X

À La Une

Relâché par al-Nosra, un père franciscain placé en résidence surveillée

Syrie

Les raisons exactes de la capture de Hanna Jallouf et de 20 paroissiens sont inconnues.

OLJ/AFP
09/10/2014

Un père franciscain et 20 chrétiens capturés en Syrie par le Front Al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda engagée dans la guerre contre le régime, ont été relâchés, a indiqué l'ordre franciscain jeudi.
Ils avaient été enlevés dans la nuit de dimanche à lundi à Qounya (nord-ouest de la Syrie), un village chrétien proche de la frontière turque sous contrôle du Front al-Nosra.

Le père Hanna Jallouf, un Syrien de 62 ans, "a été placé en résidence surveillée dans le couvent de Qounya", dont il est responsable, a indiqué sur son site internet la Custodie de Terre sainte (division de l'ordre franciscain pour le Proche-Orient). Une porte-parole de l'ordre franciscain a ensuite confirmé à l'AFP la libération des autres chrétiens capturés à Qounya, où le Front al-Nosra et d'autres groupes rebelles combattent les troupes du régime syrien.

Les raisons exactes de leur capture sont inconnues. Selon différentes versions, des tentatives de la part d'al-Nosra de s'approprier un bâtiment ou une partie de la récolte d'olives du couvent en seraient à l'origine. La disparition du père Hanna avait suscité une vive inquiétude au vu des exactions commises contre les chrétiens de Syrie par les islamistes radicaux.

Environ 1 500 chrétiens vivaient à Qounya avant la guerre, selon la Custodie de Terre Sainte. Ils ne sont plus que quelques centaines à présent, essentiellement des personnes âgées vivant de la terre.
Les Franciscains comptent 19 membres basés en Syrie, où cet ordre de l'Eglise catholique romaine est présent depuis 800 ans.

 

Les chrétiens dans une situation précaire

Cet enlèvement de chrétiens n'est pas le premier en Syrie. Le 3 décembre 2013, 13 religieuses et leurs trois auxiliaires avaient été enlevées par le Front al-Nosra dans leur couvent de Maaloula, une ville chrétienne au nord de Damas. Après une opération de médiation menée par le chef de la sûreté générale libanaise, Abbas Ibrahim, et son homologue qatari, les religieuses avaient été libérées le 10 mars 2014. Une libération avait été obtenue en contrepartie de celle de femmes détenues dans les prisons syriennes.

 

Par ailleurs, on est toujours sans nouvelles du prêtre italien Paolo Dall'Oglio militant impénitent du dialogue inter-religieux en Syrie détesté par le régime comme par les jihadistes, porté disparu depuis le 29 juillet 2013. Agé de 60 ans, dont près de la moitié vécus en Syrie, le père Dall'Oglio avait été expulsé en juin 2012 par les autorités syriennes pour avoir osé prôner une "véritable démocratie", mais y était retourné clandestinement fin juillet 2013. Le prête italien s'était rendu à Raqqa, bastion des jihadistes ultra-radicaux du groupe Etat islamique (EI, ex-Daech) pour tenter d'obtenir la libération de personnes retenues par l'EI, en particulier des Kurdes. Selon certains, il est détenu depuis un an par l'EI. D'autres en revanche croient savoir qu'il a été tué, peut-être même très vite, ou encore "remis" par l'EI au régime de Bachar el-Assad.

Pas de nouvelles, non plus, de deux évêques d'Alep enlevés en avril 2013 --Gregorius Yohanna Ibrahim de l'église syriaque orthodoxe et Boulos Yazigi de l'église grecque orthodoxe, également disparus en Syrie, depuis un an et demi.

 

Autre victime chrétienne de la violence, le Néerlandais Frans van der Lugt, un autre jésuite présent depuis des décennies avait été assassiné à Homs en avril dernier.

Plus de 180 000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le déclenchement du conflit, qui a débuté en mars 2011 par des manifestations anti-gouvernementales avant de se transformer en conflit armé après une répression violente.

En Irak aussi, la précarité de la situation des chrétiens est plus que jamais d'actualité, avec notamment l'expulsion inédite des chrétiens de Mossoul par les jihadistes de l'EI.En Syrie et en Irak, plusieurs minorités sont la cible d'exactions de la part de l'EI.

 

Repère

Chrétiens d'Orient, un état des lieux

Pour mémoire

Dix mille chrétiens ont déposé une demande de visa au consulat de France à Erbil... 55 admis

A Mossoul, les jihadistes s'emparent même des boucles d'oreilles des fillettes chrétiennes...

 

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants