Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives 2022

À Zghorta, la bataille entre présidentiables s’annonce corsée

« Il est très difficile pour nous d’envisager de mener la compétition électorale côte à côte avec Gebran Bassil », affirme Tony Frangié à « L’Orient-Le Jour ».

À Zghorta, la bataille entre présidentiables s’annonce corsée

Sleiman Frangié s’exprimant à Baabda, le 11 janvier 2022. Photo Dalati et Nohra

Lors des législatives de mai prochain, la bataille électorale promet d’être fiévreuse à Zghorta, bastion de plusieurs ténors chrétiens, dont de sérieux présidentiables. Si ces figures, mais aussi les autres formations chrétiennes qui vont prendre part à la campagne dans ce caza de la circonscription du Liban-Nord III, ne vont pas faire alliance en raison de positionnements politiques divergents, elles se retrouvent autour d’un même but : faire face au chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil.

Zghorta, c’est surtout le fief du chef des Marada, Sleiman Frangié, rival du CPL, avec qui les rapports sont complètement gelés depuis la présidentielle de 2016. Cette année-là, candidat favori à la présidence, le leader maronite était très proche des portes du palais présidentiel. Mais après le fameux compromis présidentiel, qui s’est concrétisé à travers l’appui de Saad Hariri à la candidature de Michel Aoun, ce dernier a remporté la course.

En dépit de ses rapports rompus depuis avec la présidence et son camp, le chef des Marada s’est rendu mardi dernier à Baabda à l’invitation du président Aoun avec qui il s’est entretenu dans la perspective de la tenue d’un dialogue national, une initiative à laquelle Michel Aoun a finalement dû renoncer. Interrogé au sujet d’une probable alliance entre son parti et le CPL lors des élections, il a répondu : « Cela dépend si Gebran Bassil accepte de s’allier avec “des corrompus” », dans une allusion aux accusations lancées par le député de Batroun contre son rival zghortiote dans la foulée de l’affaire du fuel défectueux qui avait été livré à Électricité du Liban (EDL). M. Frangié a également salué les efforts déployés par le Hezbollah « qui œuvre pour de bonnes relations entre le CPL et les Marada ». « Nous avons de grands objectifs en rapport avec les législatives. Il est donc dans notre intérêt que les rapports reviennent à la normale entre Gebran Bassil et Sleiman Frangié », confirme à L’Orient-Le Jour un responsable du Hezbollah sous couvert d’anonymat. Il précise toutefois qu’il n’y a pas d’initiative politique dans le vrai sens du terme pour atteindre ce but. Le parti chiite mène « des contacts visant à calmer les esprits, dans la perspective d’un dialogue franc concernant la prochaine phase, notamment les législatives », dit-il.

Lire aussi

Le Hezbollah veut-il vraiment des élections ?

Les propos de Sleiman Frangié ont été interprétés comme une porte ouverte à une probable alliance avec les aounistes lors du prochain scrutin législatif. Mais selon son fils Tony, actuel député de Zghorta, cette option est exclue. « Il est très difficile pour nous d’envisager de mener la compétition électorale côte à côte avec M. Bassil », affirme-t-il à L’Orient-Le Jour, assurant que les Marada ne feront pas liste commune avec le CPL. « Pour s’allier à nous, le courant aouniste devrait se livrer à une autocritique. Mais c’est trop tard, à dix mois de la fin du sexennat », estime le député. Il affirme en outre « ne pas être au courant » d’une médiation menée par le Hezbollah entre son parti et celui de Gebran Bassil. « Mais, si c’est le cas, il n’y a certainement aucun progrès », lance-t-il, non sans ironie.

Ce refus de tisser une alliance électorale se fait également sentir chez les aounistes. « Pour se lancer dans un tel processus, il faut de bonnes intentions. Mais les propos de M. Frangié ont eu pour but de nous égratigner », souligne Sayed Younès, responsable de la machine électorale CPL, interrogé par L’OLJ.

Si tout ou presque semble les séparer, les partis de Sleiman Frangié et Gebran Bassil convergent sur le rejet de toute alliance avec les Forces libanaises de Samir Geagea, leur rival commun sur la scène chrétienne. « Il est improbable que nous tendions la main aux FL, en raison de grandes divergences politiques », souligne Tony Frangié, affirmant que son parti se prépare à mener bataille seul, même si des contacts sont en cours avec plusieurs protagonistes, tels que le courant du Futur, avec qui les Marada s’étaient alliés dans le cadre des élections de l’ordre des avocats du Liban-Nord. « Nous sommes également en contact avec William Tok (fils de l’ancien député Gebran Tok et frère de la présidente du Bloc populaire Myriam Skaff) », révèle le député Marada.

L'éditorial de Issa GORAIEB

Plus jamais

Un rapprochement électoral entre les Marada et le Futur priverait le CPL – aux rapports gelés avec les haririens – d’un appui significatif dans la circonscription du Liban-Nord III (Zghorta-Bécharré-Koura-Batroun), où l’électorat sunnite est important. Une situation à même de compliquer la tâche à Gebran Bassil et son parti. « Il y a seulement 680 voix sunnites dans cette circonscription », précise M. Younès dans une volonté de réduire l’impact du divorce politique entre le CPL et le Futur sur les urnes. « Nous œuvrons pour attirer le plus de personnalités indépendantes », dit-il.

Mouawad et les opposants

Contrairement à 2018, les aounistes se verront également privés du soutien du chef du Mouvement de l’indépendance, Michel Mouawad, traditionnel adversaire de Sleiman Frangié et figure hostile au Hezbollah. Dans la foulée de la double explosion au port de Beyrouth, en août 2020, M. Mouawad avait démissionné de la Chambre et claqué la porte du groupe parlementaire aouniste qu’il avait rejoint deux ans plus tôt. Et c’est en tant qu’opposant au mandat qu’il compte se lancer dans les prochaines législatives. Selon une source du Mouvement de l’indépendance, M. Mouawad serait engagé dans les efforts visant à unifier les opposants à la ligne politique actuelle autour d’une vision axée sur la lutte pour la souveraineté du Liban. Hostile à MM. Frangié et Bassil, M. Mouawad « veut former une liste pour affronter tous les partis politiques, les Marada, le CPL qui assure une couverture au Hezbollah, mais aussi le Futur et les FL dont les concessions ont mené le pays au chaos actuel », souligne la source précitée.

Analyse

Au Liban, les législatives sont-elles la clé du changement ?

Quant à Samir Geagea, qui affronte lui aussi ses adversaires à Zghorta, il s’avance lentement sur la scène électorale du Liban-Nord III. À Zghorta, il appuiera la candidature de l’ingénieur Mikhaël Doueihi. « L’objectif n’est pas de faire face à qui que se soit. Il est de notre droit d’avoir des candidats là où nous avons une forte présence », résume un responsable FL, affirmant que les seuls contacts en cours à ce stade sont avec le Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt dans la Montagne.


Lors des législatives de mai prochain, la bataille électorale promet d’être fiévreuse à Zghorta, bastion de plusieurs ténors chrétiens, dont de sérieux présidentiables. Si ces figures, mais aussi les autres formations chrétiennes qui vont prendre part à la campagne dans ce caza de la circonscription du Liban-Nord III, ne vont pas faire alliance en raison de positionnements...

commentaires (12)

Il me semble que M. Younés (CPL) a enlevé un zéro à droite quand il a dit qu'« Il y a seulement 680 voix sunnites dans cette circonscription », en parlant de Batroun-Bécharré-Koura-Zghorta.

Youssef Najjar

03 h 35, le 17 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Il me semble que M. Younés (CPL) a enlevé un zéro à droite quand il a dit qu'« Il y a seulement 680 voix sunnites dans cette circonscription », en parlant de Batroun-Bécharré-Koura-Zghorta.

    Youssef Najjar

    03 h 35, le 17 janvier 2022

  • Élire Gebran Bassil ou Le Zghortiote, c'est de nouveau ouvrir la grande porte aux Syriens. Je ne vois guère aucun des candidats à la présidence qui aura le pouvoir de vraiment dirigé le pays. Si c'est, que Dieu Nous Garde le Batrounien ou le Zghortiote, nous aurons en plus un petit sultanat syrien. Si c'est Geagea, on ne sait pas à quoi s'attendre. Dommage que les Groupes du 17 octobre n'ont pas sus comment s'unir en un front pour mettre cette brochette de Politichiens hors état de nuire politiquement. La bataille des nuls 101... Yipikayé MF ! Voilà la déchéance totale du Liban !

    Marwan Takchi

    00 h 51, le 16 janvier 2022

  • Honte, honte à toutes ces personnalités le pays est dans l’enfer et le peuple meurt de faim et eux se disputent pour le fauteuil ?

    Eleni Caridopoulou

    00 h 40, le 16 janvier 2022

  • DES ILLETRES POUR PRESIDENTS POUR SAUVER FINANCIEREMENT, ECONOMIQUEMENT, SECURITAIREMENT ET POLITIQUEMENT LE PAYS. L,ILLOGISME A SON COMBLE. COMME QUOI SI CA ARRIVE LES LIBANAIS SE CREVENT LES YEUX PAR LEURS PROPRES MAINS.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    14 h 03, le 15 janvier 2022

  • Tous des hommes de paille, des tartours, pas un pour sauver les autres ! Il ne nous manquait plus que l’analphabète pour couronner tout ce beau monde… Suivez mon regard. C’est faire insulte au peuple Libanais que d’élire un homme qui brille par son ignorance de la culture à la tête du Pays de Cèdre.

    Le Point du Jour.

    14 h 00, le 15 janvier 2022

  • Gebrane Bassil VS Sleimane Frangieh ou plutot la bataille des nuls … outre le fait que ces 2 personnages sont execrables et antipathiques à souhait , ils incarnent surtout l’archetype du dhimmi , soumis et inféodés à la force musulmane dominante sur le terrain (en l’ocurence c’est le hezbollah aujourd’hui et de maniere indirecte le regime syrien) , esperant en retour de leur vassalité ou plutot soumission de recevoir quelques petits privilege et la promesse d’un siege presidentiel qui n’est (apres taef) autre qu’un trone en carton vide de pouvoir effectif et de sens. Si ces deux sont les « presidentiables » c’est vous dire à quel point les Chretiens du Liban sont tombés bas.

    JPF

    13 h 53, le 15 janvier 2022

  • Si ce sont les seuls présidentiables au Liban, vaut mieux se dispenser de président plutôt que d’avoir de tels énergumènes présidents. Les 6 dernières années ont été suffisantes, on ne pourra pas supporter six de plus

    Choqué par Censure OLJ

    12 h 23, le 15 janvier 2022

  • tout est loin d'avoir ete dit ! avec ces gens la, pas de surprise mais de l'attendu !

    Gaby SIOUFI

    11 h 28, le 15 janvier 2022

  • Rallier les corrompus côte à côte, est le souhait de leur parrain. D'ailleurs, ce dernier ne fait que ça pour garder une certaine popularité dans les autres communautés religieuses.

    Esber

    10 h 17, le 15 janvier 2022

  • Pourquoi doit-on être bloqués entre ces 2 personnages? Le Liban maronite n'a plus d'hommes ?Ou de femmes?

    Nouna Chidiac

    09 h 40, le 15 janvier 2022

  • Changement ? Mais quel Changement ? Toutes ces analyses, tous ces pronostics partisans et faussement impartiaux ne font que conforter davantage un systeme electoral pourri jusqu’a la moelle !

    Cadige William

    08 h 44, le 15 janvier 2022

  • On ne croit plus aux declarations vaseuses de tous ces politiciens dont l’unique ambition est de se servir soi-meme. Comme michel aoun ils sont tous prets a tous les retournements de veste pour preserver leurs privileges. Le bien du pays n’entre jamais dans leur but. Frangieh comme beaucoup d’autres s’est mis a la disposition du regime syrien et de la milice iranienne.

    Goraieb Nada

    07 h 50, le 15 janvier 2022

Retour en haut