X

Moyen Orient et Monde

A Mossoul, les jihadistes s’emparent même des boucles d’oreilles des fillettes chrétiennes...

témoignages

Des milliers de chrétiens ont fui Mossoul sans pouvoir emporter un sou, l'EI ayant saisi leur argent, leurs bijoux et même leurs voitures.

24/07/2014

« Tout ce que nous voulons, c'est vivre en paix. Dignement. Nous sommes des gens pacifistes, et nous avons vécu depuis des siècles à Mossoul en harmonie avec les musulmans », affirme d'emblée Mgr Boutros Mouchi, l'évêque syriaque-catholique de Ninive en Irak. Le siège de son évêché à Mossoul a été pillé par les jihadistes. « Ils ont brûlé les livres, les documents et tout ce qui se trouvait à l'intérieur du bâtiment », ajoute Mgr Mouchi. Selon lui, l'exode des chrétiens ne date pas d'aujourd'hui. Mais c'est la première fois que les chrétiens sont obligés d'abandonner leur ville sous la contrainte physique.

Suite à l'ultimatum donné par l'État islamique (EI) il y a quelques jours, enjoignant aux chrétiens de se convertir à l'islam, de payer l'impôt islamique ou de quitter leur maison, Mossoul s'est en effet vidée définitivement de ses chrétiens. Près de 550 familles ont fui Mossoul vers Qaraqosh, affirme le prélat, ajoutant que les habitants de cette ville à majorité chrétienne les ont hébergées chez eux. « Ils leur ont ouvert leurs maisons, leurs écoles, les couvents... Plusieurs ONG ont immédiatement fait venir une aide humanitaire comprenant des produits de première nécessité », alors que d'autres familles ont fui vers d'autres villes dans la plaine de Ninive situées sous le contrôle des peshmergas ou bien dans la région autonome du Kurdistan irakien. Mgr Mouchi rend par ailleurs un hommage appuyé aux autorités kurdes qui ont déployé les grands moyens pour venir en aide aux déplacés chrétiens.


La plaine de Ninive – dans laquelle vivent une multitude de communautés religieuses et ethniques – est une région contestée entre les Kurdes et le pouvoir central à Bagdad. Profitant du chaos qui a résulté de l'offensive des insurgés sunnites, le pouvoir autonome kurde a envoyé ses peshmergas dans la région. Les villes de Qaraqosh et d'el-Khoch, et d'autres villages chrétiens se trouvent actuellement dans la partie sous contrôle kurde. Des affrontements ont lieu régulièrement entre les deux protagonistes pour gagner du terrain. Hier encore, les forces kurdes ont repoussé une offensive des jihadistes. Outre ce conflit sur le terrain, les relations entre les insurgés sunnites et les Kurdes sont envenimées par le refus de ces derniers de remettre à l'EI des opposants qui ont fui Ninive vers des villages kurdes lors des premiers jours de l'offensive sunnite.

 

(Reportage : La mort ou la fuite, le dur choix des chrétiens de Mossoul)

 

Pas de référence
La colère des jihadistes contre les chrétiens semble avoir sa source dans le refus des chefs religieux chrétiens de se rendre à une réunion avec les jihadistes. « Notre refus les a irrités. Ils se sont sentis probablement insultés. Et leur réponse ne s'est pas fait attendre », estime Mgr Mouchi.
Toutefois, le père antonin Joseph Abdel Sater, qui se trouve actuellement au couvent Notre-Dame à el-Khoch, toujours dans la plaine de Ninive sous contrôle kurde, estime que la réunion exigée par l'EI n'avait aucune utilité. D'une part, cette rencontre avait déjà pour but de lancer un ultimatum aux chrétiens. « Ensuite, ajoute le père Joseph, le problème à Mossoul est le chaos qui y règne. En effet, les insurgés sunnites sont une coalition d'islamistes, de tribus, d'anciens baassistes, etc. Et il n'y a pas une référence supérieure avec laquelle on peut traiter. C'est la loi du plus fort. Et en cas de guerre, ce sont les voyous et les radicaux qui imposent leur volonté. »

 

(Lire aussi: Tourisme et lune de miel dans le "califat" islamique d'Irak et de Syrie)

 

Persécutés par leurs frères sunnites, ils trouvent refuge chez les chrétiens
Récemment, des jihadistes ont tué un imam à Mossoul qui a refusé de prêcher selon les directives de l'EI », raconte le père Joseph Abdel Sater. Selon lui, les exactions des jihadistes ne touchent pas uniquement les chrétiens, mais aussi les autres minorités, comme les chiites, les yazidis, les Turkmènes, etc. « Ils ont été persécutés par leurs frères sunnites et ils ont trouvé refuge chez les chrétiens », déclare-t-il.
Le père Joseph Abdel Sater appelle en outre les autorités religieuses sunnites à dénoncer solennellement les persécutions des chrétiens. « Nous avons entendu plusieurs condamnations qui insistent que l'islam rejette la violence et les exactions des groupes jihadistes. Mais elles sont très timides », regrette-t-il.

 

(Lire aussi : Ignace Ephrem II : Mossoul doit être reconquise !)


Entre-temps, « la situation des chrétiens empire de jour en jour », affirme le moukhtar Sabri, de Ban Dawaya, un hameau chrétien de 15 000 habitants. Il raconte la souffrance de ceux qui ont fui Mossoul sans un sou. « Ils ont subi des insultes, ils ont été forcés de quitter leur maison, frappés, humiliés, on leur a pris leur argent, leurs bijoux », avant de venir se réfugier dans les zones sous contrôle kurde, ajoute le moukhtar. En fuyant, les réfugiés chrétiens ont tenté de prendre un peu d'économie pour survivre. Or, on leur a tout ravi. Les jihadistes ont probablement saisi des centaines de milliers de dollars. Sans oublier les voitures des chrétiens qui n'ont pas eu l'autorisation de les prendre avec eux, raconte-t-il.
Lui aussi affirme que les autres communautés religieuses subissent les mêmes persécutions que les chrétiens.
Selon lui, « il reste uniquement trois ou quatre familles chrétiennes à Mossoul qui se sont réfugiées chez des musulmans. Mais leur situation est précaire puisqu'elles risquent d'être dénoncées à tout moment ».
Le père Joseph raconte en outre qu'à « un barrage de l'EI, une fillette chrétienne a été obligée d'enlever ses boucles d'oreilles pour les remettre aux jihadistes. Elle avait aussi sur elle 250 dinars, qu'elle a dû remettre aux miliciens. 250 dinars ne lui achètent même pas un chewing-gum ».

 

(Lire aussi : Les chrétiens de Mossoul leurrés par l'indulgence feinte des jihadistes)

 

« L'Irak est notre pays... »
De son côté, le moukhtar Sabri lance un appel à l'aide pour soutenir les milliers de chrétiens qui se sont réfugiés dans les villes et villages voisins : « Nous avons besoin de médicaments pour les malades, de lait pour les enfants. » Ce dernier revient sur la débandade des forces gouvernementales. « Ils étaient 30 000 militaires dans la région de Ninive dont Mossoul est le capitale. Comment quelques milliers d'insurgés ont-ils pu les chasser sans véritable combat? » Selon lui, les erreurs du Premier ministre Nouri al-Maliki sont le catalyseur principal de l'insurrection sunnite qui voulait se venger contre la politique discriminatoire de Bagdad. Néanmoins, le notable chrétien réclame le retour du pouvoir central, seul gardien de l'État de droit. « Si les droits des chrétiens de vivre librement, en sécurité et dignité sont protégés, nous retournerons surement à nos maisons. L'Irak est notre pays », martèle-t-il.

 

Lire aussi

Mossoul chrétienne, l'éditorail de Michel Eddé
La réponse de cheikh Nokkari* aux agissements insoutenables contre les chrétiens d'Irak

Gaza et Mossoul, les deux faces d'une même monnaie, pense-t-on au Liban

Hani Fahs : L'expulsion des chrétiens de Mossoul est une tragédie humaine

Chrétiens d'Irak : le 14 Mars condamne « un crime contre l'humanité »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

De vrais sauvages inhumains . Arabes musulmans bonjour .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

Où SONT LES PAYS MUSULMANS... TOUS LES PAYS MUSULMANS... ET SURTOUT LES DÉSERTIQUES, DES DEUX CÔTÉS DU GOLFE, INSTIGATEURS ET POURVOYEURS DE CE QUI SE PASSE ?

Hallak Andre

Une estimation récente donnait à plus de 90 millions le total de chrétiens morts pour leur foi depuis le supplice de Paul. Soit le plus lourd tribu payé par des fidèles à leur religion. Avec plus de 2,5 Millions de morts, tous Chrétiens, les dirigeants soudanais échappaient aux accusations de génocide en permettant la scission du Sud Soudant.
Il faut toutefois constater que sur les 20 dernières années l’intolérance a été plus forte en terre d’islam qu’ailleurs, provoquant un départ massif des chrétiens d’Egypte, Irak Syrie Pakistan Iran etc …
Ce qui se passe à Mossoul n’est pas Nouveaux sa particularité tiens au caractère ouvertement affiché de la persécution et de la menace.
De par la gestion inégalitaire et discriminatoire de Maliki sur les 3 dernières années et l’anéantissement des fondements de l’état qui en résulte toute action militaire ou diplomatique perd son caractère déterministe. D’où la retenue et l’indécision des dirigeants occidentaux sur l’Irak à commencer par Barak Obama hésitant sur de nombreux sujets depuis si longtemps et… rattrapé par les événements. La Solution ne peut venir que des instances religieuses et autres théologiens du monde Musulman qui se doivent de dénoncer le Caractère barbare rétrograde et inhumain de l’Etat islamique. On les entend si peu...
Les chrétiens ont Choisit le Kurdistan comme terre d’asile ou cette armée Kurde à forte mixité, gage de son laïcisme les accueille dans ce qu’ils espèrent être leur dernière exode

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants