Rechercher
Rechercher

Économie - Finances publiques

Les hausses des salaires des fonctionnaires brouillent les prévisions du budget 2024

Les augmentations décidées mercredi prévoient notamment de verser à toutes les catégories de fonctionnaires un montant équivalent à neuf fois les salaires de base.

Les hausses des salaires des fonctionnaires brouillent les prévisions du budget 2024

Le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, dans son bureau en octobre 2023. Photo d'archives/Joseph Eid/AFP

Le gouvernement sortant de Nagib Mikati a estimé à 2.900 milliards de livres libanaises par mois, soit 32,4 millions de dollars au taux actuel du marché (89.500 LL pour un dollar) le coût total des augmentations – principal, indemnités de transport et bonus – accordées mercredi par le Conseil des ministres aux fonctionnaires, afin de mettre fin à un mouvement de grève initié en février.

C’est ce qui ressort d’une réunion vendredi au Grand sérail, consacrée à ce dossier sous la présidence du Premier ministre. Ces 2.900 milliards mensuels supplémentaires sont supérieurs aux 2.700 milliards qui figuraient dans la proposition initiale discutée mercredi, qui avait fuité dans les médias avant que le gouvernement ne se prononce. 

Les augmentations décidées mercredi prévoient notamment de verser à toutes les catégories de fonctionnaires un montant équivalent à neuf fois les salaires de base fixés avant que la livre libanaise ne commence à s’effondrer parallèlement à la crise économique qui a éclaté en 2019. Le taux de change est passé de 1507,5 LL à 89.500 LL pour un dollar en 4 ans et demi, soit une multiplication par un facteur de 60.

Les participants à la réunion, qui a notamment groupé le ministre sortant des Finances Youssef Khalil, la ministre d'État sortante pour le Développement administratif, Najla Riachi, et le président de l'Inspection centrale, Georges Attié, ont adopté plusieurs mesures administratives visant à renforcer le contrôle sur l’assiduité des fonctionnaires. L’essentiel des nouvelles incitations financières prévues par la décision du Conseil des ministres de mercredi sont soumises à des conditions d’assiduité.

Lire aussi

Le gouvernement augmente les rémunérations des fonctionnaires pour mettre fin à la grève

La validation de ces hausses et leur coût font porter le total que l’État doit dépenser chaque mois en traitements et salaires à 10.700 milliards de LL, selon un autre chiffre évoqué dans le communiqué publié après la réunion, soit 119,5 millions de dollars au taux du marché. Selon nos calculs, cela représente sur une année un total 128.400 milliards de LL ou plus de 1,43 milliard de dollars, soit une hausse de 37 % par rapport à ce qui avait été initialement prévu dans le budget. Ce calcul exclut les 29.000 milliards de LL de réserves budgétaires mobilisables pour des incitations financières qui étaient supposées être optionnelles et basées sur la productivité.

La hausse de 2.900 milliards de livres par mois, accordée mercredi par le Conseil des ministres aux fonctionnaires, et dont le total est équivalent à 34.800 milliards de livres sur 12 mois, dépasse les 29.000 milliards de LL de réserves budgétaires prévus dans le budget de 2024 pour faire face à ce type de dépenses. En partant du principe que ces 29.000 milliards de LL avaient totalement été alloués aux fonctionnaires, les dépenses budgétaires pour les salaires restent 4,7 % plus élevée que ce qui était prévu.  

Ce dépassement a été souligné jeudi sur X par le député Ibrahim Kanaan, président de la commission des Finances et du Budget. Cette commission parlementaire avait profondément modifié le projet de loi de finances que lui avait transmis le gouvernement et tablait initialement, avant le vote définitif du texte, sur un montant de 20.000 milliards de LL mobilisés pour les incitations financières pouvant être accordées aux fonctionnaires pour un projet de budget sans déficit projeté. Dans son message, le député en a profité pour critiquer la communication du gouvernement concernant les augmentations de salaires, jugeant qu’il s’agissait en réalité d'« incitations financières », avant de critiquer « l’irresponsabilité » de la démarche. 

Il reste à noter que ce dépassement pourrait être encore plus important si ces augmentations sont accordées comme le prévoit le mécanisme approuvé mercredi : pour toute l'année 2024 et avec effet retroactif à partir de décembre 2023.

Le gouvernement sortant de Nagib Mikati a estimé à 2.900 milliards de livres libanaises par mois, soit 32,4 millions de dollars au taux actuel du marché (89.500 LL pour un dollar) le coût total des augmentations – principal, indemnités de transport et bonus – accordées mercredi par le Conseil des ministres aux fonctionnaires, afin de mettre fin à un mouvement de grève initié en...
commentaires (3)

Les hausses des salaires des fonctionnaires brouillent les prévisions du budget 2024. Nous sommes dans le brouillard complet depuis des décennies et il n’y a pas que les récentes décisions qui se chargent de brouiller les pistes. Les voleurs sont toujours de service et se donnent à cœur joie de décharner les libanais après les avoir dépouillés et le peuple ne bronche toujours pas, attendant un miracle ou une cryptesthésie pour les sauver d’un fait réel et avéré qui est que nos gouvernants ne sont là que pour les achever.

Sissi zayyat

11 h 37, le 03 mars 2024

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Les hausses des salaires des fonctionnaires brouillent les prévisions du budget 2024. Nous sommes dans le brouillard complet depuis des décennies et il n’y a pas que les récentes décisions qui se chargent de brouiller les pistes. Les voleurs sont toujours de service et se donnent à cœur joie de décharner les libanais après les avoir dépouillés et le peuple ne bronche toujours pas, attendant un miracle ou une cryptesthésie pour les sauver d’un fait réel et avéré qui est que nos gouvernants ne sont là que pour les achever.

    Sissi zayyat

    11 h 37, le 03 mars 2024

  • Les figurants mafiosos-fonctionnaires aussi bénéficieront-ils des mêmes mesures et du rétroactif? ...

    Wlek Sanferlou

    02 h 55, le 02 mars 2024

  • Plutôt que de faire face au chantage gratuit de quelques gros fainéants de l'État, il serait préférable de chasser un grand nombre de fonctionnaires.

    Antoine Sabbagha

    16 h 24, le 01 mars 2024

Retour en haut