X

Liban

Qalamoun : le Hezbollah se contentera d’un grignotage... prolongé

Éclairage
09/05/2015

Le Hezbollah mène depuis mercredi une offensive contre les groupes armés présents à l'ouest du Qalamoun syrien, sans pour autant que « la grande bataille » n'ait officiellement commencé. Pour l'instant, c'est un repositionnement limité que le parti chiite et les forces du régime de Damas ont réussi ponctuellement, dans cette vaste localité rocailleuse, irrégulière et parsemée de collines. Après avoir repris certaines de ces collines dans le jurd de Assal el-Ward, le Hezbollah mène depuis hier une nouvelle offensive dans le jurd de Jibbé, bombardant les positions où les opposants armés se seraient retranchés après leur retrait de Assal el-Ward. Des unités du Hezbollah ont ainsi réussi hier à prendre contrôle de plusieurs points stratégiques du jurd de Jibbé.

Jibbé serait la deuxième étape d'un plan que le parti chiite entend suivre progressivement : après Assal el-Ward et Jibbé, il doit s'attaquer successivement à Rass Maara, Flita, Jarajir, jusqu'à Qara dans le jurd de Ersal. Le but de cette avancée serait de lier le jurd de Assal el-Ward au jurd de Ersal.

Un observateur proche du Hezbollah, interrogé par L'Orient-Le Jour, fait état d'un « plan de grignotage progressif », la région ne se prêtant pas à « une bataille de grande envergure », quand bien même le secrétaire général du Hezbollah avait lui-même envisagé une bataille de cette ampleur dans sa dernière allocution télévisée. Autrement dit, l'on peut comprendre que « la grande bataille du Qalamoun a déjà commencé effectivement, et se limitera à ces petits combats visant à contenir l'expansion des jihadistes dans la région », confirme-t-on de même source.

L'autre son de cloche est celui d'une « grande bataille qui n'aura jamais lieu » – un point commun aux deux rhétoriques – assorti néanmoins de deux réserves : d'abord, la possible instrumentalisation politique de la perspective de la grande bataille par le Hezbollah, que doit servir le prolongement des petits combats dans le temps ; ensuite, les retombées de ces combats sur le parti chiite sur le long terme, l'enlisement dans une zone aussi ardue que le Qalamoun pouvant être épuisant.

Pour l'éditeur Lokman Slim, opposant chiite, « non seulement le relief du Qalamoun ne se prête pas à une bataille globale, encore moins à une victoire d'une partie sur une autre, mais il offre un terrain optimal à une bataille donquichottesque. Le bluff de la grande bataille doit permettre le prolongement des combats dans le but d'entretenir un état de mobilisation continue et d'incorporer à l'intervention du parti en Syrie un visage libanais, résultat de la proximité du Qalamoun. Les combats du Hezbollah en Syrie doivent ainsi se rapprocher autant que possible du prétexte initial : protéger les villages frontaliers libanais ».
Pourtant, le pari sur le Qalamoun paraît aussi incertain que la volonté réelle du Hezbollah de s'y aventurer. Ainsi, Lokman Slim rappelle que ce dernier avait tenté de prendre contrôle de la région dès 2013, c'est-à-dire « à l'époque où aussi bien le parti que l'armée syrienne étaient plus forts ». Il s'interroge par ailleurs sur l'origine de la différenciation actuelle du Qalamoun-Ouest (qui donne sur le Liban et la Méditerranée) et du Qalamoun-Est, « où de violentes batailles sont menées actuellement ».

(Lire aussi : Qaa et Ras Baalbeck refusent de céder à la peur)

 

Bilan controversé des victimes
Cet affaiblissement ainsi décrit du Hezbollah, et l'intensité de combats diffus sur le territoire syrien, expliqueraient « l'embarras du parti par rapport à sa base », qui a amené son secrétaire général à « faire état pour la première fois de la nécessité d'ouvrir de nouveaux fronts en Syrie », selon l'opposant chiite.

L'une des marques de cet embarras se dégagerait des divergences sur le premier bilan des combattants tués dans les rangs du Hezbollah depuis mercredi. Alors que la MTV a fait état d'une quarantaine de morts parmi les combattants du parti au Qalamoun, ce dernier a publié hier un communiqué précisant que « le nombre des martyrs de la résistance dans les combats du Qalamoun est de trois », et que leurs « honorables familles en ont été respectivement notifiées ». Ce communiqué viserait surtout à conforter une base chiite « traumatisée », à l'heure où certains observateurs n'hésitent pas à faire état d'au moins vingt tués. Pour la source proche du parti chiite, « l'état de guerre incite la base à serrer les rangs et non à manifester son scepticisme ».

Dans ce cadre, le Front al-Nosra a tweeté hier que « l'armée du Fateh al-Qalamoun a réussi à tuer et blesser de nombreux combattants du Hezbollah et de l'armée syrienne dans le jurd de Assal el-Ward ». L'armée du Fateh a fait état, elle aussi, toujours via Twitter, « de retraits tactiques des jihadistes de Assal el-Ward, après l'infiltration de combattants du Hezbollah à partir du Liban ». Indiquant en outre que « le Hezbollah utilise le territoire libanais pour s'infiltrer à l'arrière des combattants », le Front al-Nosra a mis en garde les Libanais contre « une tentative du parti chiite d'entraîner le pays dans une guerre planifiée par l'Iran ».
Ces mises en garde rejoignent certaines craintes de voir le cycle des attentats reprendre dans la banlieue sud, selon la logique qui veut que seul l'extrémisme sortira vainqueur de la bataille de Qalamoun.

 

Lire aussi
Halte à la triche, l’éditorial de Issa Goraieb

Le Qalamoun, entre les « bombes sonores » et le bruit des combats, le décryptage de Scarlett Haddad

Redescendre du Qalamoun

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES GRIGNOTAGES... TRÈS SOUVENT... SE RETOURNENT CONTRE LES GRIGNOTEURS... ET LES FONT GRIGNOTER !!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Au-dessus de la tête de ce bled, ce héZébbbb Per(s)cé suspend non seulement 1 zoulfikâr-épée mais 1 fouet rouillé ! Les "futuristes" Sains et Cédraies doivent, par stratégie et pour leur honneur, se retirer de ces "pourparlers avec lui. La dislocation de ce héZébbb du walïyoulfakîh, sera de la sorte inévitablement accélérée par 1 tel acte. Il ne pourra alors que se décomposer en ses éléments ruraux "déshérités" originels, à partir du moment où l'apparence d'1 "dialogue" bidule avec ces "futuristes" ne les maintiendra + unis. En même temps que ce "Futur" Sain les privera de leur présentabilité démocratique fallacieuse en rendant cette législature commune caduque, il dépouillera ces Malsains Per(s)cés de la force armée de l’État libanais en les neutralisant ainsi constitutionnellement. Par contre, pour ce qui a trait à l’élimination de la quincaillerie Per(s)cée et rouillée de la milice de ce "parti d’un dieu" qui avait assailli et investi férocement et arbitrairement la majorité des Cazas et des Monts même secs et arides du pays, il faudra subir l’attente du verdict du Fatal Tribunal et/ou l’installation finalement à Damas d’1 nouveau régime démocratique et, ipso facto, ami ! En effet, il faudra que sur toute l'étendue du Grand-Liban et de la Syrie, soit entamée inexorablement la dissolution de toutes les milices ne fût-ce que suspectes du moindre fakîhdiotisme. Car la Syrie ne pourra jamais devenir Libre tant que le Grand-Liban restera esclave…. de ces armes ! Et vice-versa.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.