... C'est cela le Liban actuel. Je souhaite que l'on fasse comprendre à cet individu insolent qu'on ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne.

PRÊT TENSION.

Un article qui ne sera pourtant pas puni d'avoir stigmatise une resistance qui n'a rien a voir avec ce terrible fait divers .
Peche mignon du gamin pris les doigts dans le pot de confiture ....???

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA JUSTICE DANS L'ATOLL ? HARO SUR LE BAUDET ! TOUS LES AUTRES ANIMAUX SAUVAGES SONT INNOCENTÉS ! LE BAUDET ? TOUT PAUVRE HÈRE SANS PISTON ET SANS FEU NI LIEU... ET DONT LES POCHES SONT TROUÉES...

Bery tus

Tout a fait vrai !! Ils ne peuvent s'en prendre qu'au plus faible ... chapeau

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants