Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Vos panneaux, vos photos, vos slogans et moi !


Du fond du Nord, au bas du Sud, vous avez occupé nos espaces de droit commun pour les décorer de vos plus beaux portraits. Rien n’y manquait pour dorer et parfaire vos reflets : maquillage précieux, sourire sublime, costume de circonstance, poses triomphales, tels des coqs, vainqueurs, dans leurs poulaillers. Vous avez tous été parfaits !

Vos slogans, aguichants, encourageants et plaisants, mais combien temporels et circonstanciels, ont mis de l’entrain dans tous les quartiers… et promis, ils resteront, pour votre future évaluation, gravés dans nos mémoires collectives, le temps venu pour faire, avec vous, les comptes, en toute simplicité et toute amitié.

Vos gestes tant appréciés ont certainement coûté la vache et son lait, quoique certains ont vendu aussi la peau de l’ours avant même de l’avoir tué. Vous avez ramassé toutes vos économies, délié vos précieuses bourses en dollars frais, quêté pour collecter, noblesse oblige, des fonds tant à l’Est qu’à l’Ouest pour honorer les débours de telles grandioses festivités.

Tout ce cirque dressé et vos efforts déployés sont perpétrés pour nous représenter afin de nous sortir de cette galère dans laquelle vos prédécesseurs nous ont enfoncés : vous exigez tous, si j’ai bien compris, de modifier les méthodes devenues désuètes, créer de nouvelles pratiques, instaurer des systèmes modernes, assurer l’énergie requise pour nous éclairer, inventer des procédés inusités, garantir l’égalité, redresser l’économie nationale, réviser l’enseignement, assurer des poursuites judiciaires, dévoiler des secrets de polichinelle, confirmer des paiements en dommages et intérêts bref, vous mettre à notre entière disposition corps et âme pour garantir nos droits les plus élémentaires, ceux qui nous permettront non pas de vivre, nous demandons peu, il est vrai, mais de survivre dans un pays appauvri, affaibli, meurtri et ruiné. Un pays qui jadis était le paradis du Moyen-Orient, mais devenu comme diraient tant d’autres l’enfer du Moyen-Orient.

Mais que restera-t-il de vos portraits ? De vos slogans ? Un amas d’affiches, un tas de bois et de fer, du papier que nous nous disputerons pour savoir où jeter. Question d’ordre confessionnel : vous êtes druze vous chargerez le dépotoir Costa Brava, chrétien, vous avez celui de Bourj Hammoud, bref la liste est longue et vous la connaissez.

Que restera-t-il de vos courses au soleil ? De vos longues nuits sans sommeil ? De vos élans, de vos engagements et de vos serments ?

Que restera-t-il de vos discours, de vos alliances et de vos coalitions ? Que restera-t-il de vos tendres sourires, de vos mots magiques et de vos allocutions ?

Que restera-t-il de vos voix, de vos élocutions, de vos protestations et vos acclamations ? De vos maximes, de vos réflexions et de vos propositions ?

Que restera-t-il de votre conscience, de votre bienveillance, de vos obligeances ?

De vieilles photos ? Des pensées fanées, des messages désuets ? Des malveillances, des désobligeances, de la violence ? De l’inconscience ? Des actions, des interventions, des conciliations ? Ou encore des abstentions, des démissions, des oppositions ?

Que restera-t-il de nous électeurs après les élections. Y avez-vous pensé ?

Que restera-t-il de tout cela ? Dites-le moi…

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Du fond du Nord, au bas du Sud, vous avez occupé nos espaces de droit commun pour les décorer de vos plus beaux portraits. Rien n’y manquait pour dorer et parfaire vos reflets : maquillage précieux, sourire sublime, costume de circonstance, poses triomphales, tels des coqs, vainqueurs, dans leurs poulaillers. Vous avez tous été parfaits ! Vos slogans, aguichants, encourageants et...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut