Nos Lecteurs ont la Parole

La saison des légumes crus

Par Ralph NADER
OLJ
02/04/2013
Voilà le printemps, le retour des jours ensoleillés, des fleurs, des pluies intermittentes, mais aussi de la ruée des Libanais sur les plantes légumineuses crues.
Encore petit, j’avais demandé un jour à ma grand-mère la raison pour laquelle on mange tellement de choses qui n’ont pas encore atteint la période de récolte. Des produits comme les fèves (foul), les pois chiches (hommos akhdar ou emm’laybeneh), les amandes (loze), les petits pois (bazella), les mirabelles (janerik), le blé (pour faire du frikeh), le thym (zaatar barreh) et beaucoup d’autres.
Ce n’est pas uniquement une question de goût ou une tradition, mais plutôt une mésaventure dans l’histoire du Liban ottoman, qui est devenue une coutume.
Durant l’occupation des pays du Levant, et notamment le Liban, les Ottomans forçaient les peuples soumis à livrer toutes leurs récoltes entassées dans des sacs de jute au « bacha », chose qui laissait les familles vivant dans cette région sans rien à se mettre sous la dent. Et avec l’invasion des criquets au début du XXe siècle, la famine et la pauvreté poussaient ces communautés à consommer leurs produits avant la saison de la récolte. Les Ottomans n’avaient pas vu cette échappatoire et ne comprenaient pas pourquoi la taxe obligatoire (el-mireh) diminuait année après année.
Une habitude qui est devenue une tradition. C’est ainsi que ces produits ont pris place dans plusieurs plats libanais, devenus aujourd’hui célèbres.

Ralph NADER
Amchit

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Un poète dit : __ C'était au temps du turc dont la soif sanguinaire, __ Des maux et des fléaux, souvent plus meurtrière, __ Répandait la terreur parmi les opprimés.

Charles Fayad

Oh là là, au pays des poissonniers d'avril, on apprend qu'on mange des fruits et légumes crus par une tradition qui remonte aux Ottomans! et ainsi échapper à (el mireh). Ils sont astucieux les Libanais, mais le ''Bacha'' de l'époque ayant lu les conneries de La Fontaine aurait dû rappeler :''Rien ne sert à fuir, il faut payer les impôts''.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué