Rechercher
Rechercher

Repère

Chrétiens d'Orient, un état des lieux

Une Irakienne chrétienne tenant le chapelet durant une messe en l’église de la Vierge de Nassiriyah à Amman en Jordanie, le 30 juillet 2014. REUTERS/Muhammad Hamed

"Nous ne nous résignons pas à penser à un Moyen-Orient sans chrétiens, qui, depuis deux mille ans, professent le nom de Jésus, insérés comme citoyens dans la vie sociale, culturelle et religieuse des nations auxquelles ils appartiennent", affirmait le pape François en novembre dernier devant tous les patriarches et archevêques des Eglises orientales, dans un appel vigoureux pour les anciennes Eglises d'Orient, menacées par les multiples conflits et la montée de l'islamisme radical.

Avec l'expulsion inédite des chrétiens de Mossoul par les jihadistes de l’État islamique, la précarité de la situation des chrétiens d'Orient est plus que jamais d'actualité.

Quelques repères sur les communautés chrétiennes présentes dans une région tourmentée.

 

 

Irak

- Il y avait 1,5 million de chrétiens en Irak avant la première guerre du Golfe dont plus de 600 000 à Bagdad et 60 000 à Mossoul, mais également dans la ville pétrolière de Kirkouk (nord) et à Bassora (sud). Aujourd'hui, il n'y aurait plus que 400 000 chrétiens en Irak.

 

L'archevêque de Lyon Philippe Barbarin en compagnie de chrétiens irakiens à Kirkouk, le 31 juillet 2014. AFP/Marwan Ibrahim

 

- Mossoul : Depuis la prise de Mossoul, le 10 juin 2014, par les jihadistes de l'Etat islamique (EI, ex-Daech), les chrétiens cibles, comme d'autres minorités religieuses, de menaces et de persécutions, ont fui massivement la ville. Selon certains sources, il ne resterait plus que quelques familles chrétiennes à Mossoul, selon d'autres, tous les chrétiens seraient partis.

- Face à cette situation désastreuse, la France s'est récemment dite prête à accorder l'asile aux chrétiens d'Irak, faisant craindre au cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon une aggravation de l'exode.

 

Syrie

- Les chrétiens de Syrie représentent environ 9% de la population (estimée à 23 millions en 2010), selon les chiffres de l'Œuvre d'Orient, soit 2 millions de chrétiens de différents rites : Syriens, Melkites, Maronites, Chaldéens, Arméniens, Grecs orthodoxes.

- Les chrétiens dans la guerre : Nombre d'entre eux ont pris le parti du président Bachar el-Assad par crainte de l'islamisme radical prôné par certains groupes rebelles. En septembre 2013, le patriarche syrien de l'église catholique melkite Grégoire III Laham avait estimé à quelque 450 000 le nombre de chrétiens syriens ayant dû fuir en raison du conflit qui dure depuis trois ans. En octobre 2013, le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé qu'environ 50 000 chrétiens syriens avaient demandé la nationalité russe.

 

Des chrétiens syriens à la messe. AFP/Louai Beshara

 

Des figures de la communauté ont été directement touchées par la guerre. En avril 2014, le père jésuite Néerlandais Frans van der Lugt, présent depuis des décennies en Syrie, a été assassiné à Homs. et depuis un an, on est sans nouvelle du prêtre italien Paolo Dall'Oglio, militant impénitent du dialogue inter-religieux en Syrie, détesté par le régime comme par les jihadistes.

Des religieuses de la ville syrienne de Maaloula, un village chrétien de 5000 habitants situé à 55 km au nord de Damas, ont en outre été retenues en otages par des rebelles syriens entre décembre 2013 et le 9 mars 2014.

 

  

Gaza, Cisjordanie et Jérusalem

- Gaza : La communauté chrétienne de Gaza compte environ 1500 âmes, des grecs-orthodoxes pour la plupart, sur une population majoritairement musulmane de 1,8 million d'habitants. Il ne resterait plus que quelque 130 catholiques romains. La minorité chrétienne a fait l'objet de plusieurs attaques imputées aux extrémistes islamistes et condamnées par le Hamas, qui contrôle Gaza. 

 

Une Palestinienne chrétienne-orthodoxe allumant un cierge à Gaza. AFP/Mohammed Abed

 

- Cisjordanie occupée et Jérusalem : on dénombre près de 50 000 chrétiens en Cisjordanie occupée (dont 8000 à Jérusalem, alors qu'ils étaient 30 000 avant la création de l’État d'Israël), héritiers des premiers chrétiens, principalement implantés à Bethléem et à Ramallah. Plus de la moitié sont de rite grec orthodoxe. Les catholiques, eux, sont au nombre de 22 500: 17 850 pour les catholiques romains, et 4650 pour les melkites, catholiques de rite grec byzantin.

-L'offensive israélienne contre la bande de Gaza, lancée le 8 juillet, a fait une première victime chrétienne le 29 juillet. Et pour la première fois depuis des années, l'église grecque-orthodoxe Saint-Porphyre de Gaza accueillait les déplacés palestiniens fuyant le déluge de feu israélien.

 

 

Israël

- Israël compte environ 160 000 chrétiens (sur 8,2 millions d'habitants) dont près de 80% appartiennent à la minorité arabe restée après l'indépendance d'Israël en 1948. La moitié des chrétiens de nationalité israélienne sont catholiques : 50 000 melkites (grecs-catholiques), 24 000 catholiques romains (Latins) et 11 400 maronites.

- Un cinquième des 160 000 chrétiens israéliens sont des travailleurs immigrés d'Asie (Philippines, Sri Lanka, Inde) et d'Afrique (principalement d'Érythrée), confrontés souvent à une situation sociale difficile. Enfin, 60 000 migrants catholiques romains, venus surtout d'Afrique et ne possédant pas la nationalité israélienne, résident aussi en Israël, selon le patriarcat latin de Jérusalem.

 

Des chrétiens israéliens arabes, lors d'une messe. Jack Guez/AFP

 

-On trouve également une forte communauté maronite qui compte quelque 10 000 résidents. Les trois quarts d'entre eux sont installés en Terre sainte depuis le début du XVIIe siècle, et sont comptés comme citoyens d'Israël. 2500 maronites libanais sont également en Israël ; ils font partie de ces groupes de toutes les communautés ayant fui leur village et la bande frontalière après le retrait d’Israël du Liban-Sud en 2000, et qui étaient soit anciens membres de l'Armée du Liban-Sud, soit en rapport commercial ou autre avec Israël.

Lors de sa visite en Terre sainte, Mgr Raï a célébré une messe pour ces maronites, refusant de considérer les anciens de l'ALS comme "des traîtres". Il a également promis son aide aux Arabes chrétiens d'un village du nord d'Israël déplacés depuis plus de 60 ans.

 

Égypte

- Les coptes, la plus grande minorité chrétienne du Moyen-Orient, représentent quelque 10% des 86 millions d'habitants du plus peuplé des pays arabes. Ils se plaignent de longue date de discrimination et d'attaques, notamment contre leurs églises.

 

Des Égyptiennes coptes lors des funérailles de quatre chrétiens le 7 avril 2013, tués lors de heurts sectaires. AFP/Khaled Desouki

 

Ils ont souvent été la cible d'attaques, notamment de la part des islamistes, qui les ont récemment considérés comme complices des militaires dans le renversement de l'ancien président Morsi, issu des Frères musulmans.

 

Jordanie

- En Jordanie vivent environ 200 000 chrétiens, répartis à égalité entre catholiques et orthodoxes, auxquels s'ajoute une population fluctuante de réfugiés de Syrie et de travailleurs immigrés clandestins d'obédience chrétienne. Sont également installées dans le royaume hachémite de petites communautés chrétiennes de maronites, catholiques arméniens, catholiques syriaques et plusieurs milliers de chaldéens originaires d'Irak.

 

Une musulmane (centre) priant avec des chrétiens jordaniens et irakiens à l'église de la Vierge de Nassiriyah, à Amman en Jordanie, le 30 juillet 2014. REUTERS/Muhammad Hamed

 

 

Liban

- En raison de l'absence d'un recensement moderne de la population, il est difficile de préciser le nombre des chrétiens libanais. Mais selon certains chiffres, il y aurait environ 40% de chrétiens libanais, sur une population de 3,9 millions. Les chrétiens libanais sont majoritairement des maronites, mais également des Grecs catholiques, des Grecs orthodoxes, des Arméniens, des Syriaques (catholiques et orthodoxes), des Latins et des Protestants.

-Depuis le 25 mai, le Liban est sans président, un poste réservé à un maronite. Le chef du Législatif Nabih Berry avait convoqué les députés à une première séance plénière le mercredi 23 avril. Celle-ci n'a pas débouché sur l'élection d'un nouveau président, aucun des candidats n'ayant obtenu le nombre de voix nécessaires. Tous les tours suivants ont tourné court, faute de quorum. La dixième séance a été fixée au 12 août.

 

Des hommes de religion sunnites, chiites, druzes et chrétiens libanais, prient à Beyrouth en solidarité avec les chrétiens de Mossoul et les Gazaouis, le 24 juillet 2014. REUTERS/Sharif Karim

 

-Emigration : Selon le Lebanese information center, entre 1975 et 1984, près de 75 % des Libanais ayant émigré sur cette période sont des chrétiens. Entre 1985 et 1990, près de 17% des Libanais ayant émigré sur cette période sont des chrétiens. 

 

 

Pour mémoire

Chrétiens arabes, éclaireurs de la citoyenneté, de Fady Noun

Au-delà des questions constitutionnelles, débat sur le rôle des chrétiens, l'éclairage de Scarlett Haddad


"Nous ne nous résignons pas à penser à un Moyen-Orient sans chrétiens, qui, depuis deux mille ans, professent le nom de Jésus, insérés comme citoyens dans la vie sociale, culturelle et religieuse des nations auxquelles ils appartiennent", affirmait le pape François en novembre dernier devant tous les patriarches et...

commentaires (0)

Commentaires (0)