Rechercher
Rechercher

Israël

Netanyahu critique l'action des casques bleus au Liban

Pour Lieberman, une troisième guerre contre le Liban est inévitable.

Selon le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, les "soldats de la Finul ne rendent pas compte du trafic d'armes dans le sud du Liban" . Reuters/Aziz Taher

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a critiqué l'action des casques bleus de l'ONU déployés dans le sud du Liban, dont l'un a été tué mercredi dernier, a indiqué dans la nuit de dimanche à lundi le bureau du Premier ministre.

Lors d'un entretien téléphonique avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, Benjamin Netanyahu a souligné que les "soldats de la Finul (Force Intérimaire des Nations Unies au Liban) ne rendent pas compte du trafic d'armes dans le sud du Liban" dans leurs rapports. Selon le Premier ministre, la Finul, chargée de surveiller la frontière israélo-libanaise, n'applique donc pas la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU, adoptée à la suite de la guerre menée par Israël contre le Hezbollah libanais en 2006.

 

Deux soldats israéliens ont été tués et sept blessés mercredi dernier par des tirs du Hezbollah près de la frontière avec le Liban. En représailles, Israël a bombardé plusieurs villages dans le sud du Liban, où se trouvent des positions de l'armée libanaise et de la Finul, et un casque bleu espagnol a été tué. Israël n'a pas officiellement reconnu être responsable de la mort de ce casque bleu. L'Espagne a en revanche affirmé dès la semaine dernière qu'il avait été tué par ds tirs israéliens. "Le Premier ministre a exprimé ses regrets pour la mort du soldat espagnol et a convenu de mener une enquête commune avec le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy", a précisé le communiqué.

 

(Lire aussi : Bouroujerdi rend hommage au rôle « régional et mondial » du Liban)

 

Benjamin Netanyahu a également réaffirmé que la "communauté internationale doit pointer un doigt accusateur vers l'Iran qui est derrière l'attaque à notre frontière nord et qui tente d'établir un front terroriste contre Israël sur le plateau du Golan", a poursuivi le communiqué.

 

"Une troisième guerre au Liban"

Le ministre israélien des Affaire étrangères, Avigdor Lieberman, a pour sa part estimé dans une interview publiée dimanche sur le site Ynet relevant du Yedioth Ahronoth qu'une troisième guerre contre le Liban est inévitable. Il a en outre assuré que l'attaque du Hezbollah contre Israël a changé les règles du jeu.

"Une quatrième opération dans la bande de Gaza est inévitable, tout comme une troisième guerre au Liban est inévitable", a affirmé Lieberman.

Selon lui, la force de dissuasion d'Israël a été compromise avec la dernière attaque du Hezbollah car la réponse de l'Etat hébreu a été insuffisante. "Il n'y a aucun doute que les règles du jeu ont changé. Nous ne répondons pas, mais décidons de contenir cet incident. Je pense que c'est tout à fait déraisonnable. Le Hezbollah est plus audacieux, plus déterminé, plus provocateur", a indiqué Lieberman.

 

(Lire aussi : « La Syrie ripostera à Israël...en combattant l'EI et al-Nosra », assure Ali)

 

Dans un discours prononcé vendredi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé que son mouvement ne voulait pas d'une nouvelle guerre avec Israël mais qu'il n'en avait pas peur. Il a également souligné que le parti ne se sent plus concerné par ce qu'on appelle " les règles de la confrontation", ni la séparation des terrains d'affrontement. "Autrement dit, nous sommes prêts à riposter à l'ennemi où qu'il soit et avec tous les moyens dont nous disposons", a-t-il averti.

Le Hezbollah, allié de Téhéran, a lancé son attaque de mercredi en réaction à un raid dans le Golan syrien le 18 janvier, attribué à Israël. Lors de cette opération, six membres du Hezbollah ainsi qu'un général des Gardiens de la révolution iraniens ont été tués. Israël n'a pas assumé officiellement la responsabilité de ce raid.

 

Lire aussi

Le dialogue Hezbollah-Futur sérieusement menacé

La parenthèse de la violence est refermée, pas celle des menaces...

Bouchez-vous le nez !, la chronique de Nagib Aoun

Passéismes mimétiques, l'article de Michel Hajji Georgiou

Al-Nosra frappe les pèlerins chiites libanais en plein Damas


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a critiqué l'action des casques bleus de l'ONU déployés dans le sud du Liban, dont l'un a été tué mercredi dernier, a indiqué dans la nuit de dimanche à lundi le bureau du...

commentaires (2)

IL FALLAIT QU'ILS RECOIVENT DES ORDRES... DE LUI !!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

13 h 52, le 02 février 2015

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • IL FALLAIT QU'ILS RECOIVENT DES ORDRES... DE LUI !!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 52, le 02 février 2015

  • On le sait tous , depuis 2006 que l'etat de l'usurpie tente de nous faire une guerre de revanche face a une defaite cuisante au Sud Liban libere d'une criminelle occupation de 20 ans. Si babayahou et ses 40 voleurs ne la font toujours pas , c'est loin d'etre de bonte de Coeur , mais parce que toutes les tentatives de tester la resistance nationale du hezb ont echoue , le dernier coup de Kuneitra a ete plus que revelateur de ce test qui a foire a cause d'une reponse sans appel , ou honteusement Israel cache et le reste de ses morts sous le tapis et le vrai cout de la fessee administree par le hezb resistant . Je pense que H.N a ete entendu et cru plus que les babayahou et avigdor par la population de l'usurpie . Si le pays de l'usurpie veut continuer a vivre comme le hezb lui accorde de le faire qu'il ferme sa gueule .

    FRIK-A-FRAK

    10 h 53, le 02 février 2015