X

Liban

Sleiman aux députés : « Ne poussez pas le Liban vers une Constituante... »

Présidence

À la veille de la dernière réunion de la conférence nationale de dialogue, plaidoirie passionnée du chef de l'État contre l'utilisation du quorum comme arme politique ; avec ses contradictions internes, le gouvernement d'entente ne peut assumer les prérogatives de la présidence, estime encore le président de la République.

OLJ
05/05/2014

À la veille de la dernière réunion de la conférence nationale de dialogue, prévue aujourd'hui, mais dont les chances de succès sont inexistantes, compte tenu de l'absence des Forces libanaises et du Hezbollah, le chef de l'État a lancé hier un appel passionné en faveur de l'élection d'un nouveau chef de l'État dans les délais constitutionnels établis, c'est-à-dire avant le 24 mai, date de l'expiration de son mandat.

Le président s'est élevé avec véhémence contre l'utilisation du quorum comme arme politique. Dans une plaidoirie passionnée prononcée à l'occasion de l'inauguration à Jbeil du « Village sportif Michel Sleiman » et du « Stade Carlos Slim », le président de la République a insisté sur les dangers qui menacent la pérennité de la patrie. « Le torpillage du quorum est l'antithèse de la démocratie, a-t-il lancé. Il est inadmissible d'exercer une démocratie en torpillant le scrutin par défaut de quorum. »

(Lire aussi : Présidentielle : toujours pas de brèche dans le mur)

« Faites du 7 mai 2014 une étape vers l'entente, à l'opposé de ce que fut le 7 mai 2008, et ne poussez pas le pays vers une Constituante qui risquerait de compromettre la règle de la parité et de l'accord consensuel, et de changer la face du Liban », a-t-il encore plaidé.

Les contradictions internes
« Je ne m'explique pas pour quelle raison chaque possibilité d'alternance du pouvoir se transforme en une peur de l'inconnu et du vide », a dit le président Sleiman. Pour le chef de l'État, le gouvernement d'entente actuel « porte en lui ses propres contradictions sur les grandes options » et ne peut donc « combler le vide », à savoir exercer les prérogatives du chef de l'État, en l'absence d'une élection, « en l'absence du premier ordonnateur du fonctionnement des institutions et de la politique étrangère. Du commandant en chef des forces armées, de celui qui prête serment de préserver la Constitution et qui jouit de prérogatives constitutionnelles exclusives qu'il ne transmet pas toutes, dans l'absolu, au Conseil des ministres réuni ».
Et M. Sleiman d'inviter les députés et forces politiques à ne pas « faire dépendre l'échéance constitutionnelle d'une entente externe inexistante, frustrant ainsi les aspirations des Libanais, compromettant leurs investissements et ruinant leur saison estivale ».

(Lire aussi : Sleiman valorise la liberté de l'information et la bonne marche du TSL)

« Nulle part dans la Constitution vous ne trouverez le droit de s'absenter d'une session parlementaire, ou de torpiller le quorum, ou de déposer des bulletins blancs ou des bulletins portant des allusions venimeuses », a ajouté le président, en référence à la première séance de l'élection présidentielle.

Force majeure
Pour le chef de l'État, il va de soi que la Chambre ne peut siéger que si le quorum est atteint. Mais, a-t-il observé, « c'est une prévision qui vaut pour les cas de force majeure, comme les cas d'épidémies ou de catastrophes naturelles, de troubles ou d'occupation, mais jamais comme une pratique démocratique ordinaire, ou comme option politique ».

(Eclairage : Pour le 8 Mars, le vide est le chemin le plus sûr vers la Constituante...)

« Du reste, a-t-il interjeté, comment concilier les impératifs d'un État souverain et bien constitué, avec la décision des députés de proroger leur mandat, d'outrepasser la durée du mandat que leur a accordée le peuple et de frustrer les espoirs et attentes de la population qui les ont élus ? Et que devient le pacte intercommunautaire, quand le vacance se confirme à la tête de la pyramide, qu'occupe selon la tradition le fils d'une des communautés constitutives du Liban ? »

L'accord de Taëf
« Poursuivons l'application de l'accord de Taëf, a repris M. Sleiman. Cet accord a instauré un filet de sécurité constitutionnel sur lequel nous comptons, malgré ces circonstances exceptionnelles et difficiles. »
Et s'adressant de nouveau aux députés, M. Sleiman a lancé : « Certes, pour des considérations liées aux clivages politiques actuels, les citoyens ou les électeurs pourraient ne pas vous demander des comptes ; mais l'histoire ne pardonne pas et continuera à peser sur vos consciences. »

(Voir : Qu'attendez-vous du prochain président? Les Libanais répondent)

« Le Liban, Mesdames et Messieurs, a besoin aujourd'hui d'un président qui incarne l'entente, la Constitution et la sagesse. Un président capable de gérer la diversité libanaise, et non pas de gérer des intérêts étrangers et des comptes d'axes régionaux et locaux. D'un président dont le programme est garanti par son passé national et son éthique, qui n'ait d'autre horizon que le Liban (...) d'un grand président qui gouverne la politique étrangère de son pays d'une main sûre, d'un résident à la taille du Liban message, du Liban de la civilisation, de la grandeur de son émigration, de la dimension d'un Carlos Slim, d'un Nicolas Hayek, d'un Michael Dabaghy ou d'un Amin Maalouf, pour ne pas citer Gibran Khalil Gibran. D'un président qui soit concerné par sa place dans l'histoire, et non d'un président dont l'histoire ne retiendra que la date d'élection et la date de départ. D'un président qui continue à bâtir l'édifice qui continue de bâtir ce qui a été convenu dans les conférences de dialogue, à commencer par la déclaration de Baabda et qui continue à examiner la stratégie nationale de défense globale, qui fixe une fois pour toutes les conditions dans lesquelles se prennent les décisions de la guerre et de la paix, une question que, après quatre décades, il n'est plus possible d'éluder », a conclu Michel Sleiman.


Lire aussi 

L'art du « faire avec », la chronique de Nagib Aoun

De Lourdes, Raï prie pour un Orient « crucifié sur la croix des intérêts politiques et économiques »

Repère
Qui, quand, comment... Le manuel de l'élection présidentielle libanaise

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES SOURDS ONT ENTENDU ! L'ABRUTISSEMENT DE PLUS BELLE !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Communautés-nations et "État?" en faillite totale !

M.V.

Les députés avaient certainement autoprorogé leurs mandants ....pour vivre ces instants historiques ...

AIGLEPERçANT

Magistral ! wou ba3denn ? Il fait trois ptits tours et puis s'en va ! et nous laisse la sans nouvelle des 3.5 Billion que la binsaoudie a payer a holladouille et dont on ne fait plus tellement cas . En ce qui concerne la Constituante, mettons nous bien a l'esprit que la communaute prete a "s'autodeterminer", est la chiite . Desole de le dire comme ca , mais sur des faits , ils ont une representation et des leaders approuves a la majorite , une armee de resistants efficaces , un territoire bien defini et donnant acces sur la mer riche en gaz et petrol , un aeroport embryonnaire , et une puissance regionale qui les soutient et n'attend qu'un declic pour venir s'implanter au sud et chatouiller le nez des sionistes . Voila le vrai sens de ce discours du pdt sortant et partant .Les autres communautes , il leur faudra deja trouver leurs leaders avt de passer a autre chose. Elisons donc notre pdt consensuel sur la base du phare Aoun .

Halim Abou Chacra

"A qui lis-tu tes psaumes, David" ? Cette maxime s'applique en plein et plus que jamais à tout ce que dit le président. Allons à l'essentiel : "Le liban, dit-il, a besoin d'un président qui incarne l'entente, la Constitution et la sagesse; un président capable de gérer la diversité libanaise et non des intérêts étrangers et les comptes d'axes régionaux et locaux". Or le Liban est devenu le pays le plus anormal du monde. Il est littéralement kidnappé par un Hezbollah qui est foncièrement le contraire, la négation même du Liban, de ses institutions, de son président et de tous les principes constitutionnels et démocratiques qu'il est un train de rappeler. Un Hezb qui se dit "d'Allah", qui est une branche super puissante en armes des Gardiens de la révolution iranienne, donc de l'axe même régional Iran-Syrie baassiste. Un Hezb qui, arbitrairement, se dit "résistance, car sa résistance contre l'ennemi israélien est terminée en 2000, mais elle est mensongèrement alléguée pour son son projet et son objectifs majeurs. Ce projet et cet objectif majeurs, avant-hier même l'ancien commandant des Gardiens de la révolution iranienne et actuel grand conseiller militaire du guide suprême de l'Iran, général Yahya Rahim Safwi, les confirmait. "Nos frontières s'étendent jusqu'à l'extrémité du littoral du Liban-Sud". La "mission" du Hezbollah est de réaliser et défendre à 100 % ce statut. Constitution, principes démocratiques et tout le reste, il s'en moque. Malheureusement certains le suivent.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il avait disparu où, ce Sleïmééén-ci, durant les cinq premières années de son mandat ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants