Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Des plaintes bloquant l'enquête sur l'explosion au port de Beyrouth rejetées

Le recours pour suspicion légitime à l'encontre du procureur Khoury accepté. 


Des plaintes bloquant l'enquête sur l'explosion au port de Beyrouth rejetées

Les silos du port de Beyrouth, le 26 août 2020. Photo d'archives Reuters.

Des tribunaux libanais ont rejeté jeudi des poursuites bloquant l'enquête sur l'explosion dévastatrice au port de Beyrouth, ouvrant ainsi la voie à la reprise de l'enquête par le juge d'instruction Tarek Bitar, ont rapporté l'AFP ainsi qu'une source à L'Orient-Le Jour.

La Cour de cassation a rejeté deux plaintes déposées par l'ancien Premier ministre Hassane Diab et l'ex-ministre de l'Intérieur Nohad Machnouk jugeant illégale leur convocation par le juge Bitar. La Cour de cassation a statué qu'il n'y avait pas de preuve suggérant que le juge d'instruction avait commis des erreurs. Elle a également rejeté deux plaintes similaires déposées par les députés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter.

La 6e chambre pénale de la Cour de Cassation, présidée par Randa Kfoury, a rejeté le recours pour suspicion légitime présenté par l'ex-ministre Youssef Fenianos contre Bitar. La même chambre a accepté le recours pour suspicion légitime présenté par l'Ordre des avocats de Beyrouth, qui représente la majorité des proches des victimes, contre le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Khoury. Cela signifie que le M. Khoury ne peut plus se pencher sur l'affaire de la double explosion au port. M. Khoury est pointé du doigt par les proches des victimes qui considèrent qu’il ne remplit pas son rôle de représentant de la communauté.

Plus d'un an après le drame, aucun coupable n'a été identifié et les responsables soupçonnés de négligence ont largement esquivé tout interrogatoire. Depuis le début de l'enquête en février, M. Bitar est soumis à d'intenses pressions, notamment de la part du Hezbollah qui l'accuse de politiser l'enquête, et exige son remplacement.

Enfin, la Cour de Cassation, toutes chambres réunies, a défini la Cour de cassation comme étant la juridiction compétente pour statuer sur les demandes de dessaisissement du juge Bitar. Cela signifie que les dix chambres civiles et pénales de la Cour de cassation sont les seules compétentes lorsque des demandes de dessaisissement à l'encontre du juge sont présentées.

L'enquête sur l'explosion meurtrière ayant ravagé le 4 août 2020 le port de Beyrouth et plusieurs quartiers de la capitale était suspendue depuis trois semaines en raison de plusieurs poursuites judiciaires lancées contre le juge Bitar, exigeant sa mise à l'écart. Pointées du doigt pour négligence criminelle, les autorités sont accusées par les familles des victimes et des ONG d'ingérence politique pour torpiller l'enquête et éviter des inculpations. Les responsables politiques de tous bords refusent d'être interrogés par M. Bitar, même si les autorités ont imputé le drame au stockage sans mesures de précaution d'énormes quantités de nitrate d'ammonium au port. Des politiques mis en cause ont intenté 16 procès devant différents tribunaux contre le juge Bitar pour entraver l'enquête, selon la source judiciaire à l'AFP. C'est dans ce contexte que, plus tôt jeudi, trois juges ont présenté leur démission pour protester contre les ingérences politiques dans la justice.


Des tribunaux libanais ont rejeté jeudi des poursuites bloquant l'enquête sur l'explosion dévastatrice au port de Beyrouth, ouvrant ainsi la voie à la reprise de l'enquête par le juge d'instruction Tarek Bitar, ont rapporté l'AFP ainsi qu'une source à L'Orient-Le Jour.La Cour de cassation a rejeté deux plaintes déposées par l'ancien Premier ministre Hassane Diab et l'ex-ministre de...

commentaires (9)

Très bonne nouvelle en attendant un énième recours déposé par des corrompus et mafieux politiques et avocats. Le Liban ne pourra se redresser qu’avec des hommes et des femmes qui résistent au clientélisme politique et religieux. Bonne journée

Karam Georges

08 h 01, le 26 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Très bonne nouvelle en attendant un énième recours déposé par des corrompus et mafieux politiques et avocats. Le Liban ne pourra se redresser qu’avec des hommes et des femmes qui résistent au clientélisme politique et religieux. Bonne journée

    Karam Georges

    08 h 01, le 26 novembre 2021

  • Je l'ai toujours pense. C'est par la justice que viendra l'affaiblissement du Hezb. Son image de parti "propre" sera on ne peut plue salie, s'il est inculpe. Il le sait, et s'est auto-unculpe en se battant ouvertement. A ne pas oublier, les milliards de dollars (frais) qui lui seront reclames!

    Onaissi Antoine

    06 h 22, le 26 novembre 2021

  • Bravo! mais de là à les amener à comparaître! Voyons s'ils pourront les y forcer...

    Tous Dehors

    03 h 55, le 26 novembre 2021

  • Bravooo et merci à la justice pour que justice soit faite et que la lumière soit faite sur l’enquête de l’explosion du port et pour toutes les autres. Que Dieu protège le Juge Bitar et son courage. Vive la vrai Justice

    Khoury-Haddad Viviane

    19 h 40, le 25 novembre 2021

  • Bonne nouvelle ! Espérons qu'on va finir par y arriver ! Reste l'épée de Damoclès que constitue la magouille concoctée par Berry, censée permettre au gouvernement de se réunir.

    Yves Prevost

    19 h 39, le 25 novembre 2021

  • Enfin une nouvelle relativement positive Let’s cross fingers

    Lina Daher

    19 h 29, le 25 novembre 2021

  • Enfin que justice soit faite

    DRAGHI Umberto

    19 h 29, le 25 novembre 2021

  • Enfin une nouvelle relativement positive Let’s cross fingers

    Lina Daher

    19 h 29, le 25 novembre 2021

  • Bravo encore une fois pour la Justice libanaise et pour le juge Bitar toujours courageux et ferme et qui peut toujours continuer sa mission sans chantage ou pressions politiques .

    Antoine Sabbagha

    19 h 12, le 25 novembre 2021

Retour en haut