Rechercher
Rechercher

Société - Témoignages

« Nous avons déjà vaincu Israël, nous n'avons pas peur », affirment des habitants rentrés au Liban-Sud pour l’Adha

La circulation est restée dense sur l'autoroute reliant Beyrouth au sud à l'occasion de la fête musulmane, malgré plusieurs attaques israéliennes.

« Nous avons déjà vaincu Israël, nous n'avons pas peur », affirment des habitants rentrés au Liban-Sud pour l’Adha

La plage de Tyr au premier jour de l'Adha, le 16 juin 2024. Photo Olivia Le Poidevin/L'Orient Today

« Pourquoi aurais-je peur de rentrer dans mon village du sud alors que sayyed Hassan (Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah) mène la lutte contre Israël ? », lance Dana Hamdan, une étudiante de 20 ans originaire de Tayr Debba, dans le caza de Tyr, à L'Orient Today, au deuxième jour de la fête de l’Adha, lundi.

Bien que les avions de combat israéliens aient franchi le mur du son au-dessus de nombreuses régions du sud, lancé des ballons thermiques, mené des raids aériens et des frappes meurtrières, la circulation est restée dense sur l'autoroute reliant Beyrouth au sud durant la fête de l’Adha.

Suivre notre direct

L'émissaire américain Amos Hochstein évoque "les attaques incessantes du Hezbollah" avec Netanyahu et Herzog : jour 255 de la guerre de Gaza

« Nous sommes des habitants du sud, nous n'abandonnons pas notre terre. Nous n'avons pas peur des agressions israéliennes », assure Hajj Mohammad Hamdan, 62 ans, père de trois enfants et grand-père de trois petits-enfants, qui s'est entretenu avec L'Orient Today en marge du troisième anniversaire de sa petite-fille dans sa ville natale de Kfar Hatta (Saïda).

« Au cours de ma longue vie, j'ai été témoin de la brutalité d'Israël, mais j'ai aussi observé l'abnégation de nos combattants de la résistance (du Hezbollah). Tout comme nous avons remporté la victoire en 2000, nous vaincrons aujourd'hui, mais le prix sera élevé - un prix que nous, habitants du Sud, sommes habitués à payer. Nous n'avons donc pas vraiment peur de rentrer dans nos villages natals à cause d'Israël », conclut-il avec un sourire.

Le 25 mai 2000, 22 ans après sa première invasion, l'armée israélienne s'est retirée de la bande frontalière qu’elle occupait au Liban-Sud. Ce retrait unilatéral, intervenu dans un contexte d’attaques incessantes du Hezbollah, a fortement contribué à la popularité du parti chiite. Ce dernier continue toutefois d’appeler à la libération de la bande dite des « hameaux de Chébaa » (officiellement revendiqué par le Liban mais considéré par la communauté internationale comme un territoire syrien annexé par Israël).

« Ce n'est pas l'Adha si... »

« Pour moi, la fête de l’Adha est synonyme de côtelettes d'agneau grillées au barbecue, de poulet ‘taouk’ et de taboulé préparé par ma grand-mère dans son jardin à Adaïssé », explique Hussein Attié, originaire de ce village du caza de Marjayoun. « Je n'ai pas l'impression de fêter l'Adha si je ne suis pas chez mes grands-parents à Adaïssé ».

Lire aussi

Malgré la flambée sur le front sud, les négociations à un stade avancé

En raison du bombardement intensif de ce village frontalier et de sa proximité avec les bases militaires israéliennes, Hussein Attié et sa famille ont choisi de passer l'Adha chez sa tante à Saïda. « J'aspire à être au Liban-Sud, mais j'aspire aussi à la sécurité », se lamente-t-il, exprimant sa détresse de voir son village dévasté à plusieurs reprises par les attaques israéliennes. « Je ne sais pas quand j’y reviendrai, mais en attendant, je continuerai à dénoncer Israël et à prier pour les combattants du Hezbollah qui défendent courageusement nos terres », conclut Hussein Attié.

Les habitants qui sont retournés dans le village frontalier de Dhaïra (caza de Tyr) lundi pour inspecter leurs maisons ont été accueillis par des tirs de l'armée israélienne dans une tentative d'intimidation, ont indiqué des sources locales.

Dimanche, premier jour de l'Adha, des dizaines de civils se sont rendus sur la plage de Tyr, décrivant cette action comme leur propre forme de résistance. Depuis la plage, on pouvait apercevoir de la fumée s'échapper d'une colline à Naqoura, qui a été bombardée plusieurs fois par l'armée israélienne ce jour-là.

Selon de récents chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations, publiés dans un rapport repris jeudi 13 juin par le ministère libanais de la Santé, plus de 94 000 personnes ont été déplacées du Liban-Sud en raison des tirs et des bombardements quotidiens d'Israël depuis le début des affrontements entre le Hezbollah et l'armée israélienne, le 8 octobre 2023. Depuis le début du conflit, Israël aurait tué 72 civils libanais, tandis que 303 membres du Hezbollah ont perdu la vie au Liban selon notre décompte. Le Hezbollah a toujours affirmé que ses actions visaient à soutenir son allié palestinien, le Hamas, à Gaza.

« Pourquoi aurais-je peur de rentrer dans mon village du sud alors que sayyed Hassan (Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah) mène la lutte contre Israël ? », lance Dana Hamdan, une étudiante de 20 ans originaire de Tayr Debba, dans le caza de Tyr, à L'Orient Today, au deuxième jour de la fête de l’Adha, lundi.Bien que les avions de combat israéliens aient franchi le mur du son...
commentaires (13)

Que ceux qui veulent le Hezbollah restent la où ils sont heureux et tranquilles avec lui. Nous on n’en veut pas! C’est clair, net et précis. Soit fédéralisme soit partition. On ne forme pas une nation. Nous avons des cultures diamétralement opposées

Lecteur excédé par la censure

17 h 22, le 18 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Que ceux qui veulent le Hezbollah restent la où ils sont heureux et tranquilles avec lui. Nous on n’en veut pas! C’est clair, net et précis. Soit fédéralisme soit partition. On ne forme pas une nation. Nous avons des cultures diamétralement opposées

    Lecteur excédé par la censure

    17 h 22, le 18 juin 2024

  • Ces gens vivent dans la désillusion et le mensonge. Leur Mamamouchi a ruiné l’économie, détruit le pays et les a transformé en chair a canon pour tous le Moyen Orient au nom du Fakih et ils suivent aveuglement jusqu’à l'exode définitif qui s'annonce si la guerre éclate. Y a-t-il un mur des lamentations a Qussair ou ils risquent de finir?

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    15 h 14, le 18 juin 2024

  • Ils sont tous prêts à mourir pour protéger leurs terres du Sud Liban mais sont les champions de la fuite vers le nord au premier coup de feu. Souvenez vous en 2006, plus d’un million de ces héros sudistes avaient trouvé refuge au Mont Liban

    Lecteur excédé par la censure

    15 h 08, le 18 juin 2024

  • Et je rajoute, ayant vaincu, on va évidemment remplacer leur monaie locale par notre fière Lira et meme nos Lollards

    Aboumatta

    13 h 06, le 18 juin 2024

  • J ai juste lue le titre et sauté de joie !! Quoi !? Ils ont vaincu et libérer Jérusalem? On peut y aller ? Pas besoin de visa ? Ou comment faire vivre les moutons dans une illusion perpétuelle.

    Aboumatta

    13 h 04, le 18 juin 2024

  • Je ne pense pas que ce sont des moutons interviewés. Nos frères chiites appuient bel et bien leur chef barbu dans sa lutte contre l'ennemi sioniste et afin de dominer le Liban puisqu'ils pensent qu'ils ont été longtemps dominés par le duo christiano-sunnite.

    Onaissi Antoine

    13 h 04, le 18 juin 2024

  • Mais bien sûr !! Vous n’avez trouvé que des moutons à interviewer ???

    Wow

    11 h 49, le 18 juin 2024

  • Ils oublient dans ça de nous rappeler ce qu’ils ont gagné les habitants du sud Liban? Des habitants détruites et des morts par centaines. A part ça qu’ont ils gagné sans indiscrétion, il faut éclairé notre lanterne, parce que contrairement à eux on ne croit que ce qu’on voit, et on voit que des destructions et des gens endeuillés par la faute de leur chef qu’ils continuent de les sacrifier depuis sa cachette.

    Sissi zayyat

    10 h 47, le 18 juin 2024

  • Excellent article et fier de voir tous ces Libanais n’ayant aucune peur de l’ennemi sioniste Déçu mais non surpris des reactions de certains qui ne supportent pas de voir le Hezb infliger des pertes à l’ennemi, ils ont vite oublié que c’est ce Hezb qui a protégé la frontiere nord avec la Syrie et la montagne des hordes daeshistes Une nation c’est une solidarité et non pas une multitude de petites communautés égoistes et retranchées derrière leurs religions

    TAMIN FAROUCK

    08 h 44, le 18 juin 2024

  • Pq a t elle peur de rentrer au village alors que HN mène le combat dit notre compatriote du sud…Sauf qu’elle oublie que HN est planqué quelque part .Et que ses apparitions publiques se passent par écran / videos interposées. C’est toute la différence chère jeune compatriote. Ceci dit, bravo à ces libanais qui bravent le danger potentiel pour vivre normalement. La résistance c’est LA VIE. L’amour, la joie, les rires, la danse, la musique, La résistance ce n’est pas la culture de la mort, des zombies vêtus de noir et des tronches lugubres…oui bravo aux citoyens du Sud. Et que vive notre pays.

    LE FRANCOPHONE

    07 h 47, le 18 juin 2024

  • L illusion de grandeur….

    Robert Moumdjian

    05 h 13, le 18 juin 2024

  • L'armée de l'entité est en train de changer. Ses chefs sont encore à gauche et ne cherchent pas à gagner une guerre. Ils sont en train de "faire un coup d'état" en oubliant que c'est le gouvernement qui dirige et le Pays et non pas son armée. Quand les jeunes généraux plutôt à droite comme Ofir winter ( il vient d'être mis à la retraite par le chef d'état major Halevy alors qu'il est le l'officier supérieur le plus populaire de l'entité. Quand ils prendrons le pouvoir, les guerres se terminerons par une victoire et surement une prise de territoire

    Dorfler lazare

    00 h 48, le 18 juin 2024

  • - QUI A VAINCU ISRAEL ? - HAMAS ET SES GAZAOUIS. - SUR LE SUD DE CE LABEL, - ON N,EST PAS ENCOR REJOUIS. - FAUT PAS DE FANFARONNADE, - CAR IL Y A ESCALADE.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    19 h 26, le 17 juin 2024

Retour en haut