X

À La Une

Morts, ravages, ruine économique : les chiffres de Gaza

Repère
OLJ/AFP
03/08/2014

La guerre entre le Hamas et Israël a tué plus de 1.700 Palestiniens et 63 soldats israéliens, détruit des maisons par milliers et ruiné un peu plus une économie au tapis. Les chiffres de la guerre de Gaza.


Les morts et les blessés

* Selon un bilan des secours locaux samedi soir, plus de 1.700 Palestiniens ont été tués. L'ONU est parvenue à vérifier les identités de 1.117 morts, dont une immense majorité de civils (926, 83%). L'Unicef a comptabilisé au moins 296 mineurs.

* Israël a perdu 63 soldats, ses plus lourdes pertes depuis sa guerre contre le Hezbollah en 2006, et est sans nouvelle du sous-lieutenant Hadar Goldin. Trois civils, dont un Thaïlandais, ont été tués par une des 3.032 roquettes dont le tir a été comptabilisé samedi par l'armée.


Funérailles d'un Palestinien tué lors d'une manifestation anti-israélienne près de Ramallah, en Cisjordanie. Mohamad Torokman/Reuters

Les déplacés

Selon l'ONU, 280.000 personnes sont hébergées dans ses centres et ceux des autorités locales, soit 15% de la population.
Avec ceux qui ont trouvé refuge chez des proches, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime à 400.000 le nombre de déplacés. Comme si 1,85 million de New-Yorkais ou 500.000 Parisiens avait dû quitter leur domicile.


L'ampleur des dommages et des besoins

* Des soins psychologiques seront nécessaires pour 326.000 mineurs (Unicef).

* Des milliers d'engins non explosés jonchent la bande de Gaza (ONU).

* Dix des 32 hôpitaux sont fermés, onze sont endommagés (OMS).

* Les logements de 9.815 familles (environ 58.900 personnes) ont été complètement détruits (ONU).

* Le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) évalue ses besoins à plus de 390 millions de dollars, dont 43% sont jusqu'à présent couverts par les donateurs, selon un bilan établi le 28 juillet.

* L'OMS estime que les fonds dont elle dispose représentent 6% de ses besoins.


Scène de désolation à Rafah. Said Khatib/AFP

Les belligérants

* L'Institut international d'études stratégiques (IISS) crédite le Hamas de 20.000 combattants, dont 10.000, les plus entraînés pour sa branche armée. Un chiffre difficile à vérifier. Les Brigades al-Qods du Jihad islamique revendiquent 8.000 hommes.
L'armée israélienne avait évoqué le chiffre de 320 combattants palestiniens tués lors de la deuxième semaine de guerre. L'ONU en comptabilise 191 parmi les morts dont elle a pu vérifier l'identité.

* Selon les données les plus récentes (2011) de l'Institute for National security studies (Institut israélien d'études sur la sécurité nationale), l'armée israélienne est forte de 176.500 soldats et de 445.000 réservistes (dont 86.000 ont été appelés). Difficile de savoir combien combattent effectivement à Gaza, information soumise à la censure.

Une population jeune

Selon le bureau palestinien des statistiques, 43,4% des quelque 1,8 million de Gazaouis ont moins de 14 ans. Le taux de croissance annuel de la population est de 3,7% et l'âge médian 18 ans.
L'ONG israélienne Gisha estimait juste avant la guerre qu'il manquait 259 écoles à Gaza notamment en raison de la pénurie de matériaux de construction imputable au blocus israélien. Avec les combats, la situation va empirer: 137 écoles ont été endommagées, selon l'ONU.
L'enclave ne dispose pas des infrastructures cohérentes avec les 1,8 million d'habitants qui s'entassent sur 362 km2, notamment en terme de distribution d'électricité et d'eau.


Une économie au tapis

Le taux de chômage dépasse les 40%, selon le FMI. Il était d'un peu moins de 20% en 2000 et de 30% en 2011. En temps normal, plus de 70% de la population dépend de l'aide humanitaire, selon Gisha.


Lire aussi
Licence to kill, le point de Christian Merville

Mohammad Deif, l'insaisissable chef de guerre du Hamas

Israël et le Hamas déterminés à poursuivre leur guerre à Gaza

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

et certain iront dire ... c'est une victoire divine !! oui divine oui mais victoire je ne pense pas

M.V.

Immense réussite destructrice inutile..., du groupe terroriste Hamas et de ses filiales... , faut 'il crier victoire ...?? ou hurler de désespoir et de rage ...devant tant de stupidité politico/milicienne ...?? qu'espérait 'ils gagner de concret ...? les soit disant stratèges du Hamas ,pour faire payer une note aussi lourde aux civils innocents...?

FAKHOURI

Quel bilan !
Quelle misère !
je n'ai pas l'impression de vivre au XXIe siècle !
Ne faut-il pas arrêter cette guerre ?
Qui va le faire ?

Robert Malek

Y a rien à dire, ce sont des chiffres de victoire divine, n'est-ce pas ? On s'était adonnés au même exercice en 2006 lorsque le Hezbollah avait, selon les illuminés, remporté une victoire de haute voltige grâce à laquelle le Liban a été détruit. Que ces statistiques soient exactes ou fausses, aucun des deux belligérants ne pourra crier victoire car c'est une guerre inutile et des morts pour rien. Qu'ils signent un cessez-le-feu immédiatement pour stopper le massacre.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants