Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Nasrallah : Aucun lien entre l'accord sur le nucléaire iranien et la délimitation de la frontière maritime avec Israël

Le chef du Hezbollah maintient toujours le silence sur l'affaire Salman Rushdie.
Nasrallah : Aucun lien entre l'accord sur le nucléaire iranien et la délimitation de la frontière maritime avec Israël

Une affiche représentant le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah dans la localité de Yaroun, au Liban-Sud, le 13 août 2022. Photo REUTERS/Aziz Taher

Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a estimé vendredi que les dossiers des négociations sur le nucléaire iranien et celles concernant la délimitation de la frontière maritime entre le Liban et Israël ne sont pas liés, alors que les regards sont actuellement braqués sur Vienne, où ont repris des pourparlers qui semblent se diriger vers une réactivation de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, malgré quelques réserves. En ce qui concerne le litige frontalier avec Israël, le leader chiite a une nouvelle fois souligné la nécessité pour le Liban d'obtenir ses droits en vue d'éviter une "escalade". Il s'est par ailleurs abstenu de commenter l'agression contre l'auteur britannique Salman Rushdie, qui a été poignardé à plusieurs reprises il y a une semaine à New York par un homme d'origine libanaise, Hadi Matar.

Calme ou escalade
"Les regards au Liban doivent se porter sur le champ de Karish et la frontière, et non pas sur Vienne", a estimé Hassan Nasrallah dans son discours, pointant du doigt l'émissaire américain Amos Hochstein qui, selon lui, "continue de perdre un temps de plus en plus serré". "La frontière maritime, le champ de Karish, le pétrole et le gaz ainsi que les droits du Liban ne sont pas liés à l'accord sur le nucléaire", a affirmé le dignitaire chiite. Ces propos interviennent alors que la République islamique a envoyé il y a quelques jours ses commentaires sur le texte préparé par les négociateurs européens peu avant le délai accordé par Bruxelles. Un jet final considéré comme la tentative de la dernière chance. "Si ce qui est revendiqué par l'État libanais lui est accordé, nous nous dirigeons vers le calme, que l'accord sur le nucléaire soit signé ou pas", a affirmé le leader chiite. "Si le Liban n'obtient pas ses droits, nous nous dirigeons vers l'escalade", a-t-il une nouvelle fois mis en garde. 

Lire aussi

Téhéran ouvre la voie à une réactivation de l’accord nucléaire

Depuis l'arrivée début juin d'une plateforme gazière dans le champ gazier de Karish au large d'Israël, les tensions se sont ravivées entre la formation pro-iranienne et l'Etat hébreu, parallèlement à une médiation entre Beyrouth et Tel-Aviv sur le tracé de la frontière maritime menée par Washington. Hassan Nasrallah, qui intervient unilatéralement dans cette affaire, a menacé à plusieurs reprises d'une guerre, et l'État hébreu y a répondu également par des menaces. Le Hezbollah n'a toutefois jamais donné de précisions sur ce qu'il considérerait comme un tracé acceptable de la frontière.

Amos Hochstein était revenu à Beyrouth au début du mois avant de se rendre directement à Tel-Aviv. Alors que les responsables semblaient optimistes quant à une résolution de ce litige d'ici septembre, un report du début des extractions du champ Karish semble être envisagé côté israélien, afin d’éviter une escalade, à condition que les négociations se poursuivent. L’accord pourrait ainsi être repoussé à après la fin du mandat du président libanais Michel Aoun (en octobre), mais aussi après les élections législatives en Israël, qui doivent se tenir en novembre.

Gouvernement et dollar douanier
Sur la scène locale, le chef du Hezbollah a une nouvelle fois souligné la nécessité de poursuivre les efforts afin de former le nouveau gouvernement, saluant l'activité effectuée au cours des derniers jours pour cette fin.

Les tractations semblent en effet avoir repris cette semaine à la faveur d'une réunion mercredi entre le chef de l'Etat Michel Aoun et le Premier ministre désigné Nagib Mikati, dont le cabinet sortant gère les affaires courantes depuis le 22 mai. Ces discussions interviennent alors que l'échéance pour l'élection d'un nouveau chef de l'Etat par les députés doit commencer dans moins de deux semaines, le 31 août. Hassan Nasrallah s'est abstenu d'évoquer dans son discours l'échéance présidentielle. 

Lire aussi

Mikati brise la glace, mais dans quel but ?

Revenant sur l'adoption du taux de 20.000 LL pour le dollar douanier, une possibilité envisagée par le gouvernement, Hassan Nasrallah a estimé qu'il s'agit d'un "grand saut nuisible et inapproprié" pour les Libanais, alors que plus des trois quarts de la population vivent aujourd'hui sous le seuil de  pauvreté. Il a appelé à ce que les répercussions d'une telle décision soient correctement étudiées.

Le gouvernement sortant s’est accordé mardi, lors d'une réunion informelle au Grand Sérail, pour laisser le ministre sortant des Finances Youssef Khalil modifier le taux du "dollar douanier" en accord avec le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé. Celui-ci demeure jusque-là fixé au taux officiel de 1.507,5 LL contre un billet vert, alors que la livre libanaise s'échange à plus de 33.000 actuellement contre le dollar sur le marché parallèle. 

L'affaire Salman Rushdie
Sur le plan régional, le chef du Hezbollah s'est abstenu de commenter l'agression contre Salman Rushdie qui a été poignardé vendredi dernier lors d'une conférence dans l'Etat de New York. "Cet incident est très important, mais nous ne le commenterons pas pour l'instant parce nous avons toujours besoin de certains données et détails", s'est-il contenté de dire. "Lorsque la situation sera clarifiée, il est certain que nous fixerons notre position sur cet incident important", a-t-il souligné.

L'édito d'Anthony SAMRANI

« Khomeyni m’a tuer »

Salman Rushdie fait l'objet d'une fatwa lancée depuis l'Iran en 1989 par l'ayatollah Ruhollah Khomeiny, qui avait appelé au meurtre de l'écrivain. Son livre "Les Versets sataniques" avait été jugé blasphématoire. Après la fatwa, le Hezbollah, supplétif de Téhéran, avait également appelé à la mort de M. Rushdie. A l'époque, lors d'une manifestation drainant des milliers de partisans, Hassan Nasrallah, qui avait 29 ans, avait déclaré que "Rushdie et ceux qui ont publié son œuvre satanique seront exécutés". L'Iran a démenti lundi toute implication dans l'attaque de vendredi, faisant porter la responsabilité à Salman Rushdie lui-même.


Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a estimé vendredi que les dossiers des négociations sur le nucléaire iranien et celles concernant la délimitation de la frontière maritime entre le Liban et Israël ne sont pas liés, alors que les regards sont actuellement braqués sur Vienne, où ont repris des pourparlers qui semblent se diriger vers une réactivation de l’accord...

commentaires (6)

Je suis passablement constipé ces derniers temps, donc les discours du barbu me sont bénéfiques, je dois l’avouer.

Gros Gnon

13 h 02, le 20 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Je suis passablement constipé ces derniers temps, donc les discours du barbu me sont bénéfiques, je dois l’avouer.

    Gros Gnon

    13 h 02, le 20 août 2022

  • Aucun lien entre l’accord nucléaire et le Liban? Mais bien sûr, et pendant qu’on y est, aucun lien entre la présence des vendus au service des Pasdarans dans notre pays ainsi que dans d’autres pays de la région, et le sort des mollahs en Iran. C’est juste une pure coïncidence pour faire jolie. Il croit que nous avons le même QI que lui.

    Sissi zayyat

    10 h 35, le 20 août 2022

  • Il ne définit rien parce qu’il ne sait pas ce qu’il veut exactement. Ça se voit à des km que ça n’est lui qui décide mais que les ordres viennent toujours des mollahs. Il s’abstient de commenter n’importe quel événement avant d’avoir leur aval. C’est pour nous rappeler qu’il est toujours aux ordres qu’il revient avec des propositions de surenchère sur la violence, rayon qui est cher à son cœur mais qu’il ne maîtrise pas lorsqu’il s’agit d’ennemis plus forts et plus armés que lui. Il préfère toujours les civiles non armés pour faire ses preuves de lâcheté et crier victoire. L’OLJ devrait cesser de publier ses insanités et nous épargner la vue de sa photo en première page s’ils veulent rendre service à ce pays. Il cherche le buzz et il est toujours servi pour propager ses slogans haineux et ses discours fallacieux à moindre frais.

    Sissi zayyat

    09 h 48, le 20 août 2022

  • Le jour où il lancera un missile sur les exploitations pétrolières israéliennes alors ce jour je croirais au père noël lol

    Bery tus

    06 h 28, le 20 août 2022

  • Le philosophe Hassouna a parlé silence s’il vous plaît….

    Eleni Caridopoulou

    21 h 15, le 19 août 2022

  • C'est difficile de croire que le parti iranien puisse déclencher des combats avec les israéliens sans l'approbation de ceux qui font la loi en Iran. Tout est bien lié étant donné que les conséquences pourraient être étendues géographiquement.

    Esber

    20 h 42, le 19 août 2022

Retour en haut