La chronique de Nagib AOUN

Bouchez-vous le nez !

Nagib AOUN | OLJ
02/02/2015

Tout au long des sentiers purulents de la politique politicienne, des chemins putrides d'une insécurité rampante, le « Liban du cèdre éternel » exhale chaque jour un peu plus les miasmes d'une pourriture avilissante nourrie au sein d'un clientélisme atavique, entretenue dans les chasses gardées de chefs de clan qui se prennent tous pour des messies.
Vacance présidentielle, vacances parlementaires prolongées, vacuité ministérielle : un jeu de mots pour dépeindre une triste réalité, celle d'une démission collective, d'une irresponsabilité criminelle, alors que d'un secteur à l'autre, d'une région à une autre, se dévoilent à chaque lever de soleil un nouveau scandale, une nouvelle turpitude, qui se perdent immanquablement dans les arrangements conclus entre « personnes de bonne compagnie ».
« Je te tiens, tu me tiens par la barbichette » : et c'est ainsi que l'on passe d'une « grosse affaire » à une « affaire » encore plus juteuse, de péripéties « électriques » à des flatulences d'ordre alimentaire, de dépotoirs triés sur le volet à des délires écologiques, les barrages de la discorde n'arrivant même pas à faire barrage aux appétences des uns, aux folles croisades des autres... Et pour placer la cerise pourrie sur le gâteau infecté, on joue à la roulette russe au Casino du Liban, administrateurs et employés aux abonnés absents se disputant la palme du meilleur rôle dans la catégorie corruption et mensonges.
Et pour ne pas être en reste, les représentants de la nation s'engouffrent dans la mêlée qui pour défendre, très opportunément, « la veuve et l'orphelin », qui pour régler leurs comptes à des adversaires politiques de longue date. Et quand la situation se corse, quand les esprits s'échauffent, ces dignes porte-parole de la nation se donnent alors rendez-vous sur les lieux du litige pour bien montrer de quel bois ils se chauffent...
C'est évidemment à désespérer de tout et de tous, et l'on ne s'en sortira pas tant que les mêmes responsables resteront aux commandes, tant que les mêmes communautés continueront à s'étriper pour se partager le même gâteau et tant que les citoyens y trouveront leur compte parce que « c'est comme ça que fonctionne le pays », parce que c'est comme ça qu'ils obtiendront satisfaction, qu'ils aient ou non raison...
Selon une récente étude de l'association Sakker el-Dekkené, un Libanais sur deux se dit prêt à avoir recours à des pratiques de corruption pour arriver à ses fins. Entre corrupteurs et corrompus, l'entente est évidemment totale et dans les administrations publiques fleurit ainsi un « gentleman agreement » tacite, une « tradition » qui se perpétue de père en fils qui fait que les formalités se débloquent comme par enchantement dès lors que la main est mise à la poche...
Les Libanais écœurés, qui décident alors d'aller voir ailleurs si les choses se portent mieux, auront à leur départ, au port ou à l'aéroport, un dernier aperçu du « trésor » qu'ils vont abandonner : là, des grèves pour protester contre des magouilles à sens unique, ailleurs, une caverne d'Ali Baba où les contrôles se limitent aux jours ouvrables quand l'inspection centrale se décide enfin à montrer le bout de son nez...
Et l'on s'étonne encore que le « voyourisme » prolifère, que les armes sortent régulièrement de leurs étuis et que les partisans de Hassan Nasrallah mettent le feu à la ville à chaque discours qu'il prend la peine de prononcer. Tout cela a un nom : l'État de droit à la libanaise. Les victimes collatérales auront beau protester, le train en marche, celui de l'asservissement et de la corruption, ne s'arrêtera pas en si bon chemin...

À la une

Retour à la page "Chronique"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Chapeau chef, je crois pour moi que c'est une question d'acquis et non inné, c'est le prolongement de qlq chose qui a commencer avec les ottomans d'où le nom "bakhchiche" ... Il faudrait pour ma part réapprendre au jeunes (et ca prendra énormement de temps) a reconnaître les droits civiques pas seulement a l'école mais a la maison aussi cela est un défis ... Maintenant concernant nos chefs politique je pense qu'il ne faudrait surtout pas les mettre tous dsns la catégorie négative pourquoi? Parceque les hommes a l'état primitif agissent comme une horde qui a besoin d'un chef, pour se reconnaître, pour imiter qui fera l'organisation dsns cette horde si on leurs enleve cette référence la horde se disloquera et se fera la guerre entre eux car ne sachant pas quoi faire ni de qui apprendre ... Il y a des standard pour nous auj heureusement sur lesquelles on peut se référer et voir la personne qui se rapproche le plus de ces standard

ACQUIS À QUI

Il fallait le dire , et N. Aoun l'a dit : HASSAN NASRALLAH , que les dieux du ciel nous le gardent le plus longtemps possible , pour eradiquer la pourriture , la vraie, l'autre . Celle "qu'on" n'ose pas denoncer !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LES OREILLES... ET LE NEZ... ET LES OREILLES... ET LE NEZ... ALOUETTE GENTILLE ALOUETTE...

Halim Abou Chacra

Je n'ai jamais lu une chronique aussi pessimiste de M Aoun. Le tout à cause de cette classe politique pourrie et on ne peut plus décadente. C'est réellement le devoir et de la responsabilité de ce peuple libanais, et surtout des jeunes, de la remplacer par une classe plus décente.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le syndrome de la corruption et de la mal-gouvernance, fait de plus en plus moult nouvelles victimes en la personne de pleins de Libanais Sains. C’était surely prémonitoire, et c’est à vous pousser à jeter l’éponge vu leurs vociférations et leurs braillards, à ces autres hypophysaires Malsains ! Car, dans la foulée, ces cancres-huitards sont montés au créneau et l’on se dit, comme tous nos éhhh concitoyens Sains, que ces humanoïdos-humains, "célèbres" pseudo-résistanciels non-harmonieux pseudo-libanais, similis-stratèges et Malsains mais surtout un peu encore pour le moment (1)puissants, se serrent bien les coudes. On persiste pourtant à penser que leur levée de boucliers aura un effet désastreux sur eux. On fait bien du foin pour pas grand-chose, semblent penser nos vrais véritables Sains Libanais ; après tout s’ils avaient voulu really alimenter la rancœur du Libanais Sain et prouver ainsi l’existence d’une sphère de sé(yy)ides et d’affidés non-harmonieuse et Malsaine qui, sûre, non contente d’ignorer à quoi ressemble un véritable comportement Sain prétend jouir de l’impunité, ils ne s’y seraient pas pris autrement. Pour l’invétéré Libanais Sain la cause est entendue : leurs jugements de canailles-huitardes et de "clique", n’ont pour but que de les blanchir, eux ces véritables sangsues et vampires lilliputiens Malsains effectivement gnomes et nains ! En sus, définitivement non-appétissants comme de bien entendu.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué