X

À La Une

Militaires libanais enlevés : l'EI aurait exécuté un soldat qui "avait tenté de fuir"

Liban

Il s'agit du troisième Libanais exécuté par les jihadistes au cours des sept derniers jours

OLJ
06/09/2014

Les jihadistes de l'Etat islamique (EI, ex-Daech) auraient exécuté samedi un deuxième soldat libanais. Il s'agirait de Abbas Medlej, originaire de Baalbeck, selon des informations circulant sur les réseaux sociaux. Sur un compte Twitter que L'Orient-Le Jour a consulté et s'affichant comme lié à l'Etat islamique, il est effectivement annoncé que l'EI a décapité le soldat libanais. Des photos choquantes de la décapitation sont également postées. L'information n'a, dans l'immédiat, pas été confirmée par l'armée.

Samedi dernier, l'EI avait diffusé une vidéo montrant la décapitation du sergent Ali Sayyed, dont les funérailles ont eu lieu mercredi dans son village natal de Fnaydek au Liban-nord.
Les deux soldats faisaient partie d'un groupe de militaires (soldats et membres des forces de sécurité intérieure) enlevés le 2 août à Ersal, dans la Békaa, lors de combats avec des jihadistes venus de Syrie. L'EI, le Front al-Nosra et un troisième groupe rebelle islamiste syrien lié à l'EI détiennent toujours une trentaine de policiers et de soldats libanais.

(Lire aussi : Ali Sayyed, un sergent affable, généreux et pacifique)


Un porte-parole de l'EI aurait affirmé à l'agence d'information turque que son mouvement a exécuté le soldat libanais "parce qu'il avait tenté de fuir".

Il s'agit là du troisième Libanais exécuté par l'EI au cours des sept derniers jours. Vendredi soir, le corps d'un civil libanais qui avait été enlevé par les jihadistes fin août à Ersal a été remis à sa famille dans cette localité sunnite frontalière de la Syrie, ont indiqué des habitants et l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).
"La dépouille de Kaëd Ghadada, qui porte un impact de balle à la tête, est arrivée à Ersal. Il avait été enlevé par l'Etat islamique (EI) puis exécuté. Son corps a été remis à sa famille", a précisé Ani.

(Lire aussi : L'armée formelle : Pas de présence terroriste sur les hauteurs de Baskinta et de Sannine)


Alors que la famille de Ghadada garde le silence, des habitants de Ersal ont déclaré à l'AFP que la victime, qui possède une carrière dans le jurd, avait été enlevée à son domicile par des hommes armés.
Dans une vidéo postée par un site proche d'al-Nosra, deux hommes se présentant comme des Syriens racontent qu'ils travaillaient avec Ghadada pour le compte du Hezbollah. Ils indiquent que le parti chiite leur a donné une formation et leur a demandé de procéder à des missions de surveillance, voire de tirer contre Ersal. Mais l'Ani et des habitants assurent que Ghadada a été tué par l'EI.

Vendredi, dans une vidéo diffusée sur YouTube intitulée "Qui paiera le prix", le Front al-Nosra a lancé un ultimatum on ne peut plus clair au Hezbollah et à l'armée libanaise, les menaçant des foudres jihadistes si le parti chiite ne se retire pas de Syrie. Le groupe avait déjà posté le 23 août une vidéo montrant neuf soldats et policiers kidnappés et appelant le Hezbollah à retirer ses combattants de Syrie.

(Lire aussi: Appel commun de personnalités islamiques de tous bords à « libérer l'islam de Daech »)

Médiation qatarie
Outre le retrait du Hezbollah de Syrie, les ravisseurs réclament un échange avec des prisonniers islamistes détenus au Liban. Pas de négociations avec les preneurs d'otages, a toutefois tranché jeudi le gouvernement à l'unanimité à l'issue d'un Conseil des ministres. "La sécurité des otages militaires ne peut faire l'objet d'un compromis ou d'un échange car l'État fera face férocement à tout ce qui menace leur vie", a déclaré le ministre de l'Information, Ramzi Jreige rapportant les décisions du Conseil des ministre. "Cette affaire pourrait faire l'objet de négociations à travers des canaux internationaux", a-t-il ajouté.

Vendredi, le vice-Premier ministre Samir Mokbel a lui aussi souligné que les autorités libanaises refusent tout échange de prisonniers. M. Mokbel a ajouté que le gouvernement traite sérieusement avec l'aide du Qatar le dossier des militaires enlevés par les jihadistes.

Un médiateur syrien, dépêché par le gouvernement qatari, s'est d'ailleurs rendu vendredi dans le jurd de Ersal pour rencontrer l'émir d'al-Nosra, Abou Malek Tallé. Peu d'informations ont filtré sur cette réunion de cinq heures à part le fait que le médiateur aurait exhorté les jihadistes à ne pas attenter à la vie des otages. Abou Malek aurait de son côté réitéré les revendications d'al-Nosra, notamment la libération des prisonniers islamistes de Roumieh, selon des sources informées.
L'EI a, de son côté, publié vendredi sur son site un communiqué dans lequel il affirme avoir été "surpris par la venue du médiateur qatari", sachant que "l'EI avait accepté le principe d'une médiation indirecte avec le gouvernement libanais".

Selon des informations rapportées samedi par les médias locaux, le médiateur qatari, qui a quitté Ersal, a transmis au gouvernement libanais les revendications des deux groupes : la libération de 400 détenus islamistes détenus dans les prisons libanaises ainsi qu'une rançon de 5 millions de dollars.

 

Lire aussi
Le gouvernement pris en étau entre sa cohésion et son appui à l'armée, l'éclairage de Scarlett Haddad

Boys don't cry, le billet de Ziyad Makhoul

L'unité interne, meilleur atout du Liban face aux ravisseurs...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

CE hézébbb POURRA-T-IL ENCORE AGIR APRÈS TOUS CES DÉBOIRES EN SŒUR-SYRIE, YÂ HASSIRTÎÎÎH ? !

Khalil

Le Qatar a envoyé des émissaires pour solutionner le problème des otages. Aucune réaction n'en a suivi à part la déclaration de l'EI annonçant un nouvelle exécution d'un soldat ayant tenté de fuir. Du seul fait qu'il ait décidé de se poser en intermédiaire, le Qatar affiche une certaine emprise sur le ou les groupes incriminés par cette prise d'otages. Quels seraient les moyens exercés par le Qatar autre que celui de couper les vivres ou du moins les réduire ?
Si l'EI et/ou Al Nosra se soucient du bien être des refugiés syriens au Liban, ils auraient dû éviter toute condition les concernant d'autant plus que le Liban les a reçu les bras un peu trop ouverts. Même bien au-delà, ces deux organisations devraient se replier suffisamment de Ersal pour ne garder aucun contact ou lien avec cette ville largement éprouvée. Seul le jurd d'Ersal pourrait alors faire l'objet de discussions entre les deux organisations et l'Etat libanais quant à la tolérance de leur présence et ce, tant qu'ils sont menacés par les troupes syriennes qui leur a coupé tout moyen d'accéder en Syrie.
Faute de pouvoir s'infiltrer au-delà de Ersal et de son jurd, L'EI et Al-Nosra sont prises en étaux et totalement isolés. L'hivers approche et les éléments armés ne pourront survivre dans cette région aride et de haute montagne. A moins d'une échappée grâce à d'éventuelles cellules dormantes, l'on voit difficilement qui pourrait imposer ses conditions, la partie cernée ou les forces qui l'entoure.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES INSTINCTS BESTIAUX... DES ANTHROPOPHAGES !

Halim Abou Chacra

Les barbares mille fois maudits ! Ils n'ont pas un brin d'humain, ce sont des animaux. C'est même une insulte aux animaux de les appeler ainsi. Tfeh !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Influence interne du Hezbollah : deux facteurs suscitent des inquiétudes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué