Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Gastronomie

Maison Tara (Khattar) à New York, des événements cinq étoiles

Depuis sa participation à Top Chef en 2018, Tara Khattar a trouvé ses repères et installé ses marques et sa marque à New York. Portrait d’une rebelle presque apaisée.

Maison Tara (Khattar) à New York, des événements cinq étoiles

La cheffe Tara Khattar en Karoline Lang. Photo Tarek Moukaddem

La jeune femme, qui n’avait que 25 ans alors, et s’est fait remarquer dans Top Chef France, comme la première femme libanaise et moyen-orientale à y participer, puis dans Chopped, à trois reprises, avec deux victoires à l’appui, s’est clairement calmée. Est-ce la maternité, New York ou ses accomplissements durant ces dix dernières années ? Toujours est-il que Tara Khattar semble définitivement sortie de l’adolescence, troquant bandana, fouet, couteau et impatience contre un nouveau logo, une nouvelle tenue de travail signée Karoline Lang et un nouveau projet naturellement baptisé Maison Tara. Son dernier travail « public » dans cet univers du bon et du beau qu’elle aime tant, s’est fait à travers son livre de cuisine, Liban, une histoire de cuisine familiale, d’amour et de partage (éd. Hachette cuisine) sorti en France et au Liban en 2020, en français et en arabe. Elle y a imprimé ses souvenirs familiaux et ses émotions gastronomiques, cet héritage transmis par ses deux grand-mères, Gilberte Rizk et Jacqueline Khattar. Depuis, le temps a passé, les événements de ces dernières années ont déposé des certitudes et surtout une, son envie de retrouver New York qu’elle a découvert « trop jeune » lorsqu’elle y a entrepris ses études à l'Université de New York. « C’est l’endroit où je veux être à présent, » confirme-t-elle.

Lire aussi

Tara Khattar : la cuisine, une histoire d’amour et de transmission

Tour du monde et mariage

De Beyrouth à Paris, de New York à Dallas puis New York, avec des arrêts au Bahamas, l’appétit et l’énergie renouvelable de Tara Khattar lui ont ouvert de nouvelles possibilités, des envies d’encore plus, d’encore mieux, et des projets qui se sont précisés alors que s’affinait son savoir-faire. De son mariage, de sa maternité, du confinement, de ces moments chargés d’émotion, elle a profité pour réfléchir, apprendre et relever de nouveaux défis. Remporter Chopped deux fois, préparer et rédiger son ouvrage, cuisiner pour la Beirut Art Fair, devenir durant deux ans cheffe privée « de luxe » d’un fameux joueur de NBA, Kristpas Porzingis, cuisiner pour Will Smith ou Justin Timberlake, et, entre les gouttes de cette agitation, sentir le besoin de revenir vers elle. C’est ainsi qu’elle prendra la décision de s’installer à New York et d’y créer son projet Maison Tara. « Après Top Chef, je me suis beaucoup dispersée. Entre les interviews, la télé, ce personnage que les médias ont construit, les messages d’amour et de haine que je recevais sans arrêt, c’était trop. De plus, je ne suis pas une “cliente” des réseaux sociaux… » Arrêt sur images, arrêt sur bruits, Tara Khattar se connecte avec elle-même et une certaine maturité. « Nous les femmes, nous avons cette faculté de renaître, comme un papillon qui se métamorphose, un arbre qui fleurit. »

Des fleurs aux plats à la mise en place générale, Maison Tara se charge de tout l'événement. Photo Marina Elise

Luxe et volupté

Après un an de réflexion, noyée dans des centaines de post-its collés partout dans la pièce et autant d’idées, elle rejoint son rêve de jeune fille : cuisiner, mais aussi devenir consultante, créer une société de catering, qui offre rêve, plats, décoration, tout ce qui se rattache à une soirée, un événement privé ou d’entreprise, une célébration, qu’elle soit pour 10 100 ou 1000 personnes. « J’ai réalisé lorsque je me suis mariée que personne ne savait autant que moi ce que je voulais, de ma robe aux fleurs à la décoration des tables. Les couleurs, les détails et même la musique. » Elle décide ainsi de devenir « l’ultraluxe dans le domaine », le cinq étoiles dans le service, avec des prix qu’elle assume « chers », proposant à ceux qui peuvent se le permettre une « expérience étoilée, un restaurant sur mesure à la maison. « Tout est organisé autour de la personne et de ses invités, dit-elle. Maison Tara est une célébration de l’art de recevoir, qui, en fait, est une qualité très libanaise. Nous avons tous été élevés dans cette convivialité, cette chaleur et ce savoir recevoir. Nous sommes sans doute le seul pays à posséder un “salon pour les invités” et un autre pour la famille. »

Des plats à la fois beaux et bons. Photo Marina Elise

Perfectionniste, à un point presque obsessionnel, décidée, à l’écoute du client, elle devient « une story teller sans avoir besoin de mots ». Son logo, à la fois un éventail et un paon stylisés, affiche son envie d’être une marque d’événementiel « haute couture, exactement comme pour les vêtements ». « « Je voudrais réinventer cette industrie, rendre les gens heureux. J’adore les festins », dit-elle. De cette même voix un peu éraillée, Tara Khattar, lumineuse dans sa robe à fleurs, poursuit : « Pour la première fois de ma vie, ce que j’ai en tête et ce qui ressort sont alignés. Je suis très reconnaissante d’avoir traversé des difficultés qui, finalement, m’ont ramenée à l’essentiel, et à New York, pour y installer cet étendard qui porte mon prénom : Maison Tara. »

Celle que l'équipe de Joël Robuchon, chez qui elle a travaillé durant deux ans, surnommait Kitchen Princess, veut aujourd’hui régner dans son domaine, vêtue d’une tenue de travail noire, « comme toujours », signée Karoline Lang, et inspirée du style Renaissance. Puis, pourquoi pas, installer un petit café également cinq étoiles dans les beaux quartiers de New York, à côté des grandes enseignes comme Chanel ou Hermès. « Je veux que Maison Tara devienne une marque associée à un style de vie. »

La jeune femme, qui n’avait que 25 ans alors, et s’est fait remarquer dans Top Chef France, comme la première femme libanaise et moyen-orientale à y participer, puis dans Chopped, à trois reprises, avec deux victoires à l’appui, s’est clairement calmée. Est-ce la maternité, New York ou ses accomplissements durant ces dix dernières années ? Toujours est-il que Tara Khattar...
commentaires (3)

genial! fonce Tara!!

Francois Mehchy

14 h 24, le 07 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • genial! fonce Tara!!

    Francois Mehchy

    14 h 24, le 07 septembre 2023

  • Bonne chance

    Staub Grace

    22 h 12, le 06 septembre 2023

  • Bravo!! Allez y! Foncez!

    MOBIUS

    19 h 48, le 06 septembre 2023

Retour en haut