Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

La justice a une seule passion

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen proclame dans son article 16 : « Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution. » Malheureusement c’est le cas actuel du Liban. Quelques chefs de tribu et au nom de la religion exercent toujours leur trafic d’influence et ils ne veulent point respecter ni les juges ni la justice, et le mandat d’arrêt émis récemment par contumace par le juge Tarek Bitar contre l’ancien ministre des Travaux publics et des Transports, Youssef Fenianos, après le refus de ce dernier de comparaître devant lui, en est la preuve. Pour rappel, l’explosion au port est survenue le 4 août 2020, et a été imputée de l’aveu même des hauts responsables de l’État à cause du stockage sans mesures de précaution d’énormes quantités de nitrate d’ammonium depuis fin 2013, et a fait à ce jour au moins 214 morts et plus de 6 500 blessés, et a dévasté des quartiers entiers de la capitale. Les autorités libanaises, pointées du doigt, avaient alors rejeté d’emblée toute enquête internationale. De hauts responsables politiques, sécuritaires et judiciaires étaient conscients des dangers de cette substance hautement volatile sans prendre aucune mesure préventive. Et ici chaque citoyen libanais se demande si l’explosion n’est pas donc le fruit d’extraterrestres ou d’un bombardement d’ennemi ! Alors, sur le plan juridique, les quatre anciens ministres et aussi le Premier ministre qui vient de voyager et autres responsables sont bel et bien coupables de potentielle intention d’homicide et de négligence et manquements, et doivent être jugés et finir de ce dossier, et rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu, car la justice a une seule passion : transformer l’idéal humain en réalité quotidienne.

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen proclame dans son article 16 : « Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution. » Malheureusement c’est le cas actuel du Liban. Quelques chefs de tribu et au nom de la religion exercent toujours leur trafic d’influence et...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut