Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Car nul ne saurait à l’avance la durée d’une adolescence

L’adolescence, c’est une vie à se dire, à se réaliser. C’est pourquoi la vivre harmonieusement demande des critères précis, des facteurs variés et des principes bien définis.

Comme le confirme cette citation : « Ce n’est pas en perfectionnant la chandelle qu’on a inventé l’électricité. » Ainsi, combien sommes-nous de responsables (parents, éducateurs, sociétés…) à savoir rendre cette étape authentique, équilibrée, pour façonner une personnalité qui rimera correctement avec notre constitution psychologique, toujours en vue de lui trouver une identité propre à elle-même.

L’adolescence exige des normes, des valeurs, des capacités qui toutes devront œuvrer à la bonne construction de l’individu, créant de lui un être, son être, sachant conjuguer « être » à tous les temps de son développement existentiel.

Sachons initier, faire conduire, apprendre, éveiller, stimuler, informer, accompagner nos jeunes ados pour qu’ils puissent tracer le bon chemin d’une vie réussie.

Il ne faut pas oublier que chaque tranche d’âge recèle une certaine évolution, que chaque cheminement a ses propres mystères et secrets, et que chaque découverte reflétera son propre rythme.

Acceptons avec lucidité qu’un ado subit tant de confusions, d’incertitudes, de contradictions. Il est en pleine effervescence, intensifiant ses rejets, ses questionnements, jugeant liberté et indépendance. Il veut s’affirmer à sa façon. Tout son schéma, corporel, psychologique, comportemental est en question. Il essaie de prouver qu’il est maître de ses décisions, qu’il est capable de gérer ses actions et réactions. Il veut à tout prix devenir indépendant.

Pour bien discerner, pour bien permettre à nos jeunes une adolescence plus ou moins souffrante, avec un minimum de blessures, essayons, nous, responsables d’eux, de les aider à être eux-mêmes, que nous serions témoins conscients de leur développement personnel, une boussole pour éclaircir leur direction. Devant eux, éloignons-nous de nos habitudes, de nos préjugés, de nos influences. Ne les dévalorisons pas, ne les critiquons pas, ne les jugeons pas, laissons-les s’exprimer courageusement, savoir extérioriser les latences cachées au fond d’eux, leur assurant un champ de liberté, où ils pourront découvrir facultés et capacités, les traduisant par leur propre langage. Guidons-les à base d’écoute, de compréhension, et que nos interventions soient brodées de tendresse et d’objectivité.

Alors, que dire de nos ados libanais, qui vivent et subissent tant de conditions défavorables, dans une société, dans un état qui les laissent démunis de toute arme constructive et productive, survivant dans la pauvreté, la misère, la corruption, l’instabilité, le manque de repères, l’injustice, la violence et surtout le désespoir. Et viennent s’ajouter à ce traumatisme le Covid-19 et ses conséquences, la régression politique et économique, vraiment ils sont immergés jusqu’aux os dans un présent déjà cicatrisé par le passé, et en même temps aveugle de son futur. Alors, que pourront faire nos ados et comment progresser ?

Il est temps, chez nous Libanais, de changer presque tout, car on vit dans le presque rien.

Assurons à nos jeunes ados le respect et la confiance. Réformons nos systèmes familiaux, éducatifs, sociaux. Approfondissons nos connaissances et nos savoirs, qu’on se révolte à la recherche de nouvelles balises, basées sur des critères scientifiques, modernes, créatifs et surtout humains. Partageons avec eux leurs tâtonnements, leurs enthousiasmes, leurs réserves, leurs réticences, leurs déboires, leurs angoisses, leurs peurs, pour un changement radical.

Essayons, nous adultes, de bien liquider nos « adolescences interminables », ayons la conviction et le courage de le faire, donnant ainsi la liberté à nos ados de s’affirmer, eux considérés comme les accoucheurs d’un rêve, comme chasseurs d’instants de créativité, comme architectes d’une bâtisse forgée de sagesse et d’amour...


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique Courrier n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, L’Orient-Le Jour offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.


L’adolescence, c’est une vie à se dire, à se réaliser. C’est pourquoi la vivre harmonieusement demande des critères précis, des facteurs variés et des principes bien définis.Comme le confirme cette citation : « Ce n’est pas en perfectionnant la chandelle qu’on a inventé l’électricité. » Ainsi, combien sommes-nous de responsables (parents, éducateurs,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut