X

Liban

Sleiman valorise la liberté de l’information et la bonne marche du TSL

OLJ
05/05/2014

Le président de la République, Michel Sleiman, a reçu le procureur général près la Cour de cassation, le juge Samir Hammoud, qui l'a informé des détails de la décision du Tribunal spécial pour le Liban de convoquer certains journalistes et médias libanais. Le chef de l'État a demandé dans ce cadre au procureur général de communiquer sur cette affaire avec le TSL, « afin d'expliquer l'engagement du Liban pour la liberté de l'information et pour le journalisme responsable, en vertu des textes en vigueur », selon un communiqué de Baabda. Il a également appelé à « débattre (avec le TSL) de la concordance (de sa démarche, NDLR) avec les lois libanaises, sans contrevenir à la bonne marche du Tribunal international qui bénéficie de notre appui complet », a ajouté le texte.
Par ailleurs, le président Sleiman a reçu également le ministre des Télécommunications Boutros Harb, à la tête d'une délégation d'Ogero et des opérateurs, qui lui ont fait part d'un plan visant à accélérer le service Internet, tout en diminuant les frais de ce service.
Parmi les autres visiteurs de Baabda, l'ambassadeur du Liban à l'ONU, Nawaf Salam.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué