Liban

Présidentielle : toujours pas de brèche dans le mur

Élection

Les milieux FL évoquent l'option d'un retrait de Samir Geagea, mais le 8 Mars continue de taire le nom de son candidat.

OLJ
05/05/2014

À l'avant-veille de la troisième séance de la Chambre, prévue mercredi 7 mai, l'impasse restait quasi totale dans le processus devant mener à l'élection d'un président de la République avant le 25 mai, date de la fin du mandat du président Michel Sleiman. Mais pour la première fois depuis le début de ce processus, les milieux des Forces libanaises ont laissé entendre hier que le chef de ce parti, Samir Geagea, pourrait à terme et sous certaines conditions se retirer de la course. En face, le 8 Mars continue de se dérober à toute annonce franche de candidature, les milieux du Hezbollah réitérant leur credo en faveur d'un président « fidèle à la résistance ».


Fady Karam, député FL du Koura, a ainsi déclaré que Samir Geagea « est prêt à prendre toute décision courageuse et nécessaire pour faciliter l'élection du président de la République », laissant ainsi entendre qu'il serait disposé à retirer sa candidature en faveur d'un autre postulant.
« La bataille de la présidentielle se poursuit pour que parvienne à Baabda le programme du 14 Mars », a dit M. Karam. Toutefois, pour lui, il est « faux de croire que c'est le maintien de la candidature de M. Geagea qui ouvre la voie à la vacance de la présidence ». « Le problème n'est pas dans la candidature de M. Geagea, il est dans la mentalité du 8 Mars », a-t-il dit.


Autre député FL, Antoine Zahra (Batroun) est allé plus loin encore en envisageant l'éventualité d'un chef de l'État « centriste ». « Après l'échec de toutes les séances, nous ne sommes pas contre les concertations à l'intérieur de l'hémicycle entre les députés et leurs états-majors autour d'un président centriste », a-t-il déclaré, tout en se disant contre le fait d'« attendre un compromis qui serait l'œuvre de services de renseignements et un feu vert donné par les maîtres à l'étranger en vue d'installer un président consensuel ».
M. Zahra a fait valoir que la candidature de M. Geagea a « rehaussé le niveau de la présidentielle à un degré qu'elle n'avait plus connu depuis l'époque de la tutelle syrienne ».
Il a enfin mis en garde contre toute vacance présidentielle, avertissant que dans ce cas, « nous ferons en sorte que toutes les institutions constitutionnelles s'arrêtent de fonctionner jusqu'à ce qu'un président soit élu ».


Du côté du bloc du Futur, le ministre d'État pour le Développement administratif, Nabil de Freige, a estimé que si le 8 Mars ne s'était pas retiré de la deuxième séance parlementaire, mercredi dernier, il y aurait eu « une occasion d'élire un président à cent pour cent libanais ».
« À l'extérieur, on se préoccupe essentiellement d'empêcher la vacance de la présidence, et on met de côté les noms », a ajouté M. de Freige, estimant par ailleurs « difficile » que le dialogue en cours entre le Futur et le CPL puisse déboucher sur un soutien par le premier de la candidature du général Michel Aoun.


Mohammad Hajjar, député du Chouf et également membre du bloc du Futur, a annoncé que le 14 Mars s'apprête une nouvelle fois à aller voter après-demain pour Samir Geagea. « J'aurais souhaité que le camp adverse présente un candidat afin que le jeu démocratique prenne son cours normal », a-t-il dit.


Son collègue Hadi Hobeiche (Akkar) a clairement signifié que le chef des FL restait pour le moment le candidat unique du 14 Mars. « Samir Geagea est notre candidat et nous croyons en lui. Cette option ne changera que lorsque M. Geagea ouvrira lui-même la voie à d'autres options », a-t-il dit.
Au sujet de la candidature du député Henri Hélou, M. Hobeiche a souligné que le 14 Mars avait émis une objection sur la forme, l'annonce de sa candidature ayant été faite à Clemenceau (domicile du chef du PSP, Walid Joumblatt), alors qu'il aurait dû lui-même la proclamer avant de recevoir l'investiture de son bloc parlementaire puis des autres. « Mais sur le fond, personne n'est en mesure de faire de la surenchère sur la maronité d'Henri Hélou », a-t-il dit.


Enfin, de Bruxelles où il se trouve, l'ancien député Moustapha Allouche, membre du bureau politique du Futur, s'est prononcé pour l'élection d'un chef de l'État « souverainiste ». « Nous cherchons à couronner notre combat en favorisant l'avènement d'un président engagé à défendre la liberté du Liban et sa souveraineté et à mettre un terme au fléau de la prolifération de toutes les armes non légales », a-t-il déclaré.

 

(Lire aussi : Sleiman aux députés : « Ne poussez pas le Liban vers une Constituante... »)

 

Les vues du Hezbollah
De l'autre côté de l'échiquier politique, Nawaf Moussaoui, député (Hezbollah) de Tyr, a réaffirmé que « la résistance a besoin qu'accède à la présidence une personne qui lui a été fidèle et qui n'est pas susceptible de se retourner contre elle en cas de modification du rapport de force ou de développements contraires aux intérêts de la résistance ». « Très clairement, nous voulons une personne dont nous savons qu'elle serait constante dans son engagement à l'égard de la politique de la résistance, quelqu'un qui se tiendrait aux côtés de la résistance même si le monde entier se tenait face à elle », a ajouté M. Moussaoui.


Son collègue Ali Fayad, député de Marjayoun, a tenu des propos similaires sur le président « engagé à l'égard de l'équation de la résistance », assurant par ailleurs que son parti « n'attend personne de l'étranger pour venir lui dicter ce qui est opportun et ce qui ne l'est pas au sujet de la présidence de la République ».


Pour Alain Aoun, député de Baabda et membre du bloc du Changement et de la Réforme, le scénario de mercredi dernier (absence de quorum à la séance parlementaire) pourrait se répéter après-demain, « en cas d'absence de nouvelles données d'ici là ». Il a toutefois souligné « l'importance de l'échéance présidentielle pour le CPL ».


Son collègue Salim Salhab, député du Metn, a rappelé que le chef du CPL, le général Michel Aoun, n'annoncerait sa candidature à la présidence que s'il était agréé comme candidat de consensus. De ce fait, a-t-il expliqué, il n'y aura pas de quorum à la prochaine séance. « Jusqu'ici, il n'y a pas de résultat sur la présidentielle avec le courant du Futur, et ce en dépit de la poursuite des contacts entre les deux parties sur ce sujet et sur d'autres », a-t-il dit.


Enfin, Ali Osseirane, député de Zahrani et membre du bloc berryste, s'est contenté quant à lui d'émettre le souhait de voir élu « un président digne de confiance et capable de rassembler ».

 

Repère
Qui, quand, comment... Le manuel de l'élection présidentielle libanaise

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NI DANS LE MUR DE BRIQUES.... ET NI DANS LES BRIQUES VIDES DES "MURS" VIDES DE NOS ABRUTIS !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le tuteur bää bää bääSSyrien n’a jamais toléré de se voir amputé de son flanc à bâbord libanais(h) !
Et n’admet pas davantage les audaces de ces "élites" beyrouthines trop libérales pour n’être pas subversives mais surtout minables. Restait pour lui à s’accrocher à ce postulat inaltérable : Rien ne vaut, pour préserver son emprise et le statuquo sur cette arrière-bassecour libanaise, ce statisme précaire libanais(h) si misérable.

ACQUIS À QUI

En fait si Geagix possede en lui cette "grandeur d'ame" , le fait de retirer sa candidature ne ferait que le grandir encore plus . Il aura au moins compris qu'il ne suffit pas de s'excuser pour pretendre etre un jour pdt de la republique du Liban . Sleiman Frangieh est le seul qui n'a pas participe aux tueries de la guerre civile , au contraire il en a ete victime , pourquoi pas lui ? Mais je reste persuade que le phare Aoun est le seul a pouvoir faire advancer les choses dans le sens de l'interet du Liban . Ne faisons pas le choix du pire . Me comprenez vous bien , au moins !

Gebran Eid

LES VUES DU HEZBOLLAH EXPRIMÉES CLAIREMENT PAR LES DEUX DÉPUTÉS MOUSSAOUI ET ALI FAYAD, UN PRÉSIDENT FIDÈLE QUI N'EST PAS SUSCEPTIBLE DE SE RETOURNER CONTRE LA RÉSISTANCE. JE VOIS QU'UNE SEULE PERSONNE POUR REMPLIR LA TACHE DE CETTE COMMANDE TRÈS FERME. C'EST LE FISTON SLEIMAN FRANGIEH. IL VA PAS TARDER À SE PRÉSENTER CONTRE GEAGEA. JOUMBLATT COMME D'HABITURE VA FAIRE CROIRE À QUELQUES IGNORANTS DU 14 MARS QU'IL VA VOTER BLANC. TOUT LE MONDE FAIT SON CALCULE ET DÉCLARE PRÉSENT POUR LA BATAILLE "DÉMOCRATIQUE" DU VOTE. ET HOPE SLEIMAN SERA ÉLU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE...SURPRISE JOUMBLATT A VÔTÉ À LA DERNIÈRE MINUTE POUR SLEIMAN. ET QUE LA MUSIQUE REPRENNE SLEIMAN VA TERMINER CE QUE SON PÈRE AVEC SA BANDE N'ONT PAS EU LE TEMPS DE LE FAIRE. C'EST À DIRE SACCAGER CE QUI RESTE DE CE PAYS.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué