X

À La Une

Le Hezbollah affirme avoir pris "la plus grande base à Qalamoun"

Syrie

Ankara dément tout plan d'intervention militaire en Syrie.

OLJ/AFP
09/05/2015

Dans la région syrienne de Qalamoun frontalière du Liban, le Hezbollah, allié du régime de Bachar el-Assad, a annoncé à travers sa télévision Al-Manar avoir pris avec l'armée syrienne une base d'Al-Nosra, Sahlet al-Maaysra, affirmant qu'il s'agit de "la plus grande base à Qalamoun" d'el-Qaëda en Syrie.
Jeudi, le chef de la puissante formation armée, Hassan Nasrallah, avait menacé de chasser les insurgés retranchés dans cette région. Depuis, le parti y a pris plusieurs collines et positions, avec l'appui de l'armée de l'air syrienne, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et des sources militaires syriennes sur le terrain.

Parallèlement, l'armée syrienne progressait samedi en direction de Jisr al-Choughour, ville du nord-ouest perdue au profit des rebelles il y a deux semaines et d'où elle veut sauver 250 soldats et leurs familles assiégés dans un hôpital de la cité, rapporte l'OSDH.

Proche de la frontière avec la Turquie - pays favorable à la rébellion - et à la périphérie de la province de Lattaquié - fief du régime -, Jisr al-Choughour est tombée le 25 avril aux mains du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, et ses alliés rebelles.

L'armée a lancé une contre-offensive mercredi pour tenter de sauver près de 250 personnes, dont des soldats, leurs familles, et des civils pro-régime bloqués dans l'hôpital de Jisr al-Choughour depuis la chute de la ville. Cet hôpital se situe à la périphérie sud-ouest de la ville, selon l'OSDH.
"Les forces du régime et les combattants loyalistes se trouvent désormais à deux km de l'hôpital et veulent à tout prix sauver les 250 personnes qui y sont assiégés", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'ONG. "De violents combats se déroulaient samedi entre l'armée et les rebelles qui tentent depuis deux semaines de prendre d'assaut l'hôpital", précise M Abdel Rahmane.
Il n'était pas clair dans l'immédiat de savoir comment les soldats bloqués sont parvenus à résister pendant deux semaines.

Le régime syrien a subi ces derniers mois une série de revers militaires, dont notamment la perte d'Idleb, la capitale de la province éponyme, et de Jisr al-Choughour, après plus d'un an de victoires successives face aux rebelles qui tentent de le renverser depuis 2011.

(Lire aussi : Des éléments entrant dans la fabrication de gaz sarin trouvés en Syrie)

A Alep (nord), ex-capitale économique du pays, cinq civils ont été tués et 19 autres, dont des femmes et des enfants, ont été blessés samedi par un tir d'obus des rebelles sur le quartier de Salaheddine sous contrôle gouvernemental, ont rapporté les médias du régime.
L'armée de l'air largue quotidiennement des barils d'explosifs sur les secteurs rebelles de cette deuxième ville du pays, tandis que les insurgés tirent des obus sur les quartiers tenus par le régime.

Parallèlement, à Ankara, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a démenti les "spéculations" d'opposants sur une prochaine intervention militaire turque en Syrie, dans des propos rapportés samedi par la presse locale. "Il n'y a pas de situation en ce moment qui requière un engagement de la Turquie", a déclaré M. Davutoglu, cité par le quotidien Hurriyet.

Des responsables du parti républicain du peuple (CHP, centre gauche) ont affirmé cette semaine que le régime islamo-conservateur au pouvoir pourrait recourir à des opérations militaires en Syrie pour relancer sa popularité avant les élections législatives du 7 juin. "La Turquie va lancer une opération militaire en Syrie cette nuit ou vendredi", avait déclaré jeudi le secrétaire général du CHP, Gursel Tekin, affirmant avoir reçu l'information d'"une "source très fiable".

Le Premier ministre a qualifié ces allégations de "spéculations sans aucun fondement". "Les équilibres changent rapidement en Syrie", a-t-il poursuivi, affirmant que le régime du président Bachar el-Assad avait perdu la majeure partie du pays en dépit du soutien de l'Iran et de la Russie.


Lire aussi

Qaa et Ras Baalbeck refusent de céder à la peur

Un pacte secret entre Riyad et Anakra ? La Turquie dément

Qalamoun : le Hezbollah se contentera d'un grignotage... prolongé

 

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

propagande, le hezb c'est tjrs differencier des autres partis par son pouvoir marketing... qualamoun n'a rien de strategique a proprement parler enfin militairement parlant... ils font tout ce tralala pour redorer le blason du regime ASSAD c'est tout !! sinon tout le monde sait que la guerre du qualamoun c'est seulement le hezb qui le voulait pas pour des points strategique mais pour montrer (encore de la propagande) qu'il est tjrs la .. surtout a ca propre base qui commence a sentir la rouille de la guerre que fait le hezb en syrie !!

M.V.

Pendant ce temps là ...les fermes de Chebaa ne sont toujours pas libérée ...! de l'emprise de l'ennemi israélien...

C.K

Allez zou! au Karcher, lol, heureusement que nous avons Al manar en connection directe avec Dieu.

ACE-AN-NAS

Lancée mercredi dernier en riposte aux attaques menées par la branche d'al-Qaïda en Syrie le Nosra et bactéries, contre les positions de l’armée syrienne et du Hezbollah, ces deux derniers poursuivent leur avancée, pour le troisième jour consécutif.
Alors que dans les rangs des bactéries, c’est l’effondrement total et la fuite en masse.
L’avancée s’effectue dans le jurd de Jebbeh, aux confins Ouest du jurd de la région syrienne de Aassal al-Wared qui a été totalement libérée mercredi dernier, explique le correspondant de la chaine de télévision al-Manar.
Plusieurs hauteurs sont désormais conquises et se trouvent entre les mains des soldats syriens et des vaillants du Hezb : dont entre autre Sir Ezzeddine, Wadi al-Dib, Chmeis Eïn al-Wared, et Kornet Jor al-Inab.
Nosra: fuite, capitulation
Du côté de la milice nosra/bactérie, cette progression semble avoir exacerbé les divergences entre les virus, qui se lancent des accusations de trahison. Certains tentent un compromis avec les autorités syriennes pour se rendre.
Leur effondrement total s’est traduit par une fuite en masse vers le jurd de la localité de Flita, dont les voies sont toujours ouvertes en direction du jurd de la localité libanaise de Arsale.
Dans leur fuite, laissant tout derrière eux dans les repaires où ils étaient installés et où d’après les images diffusées on voit , Des missiles de fabrication française de type Milan . La Résistance n’a pas encore utilisé la force prévue pour le vrai nettoyage .

Le Faucon Pèlerin

Le Hezbollah a conquis la "Sahlet al-Maaysra" au Qalamoun syrien.
Qu'ont-ils à faire Ras-Baalbeck et el-Kaa dans cette guerre inter-syrienne ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI LE HEZBOLLAH L'AFFIRME... C'EST QU'IL L'A BIEN PRISE !!!

Halim Abou Chacra

Et quand le Hezbollah va-t-il "affirmer" qu'il met un point final à sa folle aventure en Syrie, par laquelle il a amené le fléau de Daech et d'al-Nosra au Liban ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LES DESTRUCTIONS S'AMONCELLENT ! QUE RESTERAIT-IL DEBOUT DE LA SYRIE ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué