Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Quand le peuple ignore son pouvoir

À l’aube de 2022, il est clair et net, sans recourir aux astrologues, que cette année sera désastreuse pour les Libanais à cause d’un peuple qui ignore son pouvoir et laisse les mêmes dirigeants préparer froidement leur campagne électorale prévue pour mai prochain comme si le pays roulait sur l’or.

Une démocratie parlementaire qui se veut toujours tribale et qui sélectionne les plus médiocres, ceux qui savent le mieux mentir et faire les plus belles promesses. Et à titre d’exemple, ces cartes d’aide humanitaire de cent dollars qu’ils promettent de distribuer aux plus démunis. Croyez-vous vraiment qu’ils pourront acheter avec cette somme l’honneur du Libanais ? Non messieurs, vous avez tort cette fois car plus de 70 % du peuple est devenu pauvre, il vit dans un noir total.

Beaucoup de foyers ne peuvent plus payer les frais mensuels exorbitants du générateur et se nourrissent très mal à cause de la cherté croissante de la vie. Et le comble, beaucoup de malades préfèrent mourir dans leur lit que d’aller se soigner à l’hôpital, car même avec une assurance maladie vous devez débourser plus de 35 % de la facture en monnaie étrangère « fresh » ou simplement vous ne serez pas admis. Et avec le Covid-19 qui fait des ravages, la catastrophe semble imminente.

Devant ce tableau dramatique, il est grand temps de vivre la démocratie directe, comme la Suisse où le peuple sera consulté pour toutes les décisions locales ou nationales, au nom de la cohésion nationale. Et quand juges, avocats, médecins, économistes participeront sérieusement, il n’y aura plus de direction politique oligarchique ni de partis politiques trop intolérants ou dogmatiques, puisque c’est le peuple qui est consulté.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


À l’aube de 2022, il est clair et net, sans recourir aux astrologues, que cette année sera désastreuse pour les Libanais à cause d’un peuple qui ignore son pouvoir et laisse les mêmes dirigeants préparer froidement leur campagne électorale prévue pour mai prochain comme si le pays roulait sur l’or. Une démocratie parlementaire qui se veut toujours tribale et qui sélectionne les...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut