Rechercher
Rechercher

Politique - Affrontements meurtriers à Tayouné

Safieddine s'en prend violemment aux FL : Le Hezbollah ne se laissera pas entraîner dans une nouvelle guerre civile

Pour Samir Geagea, qui nie toute action préméditée, la population de Aïn el-Remmaneh "s’est défendue contre une agression".

Safieddine s'en prend violemment aux FL : Le Hezbollah ne se laissera pas entraîner dans une nouvelle guerre civile

Des partisans du Hezbollah lors de funérailles de trois victimes des affrontements de Tayouné, à Ghobeiry, dans la banlieue sud de Beyrouth, le 15 octobre 2021. Photo Mohammad Yassine

Le président du Conseil exécutif du Hezbollah, Hachem Safieddine, a déclaré vendredi, lors des funérailles des trois membres du parti tués lors des affrontements de la veille à Tayouné, que les Forces libanaises (FL) avaient tenté de provoquer une "nouvelle guerre civile" au Liban en commettant un "massacre" contre des partisans du Hezbollah, affirmant toutefois que son parti "ne se laisserait pas entraîner vers la sédition". Le haut-responsable du parti a encore mis en garde contre le fait que justice serait faite pour le "sang versé" jeudi par les victimes. 

Une cérémonie de funérailles collective a été organisée par le parti chiite vendredi après-midi à Ghobeiry, dans la banlieue sud de Beyrouth. Une foule de partisans se sont réunis autour des cercueils des trois victimes considérées comme des "martyrs" du Hezbollah, selon des images de notre journaliste sur place Mohammad Yassine. Des processions se sont ensuite mises en route dans les rues des quartiers environnants, marquées par des tirs en l'air très nourris. 

Lire aussi

Le Liban enterre les victimes des affrontements de Tayouné

Les incidents meurtriers de la veille, qui ont fait sept morts et au moins 32 blessés, se sont produits en marge d'un rassemblement de centaines de partisans du Hezbollah et du mouvement Amal du président du Parlement, Nabih Berry, devant le palais de Justice, pour protester contre le juge Tarek Bitar, en charge de l'enquête sur l'explosion du port, le 4 août 2020. Ce rassemblement s'inscrivait dans une politique claire de pression et d'intimidation sur le magistrat, qui fait craindre de sérieux dérapages sécuritaires. Rapidement, la mobilisation a viré en scènes de guérilla, transformant des quartiers de la capitale en zones de guerre, ces mêmes quartiers, qui constituaient une ligne de front durant la guerre civile à partir de 1975. Les circonstances exactes de ces violences restent assez confuses dans la mesure où l'on ignore qui a tiré lors de la manifestation et sur qui ont tiré les miliciens du Hezbollah et d'Amal. Les deux mouvements chiites ont accusé la formation chrétienne des FL de Samir Geagea d'avoir posté des francs-tireurs, mais les FL ont catégoriquement démenti.

"Nous savons comment préserver la cause du sang qui a été versé et nous ferons justice pour ce sang qui a coulé lors du massacre de hier", a déclaré le dignitaire, selon des propos rapportés par le site d'informations el-Nashra. "Notre manifestation de jeudi était pacifique, contre la politisation de la justice", a-t-il affirmé, précisant que "des avocats et des personnalités importantes" avaient participé à ce rassemblement devant le Palais de justice de Beyrouth. "Ce sit-in aurait pu se dérouler normalement, s'il n'y avait pas eu des plans étudiés de le prendre pour cible", a-t-il accusé. "Les forces de sécurité nous avaient assuré que la situation était sous contrôle, mais c'était sans prendre en compte qu'un parti avait pris la décision de tuer et de rassembler des armes pour viser des têtes" dans la foule des partisans du Hezbollah, a-t-il ajouté, citant les Forces libanaises comme responsables de ce "massacre" et dénonçant un "guet-apens lâche tendu à des civils". "Je n'exagère pas quand je dis que les FL voulaient provoquer une nouvelle guerre civile au Liban", a-t-il insisté, estimant toutefois que le parti chiite "ne se laissera pas entraîner dans la sédition communautaire ni vers une guerre civile". "Néanmoins, nous ne pouvons pas laisser le sang de nos martyrs couler en vain". 

"Complicité criminelle"
Hachem Safieddine a par ailleurs appelé les forces de sécurité à mettre la main sur les "criminels et les meurtriers" et les traduire en justice. "Nous considérerons toute tergiversation dans cette affaire comme de la complicité criminelle", a-t-il mis en garde. 

Pour sa part, dans une interview diffusée hier par "Sawt Beirut International", le chef des FL Samir Geagea a nié toute action préméditée, assurant qu’il y avait eu des provocations de la part des "manifestants" qui s’étaient écartés exprès du chemin prévu. Selon lui, la population de Aïn el-Remmaneh "s’est défendue contre une agression".

Signe de la tension à son comble entre les deux formations, le journal al-Akhbar, proche du Hezbollah, a publié en première page un portrait du chef des FL, Samir Geagea, en uniforme nazi, avec une moustache à la Hitler, et écrit en manchette: "pas de doute". "Samir Geagea, tu étais le premier à savoir ce qui s'est passé hier (..) parce que tu as planifié, préparé et exécuté un grand crime", a accusé le journal. Le parti chrétien est le plus farouche détracteur de la formation pro-iranienne.


Le président du Conseil exécutif du Hezbollah, Hachem Safieddine, a déclaré vendredi, lors des funérailles des trois membres du parti tués lors des affrontements de la veille à Tayouné, que les Forces libanaises (FL) avaient tenté de provoquer une "nouvelle guerre civile" au Liban en commettant un "massacre" contre des partisans du Hezbollah, affirmant toutefois que son parti "ne se...

commentaires (18)

Il y a quelques semaines, suite au cas Sakr de Zahlé, j'avais souligné la similarité avec celui de Saydet el Najat. On préparait un coup contre les FL le seul parti qui gagnera surement des points aux prochaines élections. C’était une entrée en matière avant de frapper un grand coup pensant embourber les FL les accusant de complotismes, etc... En même temps, se sont ensuivit les attaques contre le juge Bitar avec menaces directes, menaces médiatiques et enfin politiques "vous allez voir ce que vous allez voir le Jeudi et ce sera grand !" Nous l'avons tous vu: Des centaines de miliciens Chiites armés jusqu'au dents paradant "Pacifiquement" puis avec beaucoup d'amour et de charité s'attaquer aux quartier Chrétiens cassant leurs bagnoles, les vitrines de magasins et battant certains habitants qui leur demandaient de se calmer. Tout cela dans la paix et la sérénité. Puis tout bascule, les voyous pacifiques s'en prennent a l’armée, celle-ci riposte et leur tire dessus et tout s'emballe. Alors que les habitants de Ain Remmaneh défendent l’armée, une fois n'est pas coutume, et se mettent probablement de la partie, encore que, jusqu’à présent, personne n'a rien prouvé. Contrairement aux pléthore de vidéos et photos des voyous du tandem mafieux. Ils peuvent vitupérer autant qu'ils veulent et lancer des accusations autant qu'ils le veulent, au final, ils ont eu la raclée de leur vie et ce n'en est que la première. Une solution: rendez vos armes !

Pierre Hadjigeorgiou

09 h 36, le 18 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Il y a quelques semaines, suite au cas Sakr de Zahlé, j'avais souligné la similarité avec celui de Saydet el Najat. On préparait un coup contre les FL le seul parti qui gagnera surement des points aux prochaines élections. C’était une entrée en matière avant de frapper un grand coup pensant embourber les FL les accusant de complotismes, etc... En même temps, se sont ensuivit les attaques contre le juge Bitar avec menaces directes, menaces médiatiques et enfin politiques "vous allez voir ce que vous allez voir le Jeudi et ce sera grand !" Nous l'avons tous vu: Des centaines de miliciens Chiites armés jusqu'au dents paradant "Pacifiquement" puis avec beaucoup d'amour et de charité s'attaquer aux quartier Chrétiens cassant leurs bagnoles, les vitrines de magasins et battant certains habitants qui leur demandaient de se calmer. Tout cela dans la paix et la sérénité. Puis tout bascule, les voyous pacifiques s'en prennent a l’armée, celle-ci riposte et leur tire dessus et tout s'emballe. Alors que les habitants de Ain Remmaneh défendent l’armée, une fois n'est pas coutume, et se mettent probablement de la partie, encore que, jusqu’à présent, personne n'a rien prouvé. Contrairement aux pléthore de vidéos et photos des voyous du tandem mafieux. Ils peuvent vitupérer autant qu'ils veulent et lancer des accusations autant qu'ils le veulent, au final, ils ont eu la raclée de leur vie et ce n'en est que la première. Une solution: rendez vos armes !

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 36, le 18 octobre 2021

  • Les voilà remontés contre une attaque de leurs troupes mercenaires. Les sept morts sont sept de trop ajoutés aux 204 morts du port, 50 dans les attentats personnels et d’autres dans des attentats des voitures piégées comme victimes collatérales. Depuis des décennies les libanais subissent leurs terreurs en serrant les dents et en attendant qu’ils reviennent à leur raison en vain. Ils se sont autorisés tous les travers en augmentant la dose à chaque fois. Les voilà remis à leur place et ça nous est égal qu’ils soient d’accords ou pas. Nous, nous refusons cet état de fait et dorénavant ils devraient réfléchir à deux fois avant de passer des menaces à l’acte. Et advienne que pourra, nous n’aurions rien à nous reprocher ni à perdre. Mieux vaut mourir debout qu’à genoux.

    Sissi zayyat

    15 h 39, le 16 octobre 2021

  • Les libanais n’ont pas à s’excuser lorsqu’ils défendent leur pays et les citoyens. C’est aux usurpateurs vendus de se replier et de présenter des excuses. Ils le doivent pour les citoyens meurtris dans leurs chairs et leur biens à cause de leurs crimes qu’ils veulent toujours étouffés et restés impunis en venant demander l’éviction du juge qui représente l’état de droit que Liban a toujours été et qu’ils veulent transformer en jungle en agressant et terrorisant des citoyens civils et sans défense à chaque fois que l’ordre leur est donné pour imposer leur diktat.

    Sissi zayyat

    15 h 19, le 16 octobre 2021

  • Ce n est pas la 1 ere fois que le HEZB organise des tirs contre ses propres troupes afin de se victimiser….plus personne ne croit a ses manipulations diaboliques….

    HABIBI FRANCAIS

    23 h 13, le 15 octobre 2021

  • Démagogie et mensonge.

    Esber

    21 h 24, le 15 octobre 2021

  • Ce sont les maîtres du retournement de situation pour se victimiser, quels que soient les événements. Ils ne nous feront pas pleurer, nous n'allons certainement pas les plaindre car c'est tout le peuple libanais qui est victime de l'opération de vente du pays aux ennemis qu'ils ont menée de main de maître.

    Robert Malek

    20 h 48, le 15 octobre 2021

  • Drôle que d'entendre des personnes s'enorgueillir de l'embuscade tendue par les FL aux manifestants. Que l'équation de la peur a changé. Le Hezbollah ne veut pas de guerre civile c'est une certitude. Il aurait rasé Ain El remmaneh sinon. Que Dieu sauve le Liban

    Zorkot Mohamed

    20 h 40, le 15 octobre 2021

  • La fabrique de mensonges tourne à plein régime chez les inventeurs de fausses accusations !

    Honneur et Patrie

    20 h 22, le 15 octobre 2021

  • Les criminels et les meurtriers sont ceux qui sont venus manifester "paisiblement", armés de mitrailleuses et de lance-roquettes ...

    Remy Martin

    19 h 56, le 15 octobre 2021

  • La photo fait plaisir à voir, ils sont sonnés, tel un boxeur sorti par K.O. plus vite que prévu. Débiter, les regards hagards, se regardant pour trouver une réponse à leur défaite imprévue. Parti vaillamment à l’assaut du palais de Justice, arrogants et provocateurs, se croyant dans une promenade de santé, ils ne s’attendaient pas à une réponse rapide à la mesure des armes qu’eux-mêmes avaient exhibées en tirant à tort et à travers. Le monde entier a pu voir sur MTV et Aljadid, les miliciens tout vêtus de noir avec des RPG, des fusils-mitrailleurs, des kalaches entrain de tirer dans des positions guerrières, c’étaient clairement des actes de guerre pas de tirs de joie comme pour un mariage. Que faisaient donc ces armes dans une manifestation qui se voulait pacifique ? Mr Safieddine réclame justice ! hahaha Ils ont une drôle d’idée de la justice au Hezbollah, la justice n’est aucunement une tambouille, qu’on cuisine à la demande de chaque malfrat. Le proverbe dit : qui s’y frotte s’y pique. Le hezbollah s’est cru invulnérable, il a aujourd’hui la preuve du contraire Alléluia !

    Le Point du Jour.

    19 h 55, le 15 octobre 2021

  • Le 4 août le hezeb bombarde Israël pour éclipser les célébrations de l'explosion du port, pour éclipser le 17 octobre il organise les évènements de Tayouné pour que les Libanais soient toujours concernés par le hezeb et ses soi-disants sacrifices.... Pour ses propres fins politiques et pour mieux phagocyter la Partie il continue ses tours de magie et d'illusion isme... quelle honte d'agir de la sorte et aussi quelle honte pour nos services de sécurité qui se laissent avoir...

    Wlek Sanferlou

    19 h 50, le 15 octobre 2021

  • Hachem Saiffedine, il a du culot faut le dire! Une marche pacifique contre Le juge Bitar, se déplace à 3Ayn el remaneh, Tayyoune et Badaro armée jusqu'aux dents. Aux dernières nouvelles Monsieur Saiffedine, le Palais de Justice ne se trouve dans aucun de ces quartiers. Il faut traduire en justice les Assassins. Je lui réponds Trois sont enterrés, livrez les autres à la justice!

    Marwan Takchi

    19 h 45, le 15 octobre 2021

  • Il faut déjà commencer par les assassins de Rafic Hariri , puis ceux de Pierre Gemayel, puis ceux de Gebran Tueny….la liste est très longue…plus récemment Lokman Slim…. Sans parler du meurtre des 200 libanais le 4 août 2020… Des voyous qui ne comprennent que le language de la force , et qui s’abritent derrière elle !

    LeRougeEtLeNoir

    19 h 43, le 15 octobre 2021

  • IL NE SE LAISSERA PAS ENTRAINER DANS UNE GUERRE CIVILE. MAIS DANS TOUS SES DISCOURS IL MENACAIT LES AUTRES D,UNE GUERRE CIVILE. DURE LECON QUE CELLE D,HIER. LES LIBANAIS NE SE LAISSERONT PLUS INTIMIDER PAR LES MERCENAIRES IRANIENS.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    19 h 41, le 15 octobre 2021

  • Qui a assassiné Lokman Slim ?

    TrucMuche

    19 h 24, le 15 octobre 2021

  • S'il est pret a ce qu'on mette la main sur "TOUS LES MEUTRIERS ET LES ASSASSINS" il n'a qu'a livre sa clique de bandits malgre qu'il n'y aura pas assez de cachots pour les parquer.

    sancrainte

    19 h 10, le 15 octobre 2021

  • Ni les FL ni qui que ce soit ne pourrait être assez fou pour vouloir déclencher une guerre civile, connaissant les moyens en matériel, en infrastructure et en hommes dont dispose le Hezbollah. Quel que soit celui qui a tiré le premier, si les miliciens des deux formations chiites ont riposté, cest qu'ils étaient armés. Curieuse façon de se rendre à une "manifestation pacifique "! Par ailleurs, le Hezbollah et Amal ont un certain culot de réclamer à cor et à cris justice pour leurs morts tombés au cours d'une manifestation organisée pour refuser cette même justice aux victimes du 4 août !

    Yves Prevost

    18 h 57, le 15 octobre 2021

  • Il ne se laisseront pas entraîner dans une guerre civile ... pauvre victime. Vous ne voulez pas de guerre vous ne voulez pas de conflits ? alors rendez vos armes, respectez le Liban, les Libanais et l'état et ne soyez plus un état dans l'état. Respectez les autres et leurs opinions et vous serez respecté, arrêtez de vouloir imposer votre vision du Liban arrêtez de vous comporter comme des mafieux et personne n'aura prise sur vous. Mais malheureusement dans cette histoire vous êtes tout sauf victimes. Nous ne voulons plus de violences, ni la votre ni celles des autres, qu'elles soient verbales ou physiques. Le jour où tous les véreux comme vous dégageront, nous aurons peut être un espoir de sauver le Liban.

    Zeidan

    18 h 56, le 15 octobre 2021

Retour en haut