X

Liban

Combats entre des miliciens du Hezbollah et l’Armée syrienne libre dans le jurd de Baalbeck

OLJ
03/06/2013

Plusieurs combattants ont été tués lors d’affrontements qui ont opposé des rebelles syriens à des miliciens du Hezbollah, dans la nuit de samedi à dimanche, dans le jurd de Baalbeck, a-t-on appris auprès des forces de sécurité.
Quinze rebelles ont été tués lors de ces affrontements qui se sont produits à deux kilomètres de la frontière syrienne, dans le caza de Baalbeck. Un combattant du Hezbollah a également trouvé la mort.
« Les affrontements ont eu lieu entre un groupe de l’Armée syrienne libre (ALS, principale composante de la rébellion syrienne) et des membres du Hezbollah venant de la région de Baalbeck », a expliqué une source de sécurité.
Les combats ont eu lieu près du village de Aïn el-Jaouzé, dans une zone montagneuse où la frontière n’est pas souvent clairement délimitée. Les rebelles seraient tombés dans une embuscade alors qu’ils se préparaient à tirer des roquettes vers la Békaa.

 

(Pour mémoire : Des combattants du Hezbollah racontent Qousseir)


Par ailleurs, plusieurs roquettes tirées depuis la Syrie s’étaient écrasées ces derniers jours dans le Hermel. Samedi, elles ont touché le cœur de la Békaa et le caza de Baalbeck. Au moins six roquettes sont tombées dans le Hermel sans faire de victimes. Et hier, de nouvelles roquettes tirées de la Syrie se sont abattues dans un secteur frontalier ainsi que dans un quartier du Hermel, occasionnant de lourds dégâts matériels.


D’autre part, pour la première fois, des villages au cœur du caza de Baalbeck ont été la cible de pilonnage syrien. Ainsi, des roquettes sont tombées dans le jurd de Brital, à Jinta, Nassitiyé, Nabi Chit, Sarhine el-Tahta, Sarhine el-Faouka. Des obus sont également tombés à 15 kilomètres de la frontière, provoquant des incendies.
Un expert de l’armée, qui a inspecté les lieux, a indiqué sous le couvert de l’anonymat que les obus tombés sur les villages de Baalbeck sont des Grad de calibre 122 mm. Ils ont été tirés, de façon primitive, de Jabal el-Darra, Sarghaya, Rankous et Toufayel, localités qui se trouvent à Rif el-Cham, en Syrie.

 

 

Lire aussi

La situation est « désespérée » à Qousseir

 

 

Pour mémoire

Salam appelle le Hezbollah à ne pas s'enfoncer dans le conflit syrien


Des Syriens sous couvre-feu : les municipalités s’expliquent...

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jaber Kamel

La question n'est pas qui a commencé, mais qu'il faut être prêt, et au résultat de cette attaque on voit la force qui est vraiment prête et celle de la "primitive".

Antoine-Serge KARAMAOUN

Sainte Nitouche n'est-ce pas ? Yâ wâïyléh !

GEDEON Christian

Qui de la poule ou de l'œuf? Franchement, chercher aujourd'hui QUI est responsable, c'est la quadrature du cercle...parce que les responsabilités de datent pas de l'affaire de Kousseir,et chacun le sait bien. A force de mettre le Liban à la sauce syrienne depuis 40 ans, on arrive inéluctablement à ce résultat...qui ne se rappelle le défilé incessant de nos hommes politiques à Damas? Quand tous ces Libanais qui ont juré, jurent et jureront probablement encore, par la Syrie, ou devrais je dire par les Syries, comprendront que jamais rien de bon pour le Liban n'est venu de là-bas, on aura fait un grand pas. En fait, quand les Libanais se décideront à n'être que Libanais. Depuis l'indépendance, et alternativement, des parties libanaises sont allées chercher leur adoubement ou leurs ordres à Damas...certaines ont même réclamé à cors et à cris leur rattachement à la Syrie...et certaines ont la mémoire vraiment très très courte!

SAKR LOUBNAN

EST-CE LE DÉBUT ?

Halim Abou Chacra

Tous ceux qui ont dit que le Hezbollah avaient ouvert les portes de l'enfer pour le Liban ont eu raison. L'enfer, le voilà ! Le Hezbollah en est le seul responsable. Il est le seul à mériter qu'il y soit précipité et non le Liban, encore une fois piétiné par cet instrument sordide du régime iranien.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.